« Mélancolie ouvrière » : retrouvailles de Michelle Perrot avec Lucie Baud

La première rencontre de Michelle Perrot avec Lucie Baud, ouvrière en soie et militante syndicale en Dauphiné, remonte à l’époque où l’historienne travaillait à sa thèse publiée en 1974 sous le titre Les ouvriers en grève. La lecture de la sociologue Madeleine Guilbert l’avait conduite vers le seul écrit publié de Lucie, un texte autobiographique, paru dans la revue Le Mouvement socialiste en 1908 ; court texte que Michelle Perrot rééditera dans un numéro spécial « Travaux de femmes » du Mouvement social en 1978. Dans la présentation qu’elle fait du texte, elle souligne alors le peu que l’on sait de Lucie Baud – qu’elle est veuve à 35 ans en 1905 avec 3 enfants -, hors ce texte évoquant les conditions de travail qui sont les siennes à l’usine, aux côtés de sa mère, dès qu’elle a 12 ans, la longue grève qu’elle mène à Vizille en 1905, puis celle à laquelle elle participe activement à Voiron en 1906. Longs mois de grèves dans les deux cas aux issues décevantes : l’élan révolutionnaire escompté ne s’est pas levé et là déjà pourrait naître la mélancolie.

Entre l’intérêt porté par Michelle Perrot à l’ouvrière militante mal connue dans les années 1970 et le livre qu’elle publie aujourd’hui à son propos, commande de la collection « Nos héroïnes » chez Grasset, se proposant de mettre en avant des héroïnes qui ne soient pas celles que l’on attend, Lucie Baud arrête les regards de quelques autres historiens, attachés à l’histoire locale comme Gérard Mingat ou universitaires comme Andrée Gautier. Michelle Perrot rend hommage au travail des uns et des autres dans le premier chapitre de son ouvrage : des aspects importants de la biographie de Lucie sont éclairés grâce à leurs recherches, les archives locales ont été exploitées, les lieux sont repérés, des faits sont établis, le descendant – un petit-fils – est identifié et contacté.

En une trentaine d’années et à plusieurs mains, des moments clés de la vie de l’ouvrière en soie se sont donc précisés et aujourd’hui Michelle Perrot, guidée dans ses explorations des lieux par Gérard Mingat, repart de ces pièces de puzzle, les fait jouer, les assemble, les éclaire et les complète autant qu’il est possible en les contextualisant.

Succession des principaux événements biographiques. Lucie Marie Martin naît le 23 février 1870 à Saint-Pierre-de-Mésage, entre à l’usine à 12 ans, épouse, le 14 octobre 1891, Pierre Jean Baud, garde-champêtre de Vizille où ils occuperont un logement de fonction. Lucie met au monde trois enfants entre 1892 et 1900, deux filles et un garçon, celui-ci décédé avant d’atteindre un an. La mort de Pierre Jean Baud le 9 juillet 1902, met à la rue sa veuve et les deux enfants qui lui restent. Mais 1902 et son drame familial sonnent aussi pour Lucie la libération de la réserve attendue de l’épouse du garde-champêtre et par tant d’une révolte et d’un silence longtemps contenus : dès novembre elle fonde le « Syndicat des ouvriers et ouvrières en soierie du canton de Vizille », ce qui lui vaut invitation en 1904 comme déléguée – hélas silencieuse – au 6e Congrès national ouvrier de l’industrie textile à Reims.

S’ensuivent les grèves de 1905 et 1906, contre les cadences, les conditions de travail et de logement des ouvrières en internat (en particulier celles des Italiennes que les patrons font venir du Piémont), pour Lucie l’exaltation d’être suivie, l’expérience de la solidarité, l’accès à une notoriété autorisant la parole par voie de presse locale. Mais au bout du compte, rien n’est gagné,  que la solitude, et la submersion par la mélancolie et pire encore, les trois balles de revolver que Lucie se tire dans la bouche et dont elle réchappe. Mais dans quel état ? On ne sait pas, parce que l’on ne sait plus rien d’elle après ce geste désespéré de septembre 1906. De quoi survit-elle dès lors ? Comment le texte autobiographique s’écrit-il et arrive-t-il sur le bureau du directeur du très intellectuel Mouvement socialiste qui le publie en 1908 ? Mystère, comme tout ce qui advient d’elle jusqu’au 7 mars 1913, 5h du soir, que la mort la saisit en son domicile de Fures, à 43 ans, révèle le registre d’état-civil.

