Femmes au travail : le 5 janvier on restaure les tableaux

Le mardi 5 janvier 2010, de 14 à 17 h, salle de réunion de l’IHMC, le séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle – Ecritures du travail du groupe « Femmes et Histoire » accueillera Noémie Etienne et Léonie Hénaut qui croiseront leurs regards d’historienne et de sociologue sur le thème Travail des femmes et prestige de l’activité : la restauration des tableaux aux XVIIIe et XXe siècles à Paris.

Noémie Etienne enseigne l’histoire de l’art et de la restauration à l’Université de Genève et y prépare, en cotutelle avec Paris 1, une thèse de doctorat sur la restauration des peintures à Paris entre 1750 et 1815, sous la direction de Mauro Natale et Dominique Poulot. Elle a obtenu pour 2008-2009 une bourse de jeune chercheuse du Fond National Suisse et poursuit ses recherches à Paris 1 et à l’Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro de Rome.

Léonie Hénaut est docteure en sociologie, membre de la composante Genre, Travail, Mobilités du Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris. Elle occupe actuellement un poste d’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à Lille 1. Elle a soutenu en octobre 2008 une thèse intitulée La restauration des œuvres de musées : transformation d’une activité et dynamique professionnelle, préparée sous la direction de Régine Bercot à Paris 8.

Leur proposition pour le séminaire :

Dans une perspective transversale et interdisciplinaire, notre proposition porte sur le travail des restauratrices de tableaux exerçant sur les collections royales puis nationales, aujourd’hui conservées au musée du Louvre. Nous nous sommes intéressées à deux périodes chronologiques au cours desquelles de nombreuses femmes pratiquent une activité de restauration, et dont on verra qu’elles sont particulièrement propices à être questionnées sous l’angle du genre : la fin du XVIIIe siècle, et la deuxième moitié du XXe siècle.

Ces deux époques sont certes de prime abord difficilement comparables, tant la structure de l’activité et le statut des collections ont évolué, de même que le cadre juridique ou les conditions techniques de réalisation du travail. L’historiographie a de plus fréquemment perdu la trace des femmes pratiquant la restauration à la fin du XVIIIe siècle. Il sera ainsi nécessaire de reconstituer leur activité, puis de comprendre comment elles ont pu s’imposer dans un marché du travail corporatif basé sur une législation extrêmement défavorable à leur sexe. Après une progressive disparition des femmes au XIXe siècle on assiste au XXe siècle à une lente (re)féminisation du métier : les peintures du musée du Louvre sont de plus en plus souvent restaurées par des femmes diplômées de formations spécialisées, alors que seuls des hommes s’en occupaient jusqu’aux années 1960.

Pour examiner les ressorts de ces mutations, nous nous appuierons sur les documents de travail produits par les restaurateurs et les restauratrices, et par l’administration, à chaque époque : mémoires (factures), devis, compte-rendu de restauration, correspondances, « fiches de santé » des tableaux, etc. Nous montrerons aussi que la confrontation des observations réalisées sur ces deux périodes est riche d’enseignements quant aux processus agissant. Dans les deux cas en effet, on assiste à une diminution du prestige associé à l’activité de restauration. Cette dévalorisation peut prendre diverses formes, aussi biens concrètes que symboliques : baisse des prix, disparition du monopole, ou encore affaiblissement de l’autonomie des praticiennes. Combinée avec un traitement quantitatif de certains documents de travail, l’analyse qualitative des matériaux écrits nous permettra de réinterroger nos terrains respectifs dans une perspective de genre, à travers la question du lien entre travail des femmes et prestige de l’activité.

Leurs publications récentes :

Noémie Etienne (et Vincent Chenal) « Les demoiselles Rath et l’institution artistique à Genève autour de 1800 », in Post tenebras lux, sous la dir de Donatella Bernardi, Genève, Labor et Fides, 2009.

Léonie Hénaut « Montée en qualification et perte de contrôle. Les restaurateurs de tableaux et leurs documents de travail »,  in Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, sous la dir. d’Anne-Marie Arborio et al., Paris, La Découverte, Recherches, 2008.

Si vous souhaitez assister à la séance et que vous n’étiez pas là lors de la séance introductive du 8 décembre, merci de m’adresser un courriel : martine.sonnet(X)ens.fr  – remplacer (X) par arobase.