« Mélancolie ouvrière » : retrouvailles de Michelle Perrot avec Lucie Baud

La première rencontre de Michelle Perrot avec Lucie Baud, ouvrière en soie et militante syndicale en Dauphiné, remonte à l’époque où l’historienne travaillait à sa thèse publiée en 1974 sous le titre Les ouvriers en grève. La lecture de la sociologue Madeleine Guilbert l’avait conduite vers le seul écrit publié de Lucie, un texte autobiographique, paru dans la revue Le Mouvement socialiste en 1908 ; court texte que Michelle Perrot rééditera dans un numéro spécial « Travaux de femmes » du Mouvement social en 1978. Dans la présentation qu’elle fait du texte, elle souligne alors le peu que l’on sait de Lucie Baud – qu’elle est veuve à 35 ans en 1905 avec 3 enfants -, hors ce texte évoquant les conditions de travail qui sont les siennes à l’usine, aux côtés de sa mère, dès qu’elle a 12 ans, la longue grève qu’elle mène à Vizille en 1905, puis celle à laquelle elle participe activement à Voiron en 1906. Longs mois de grèves dans les deux cas aux issues décevantes : l’élan révolutionnaire escompté ne s’est pas levé et là déjà pourrait naître la mélancolie.

Entre l’intérêt porté par Michelle Perrot à l’ouvrière militante mal connue dans les années 1970 et le livre qu’elle publie aujourd’hui à son propos, commande de la collection « Nos héroïnes » chez Grasset, se proposant de mettre en avant des héroïnes qui ne soient pas celles que l’on attend, Lucie Baud arrête les regards de quelques autres historiens, attachés à l’histoire locale comme Gérard Mingat ou universitaires comme Andrée Gautier. Michelle Perrot rend hommage au travail des uns et des autres dans le premier chapitre de son ouvrage : des aspects importants de la biographie de Lucie sont éclairés grâce à leurs recherches, les archives locales ont été exploitées, les lieux sont repérés, des faits sont établis, le descendant – un petit-fils – est identifié et contacté.

En une trentaine d’années et à plusieurs mains, des moments clés de la vie de l’ouvrière en soie se sont donc précisés et aujourd’hui Michelle Perrot, guidée dans ses explorations des lieux par Gérard Mingat, repart de ces pièces de puzzle, les fait jouer, les assemble, les éclaire et les complète autant qu’il est possible en les contextualisant.

Succession des principaux événements biographiques. Lucie Marie Martin naît le 23 février 1870 à Saint-Pierre-de-Mésage, entre à l’usine à 12 ans, épouse, le 14 octobre 1891, Pierre Jean Baud, garde-champêtre de Vizille où ils occuperont un logement de fonction. Lucie met au monde trois enfants entre 1892 et 1900, deux filles et un garçon, celui-ci décédé avant d’atteindre un an. La mort de Pierre Jean Baud le 9 juillet 1902, met à la rue sa veuve et les deux enfants qui lui restent. Mais 1902 et son drame familial sonnent aussi pour Lucie la libération de la réserve attendue de l’épouse du garde-champêtre et par tant d’une révolte et d’un silence longtemps contenus : dès novembre elle fonde le « Syndicat des ouvriers et ouvrières en soierie du canton de Vizille », ce qui lui vaut invitation en 1904 comme déléguée – hélas silencieuse – au 6e Congrès national ouvrier de l’industrie textile à Reims.

S’ensuivent les grèves de 1905 et 1906, contre les cadences, les conditions de travail et de logement des ouvrières en internat (en particulier celles des Italiennes que les patrons font venir du Piémont), pour Lucie l’exaltation d’être suivie, l’expérience de la solidarité, l’accès à une notoriété autorisant la parole par voie de presse locale. Mais au bout du compte, rien n’est gagné,  que la solitude, et la submersion par la mélancolie et pire encore, les trois balles de revolver que Lucie se tire dans la bouche et dont elle réchappe. Mais dans quel état ? On ne sait pas, parce que l’on ne sait plus rien d’elle après ce geste désespéré de septembre 1906. De quoi survit-elle dès lors ? Comment le texte autobiographique s’écrit-il et arrive-t-il sur le bureau du directeur du très intellectuel Mouvement socialiste qui le publie en 1908 ? Mystère, comme tout ce qui advient d’elle jusqu’au 7 mars 1913, 5h du soir, que la mort la saisit en son domicile de Fures, à 43 ans, révèle le registre d’état-civil.

Héroïne Lucie Baud, sans aucun doute, que l’écriture de Michelle Perrot replace avec sympathie et émotion dans son paysage, dans son temps et dans son monde, mais qui garde encore ses mystères : on n’en finit jamais d’écrire l’histoire des femmes du peuple.

Suggestion d’écoute : Michelle Perrot parlant ces jours derniers de Mélancolie ouvrière avec Alain Veinstein dans son émission « Du jour au lendemain » sur France Culture.