Héroïne Lucie Baud, sans aucun doute, que l’écriture de Michelle Perrot replace avec sympathie et émotion dans son paysage, dans son temps et dans son monde, mais qui garde encore ses mystères : on n’en finit jamais d’écrire l’histoire des femmes du peuple.

Suggestion d’écoute : Michelle Perrot parlant ces jours derniers de Mélancolie ouvrière avec Alain Veinstein dans son émission « Du jour au lendemain » sur France Culture.

 

Renouer le fil de l’actualité : les publications

Avec toutes mes excuses pour avoir décroché de ma veille sur l’actualité scientifique relative à l’histoire des femmes au travail  pour cause de séjour new-yorkais en octobre, je tente de reprendre un rythme grosso modo quinzomadaire pour les annonces, en commençant par les publications repérées.

Au cas improbable où l’info ne vous serait pas déjà parvenue par un autre canal, ne pas passer à côté de deux ouvrages importants parus en octobre sur lesquels je reviendrai sans doute plus longuement : l’un de synthèse, celui de Margaret Maruani et Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France, aux éditions de la Découverte, et l’autre d’approche biographique, celui de Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, chez Grasset, autour de la figure et des combats de Lucie Baud (1870-1913), tisseuse de soie, meneuse de grèves retentissantes, à Vizille en 1905 et Voiron en 1906, aux lendemains qui déchantent et la poussent à tenter de mettre fin à ses jours.

D’autres parutions récentes à signaler :

Le livre de Pierre Moulinier, Des étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle, aux Presses universitaires de Rennes, accorde une large place aux étudiantes puisque les étrangères étaient relativement nombreuses parmi la population étudiante.

L’ouvrage issu de la thèse de Noémie Etienne (qui était venue nous parler des restauratrices de tableau) est paru : La Restauration des peintures à Paris (1750-1815). Pratiques et discours sur la matérialité des œuvres d’art, Presses universitaires de Rennes, collection “Art et Société”.

Nancy, Sarah, La Voix féminine et le plaisir de l’écoute en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, éditions Garnier, collection “Lire le XVIIe siècle » – lire et écouter puisque l’ouvrage est accompagné d’un CD.

Des ouvrages collectifs :

Women in Port : Gendering Communities, Economies, and Social Networks in Atlantic Port Cities, 1500-1800, edited by Douglas Catterall, and Jodi Campbell, paru chez Brill et à faire acheter par les bibliothèques parce que malheureusement pas à la portée de nos bourses (129 euros).

Les uns et les autres…Biographies et prosopographies en histoire des sciences, édité par Laurent Rollet et Philippe Nabonnand, aux Presses universitaires de Nancy. Si l’on ne relève pas de noms de femmes scientifiques au sommaire de la partie « Individus », il reste que l’ouvrage s’intéresse aussi aux collectifs de travail scientifique et à la méthodologie.

Et en revues :

Un dossier « Régimes de genre » dans les Annales, histoire, sciences sociales, n°3, juillet-septembre 2012, associé à 70 pages de comptes rendus « genre ».

Travail genre et sociétés n°28 est paru : Variations France/Etats-Unis.

Genre & Histoire n°9 est paru : des voyageuses ont pris place à bord

Pour faire suite au  premier ensemble d’articles issus des rencontres du groupe Femmes et histoire de l’IHMC, 2005-2008, animées par Nicole Pellegrin autour du thème Femmes, histoire, voyages publié dans le n°8 de la revue Genre & Histoire, le second vient de paraître, dans le n°9 de la même revue.

On y lira :

ainsi que les rubriques habituelles de la revue.

