Littérature et monde du travail : rapide retour sur colloque

Date December 4, 2011

Je participais les 29 et 30 novembre derniers au colloque organisé par José Domingues de Almeida et Maria Joao Reynaud au département d'études françaises de la faculté des lettres de Porto La littérature et le monde du travail.

Si je n'y évoquais pas l'histoire des femmes au travail puisque j'intervenais sur le thème "Atelier 62 : un récit littéraire du travail en friction avec les sciences humaines et sociales" - au 62, "forges et traitement" de Renault Billancourt il n'y avait pas d'ouvrières, contrairement à d'autres ateliers - d'autres interventions évoquaient des oeuvres littéraires mettant en scène des travailleuses, même si la question du genre du travail n'était pas forcément au centre de ces communications.

Les femmes étaient notamment bien présentes dans les propos de Tania Régin (co-directrice de l'ouvrage collectif Le roman social : littérature, histoire et mouvement ouvrier paru en 2002 ), sur les employés de commerce, évoqués essentiellement à partir de romans/témoignages avec "héroïnes" caissières de super- ou hyper-marché. Comme  La caissière de Catherine Moret-Courtel (2008), La caissière de Michel Waldberg (2001) et Les tribulations d'une caissière d'Anna Sam (2008).

L'étude conjointe de l'Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq (1994) et de Stupeur et tremblements d'Amélie Nothomb (1999) par Corina da Rocha Soares mettait en parallèle deux "dégringolades" dans le monde de l'entreprise tertiaire, l'une masculine, l'autre féminine.

La communication de Maria Herminia Amado Laurel sur "Le creux du rêve : travail et identité de la femme dans quelques récits d'Alice Rivaz et de François Bon" m'a donné grande envie de connaître mieux et de lire Alice Rivaz (1901-1998), fonctionnaire au Bureau international du travail à Genève et romancière aux écrits peuplés d'employées de bureau. De François Bon, c'est évidemment Daewoo et ses ouvrières défaites qui étaient évoquées.

J'ai regretté que l'intervention consacrée aux figures de la profession médicale et de la prostitution chez Antonio Lobo Antunes par Agrippina Carriço Vieira ait été faite en portugais, parce que cet auteur (traduit en français) m'est cher. Il me faudrait encore mentionner les visions panoramiques sur la littérature du travail au tournant des XXe-XXIe siècles présentés par Thierry Beinstingel pour la France et Claudio Panella pour l'Italie, ou le cas particulier des récits de filiation ouvrière retenant l'attention de Corinne Grenouillet, à côté de plusieurs autres interventions monographiques. Je renvoie au programme du colloque dont les actes seront publiés.

Et puis je cite ici pour finir ces quelques mots que j'avais empruntés à Pierre Bergounioux pour conclure mon intervention sur l'intérêt et la nécessité de "l'infusion" de la littérature par les sciences sociales pour écrire le monde du travail :

Un écrivain ne peut plus se contenter de lire les autres écrivains. Il lui faut enjamber le mur qui sépare, à l’université mais dans la société aussi, les disciplines et les métiers, lutter contre les conséquences mutilantes de la division du savoir.

Lignes extraites de Pierre Bergounioux, l’héritage  livre d’entretiens avec son frère Gabriel (Flohic, 2002, rééd Argol, 2008)

Ajout du 7 décembre : pour une vision plus panoramique sur ce colloque, passer lire le compte rendu de Thierry Beinstingel et  l'écho de Maryse Vuillermet qui y a assisté.

Enfin, cette image rapportée de Porto, non sans rapport avec les femmes au travail : en ville, sur un mur tout proche de la gare de Sao Bento, vestige d'une publicité pour une marque de machine à coudre.


Print This Post Print This Post

Comments are closed.