Retour en publication sur le séminaire « Femmes, histoire, voyages »

Le cycle précédent du séminaire du groupe Femmes et histoire de l’IHMC, 2005-2008, alors animé par Nicole Pellegrin, avait porté ses regards sur le thème Femmes, histoire, voyages.  Un premier ensemble d’articles issus de ces rencontres est publié en ligne dans le n°8, printemps 2011, de la revue Genre & Histoire, accompagné d’une présentation de Nicole Pellegrin.

Au sommaire :

Isabelle Havelange, Les voyageuses françaises au prisme de la bibliographie annuelle de l’histoire de France  (de 1970 à 2010)

Isabelle Havelange, Les voyageuses dans la BAHF, du Moyen Âge au XXe siècle. Bibliographie 1970-2010

Isabelle Ernot, Voyageuses occidentales et impérialisme : l’Orient à la croisée des représentations (XIXesiècle)

Claude Ghiati, Le Maroc des voyageuses françaises au temps du Protectorat. Une vision (de) colonisatrices ?

On remarquera que la question du travail, au centre des travaux actuels du séminaire, affleure d’une façon ou d’une autre dans tous ces articles puisque sont évoqués notamment des voyages professionnels, du propre fait de la voyageuse quand celle-ci est journaliste ou archéologue par exemple, ou liés aux déplacements professionnels de maris suivis par leurs épouses. Les aires géographiques retenues par les articles d’Isabelle Ernot et de Claude Ghiati sont de celles dans lesquelles se déplacent militaires, administrateurs et fonctionnaires coloniaux. La catégorie « voyage professionnel » s’impose aussi dans la typologie se dégageant des bilans historio/bibliographiques proposés par Isabelle Havelange établis à partir des dépouillements de la Bibliographie annuelle de l’histoire de France.

Un autre ensemble d’articles issu du séminaire Femmes, histoire, voyages, paraîtra dans le prochain numéro de la revue Genre et histoire.

Aller au bout du quai avec Florence Aubenas

Dans le cadre du Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale, organisé par l’association Colères du présent chaque premier mai à Arras, Florence Aubenas vient d’obtenir pour son si salutaire* livre Le quai de Ouistreham (Ed. de l’Olivier, 2010) le prix Amila-Meckert distinguant chaque année un livre d’expression populaire et de critique sociale.

Bonne occasion de conseiller vivement à quiconque se soucie du travail, de sa rareté et de sa précarité dans notre pays aujourd’hui et ne l’aurait pas encore lu de l’ouvrir au plus vite  – et quand on l’ouvre on ne le lâche plus – ; le succès public du livre de Florence Aubenas laissant encore espérer de notre bon sens critique, par gros temps.

Cette expérience de vie et d’écriture d’une journaliste fait forcément penser à celles menées par quelques doctorants en sociologie du travail ces dernières années dont l’ouvrage collectif Observer le travail, (La Découverte, 2008), porte certains échos. Même engagement total, au risque de tous les épuisements personnels et d’abord physiques, aux côtés de celles et de ceux dont on veut restituer le travail, ses conditions et la vie qu’il fait mener.

Dans le cas des heures dissociées et éparpillées de ménages – seules opportunités offertes par Pôle Emploi à la quadragénaire bachelière arrivant dans la ville de Caen sans y connaître personne et cherchant à y survivre – ce sont autant les trous dans le travail que le travail lui-même qui rendent la vie impossible.

L’intérêt du livre de Florence Aubenas en tant que démarche et témoignage dans la perspective du thème de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail, n’est pas à démontrer, il va de soi. On l’illustrera juste par un court extrait, en plein coeur du sujet, évoquant comment entre hommes et femmes ensemble (mal) logés à la même enseigne du sale boulot, le plus sale ne se partage pas, il est pour elles.

Florence Aubenas vient de décrocher des heures de ménage, à des horaires évidemment impossibles quand on n’a pas de voiture,  à bord du ferry reliant Ouistreham à l’Angleterre. C’est son premier jour :

Marilou et moi restons collées l’une à l’autre, en essayant de ne pas commettre d’impairs. « Vous deux, là, vous allez faire les sanis« . C’est le premier mot que j’apprends à bord. Sanis veut dire « sanitaires » qui lui même signifie « toilettes ». Faire les sanis, c’est laver les toilettes, tâche majoritaire à bord et exclusivement féminine. Parfois, on dit à un employé homme : « Tu vas faire les sanis », mais ça ne se réalise jamais, c’est forcément pour faire une blague, même avec les fortes têtes ou les souffre-douleur. Les hommes passent l’aspirateur, l’autolaveuse, nettoient les restaurants ou les bars, dressent les couchettes pour les traversées de nuit. Jamais ils ne frottent la cuvette des WC.

* A lire sur le site du JDD, le reportage sur place de Christel De Taddeo « Back to Ouistreham » à la rencontre des ex-collègues de la journaliste, après la parution du livre, dans lequel on apprend notamment qu’une section syndicale (CGT) s’est récemment et pour la première fois montée dans la société de nettoyage des ferries…

Retour biblio sur la séance du 6 avril « Ecrire sa vie de travail »

En l’absence d’Isabelle Astier, souffrante, qui nous aurait parlé des livrets d’expériences constitués dans le cadre de procédures de VAE, la séance Ecrire sa vie de travail du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail du 6 avril dernier a été consacrée uniquement aux autobiographies professionnelles que j’ai présentées et dont nous avons discuté.

Je mets en ligne le pdf du tableau récapitulant les données disponibles sur les concours d’autobiographies organisés auprès des personnels retraités de certaines administrations et entreprises constituant le corpus que j’ai évoqué lors de la séance.

J’intègre ci-dessous la bibliographie des publications de (ou avec) textes d’autobiographies professionnelles féminines résultant de ces concours.

Ministère de l’Economie et des Finances : concours Trésor

Lauréate : Blanche Py, Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, 126 p.

Anthologie : Vies de percepteurs. Fragments autobiographiques, 1918-1993, Morceaux choisis et commentés par Catherine Jumeau, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 706 p.

Ministère de l’Economie et des Finances : concours Impôts

Lauréate : Yvonne Mathé, La longue marche d’une auxiliaire des Impôts, Paris, Comité pour l’histoireéconomique et financière de la France, 1998, 146 p.

2e prix : Falighuero Maryse « Integrazione… pour un code général », Etudes & documents – histoire économique et financière de la France, XI, 1999 (Comité pour l’histoire économique et financière de la France), p. 363-511

Anthologie : Hommes et femmes des impôts, récits autobiographiques, 1920-1990. Extraits du concours « Mémoire des Impôts », morceaux choisis et commentés par Jean-François Costes, Paris, Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie. CHEFF, 2004, 2 vol. 871 + 941 p.

NB : les anthologies des deux autres concours organisés par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France Douanes (2000) et DGCCRF (2005) sont en cours de préparation, mais dans les deux cas la participation féminine était extrêmement réduite (4 textes pour les Douanes et 2 pour la DGCCRF)

Poste : concours destiné aux receveurs

Anthologie thématique : Mémoires d’Algérie – Une génération de postiers raconte, sous la dir. de Muriel Le Roux, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, 1998, 128 p.

Poste : concours destiné au personnel féminin

4 lauréates : Travail et intimité : les PTT au féminin, Louise Raffa-Lonati, Elisabeth Lhomet, Christiane Fourrier, Josette Le Naour. Préface de Muriel Le Roux. Introduction de Sylvie Schweitzer, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, 2005, 357 p.

Poste : concours destiné au personnel du bureau RP Louvre

3 lauréats et anthologie : Jean-Michel Bourquard, Muriel Demorieux, Francis Pizzato, Si Paris RP m’était conté, ouvrage téléchargeable sur le site du Comité d’histoire de la Poste.

Groupe Caisse d’Epargne

3 lauréats : Mémoires d’écureuils, récits autobiographiques. Abel, Pierre et les autres…, Pierre Looten Trente-cinq années dans les Caisses d’épargne, Jacques Prat, Mémoires d’écureuil, Françoise Hautecoeur, Paris, Les Ed. de l’Epargne, 1999, 405 p.

Altadis-Seita : concours destiné aux buralistes

Anthologie : Paroles de buralistes, Concours autobiographiques : anthologie, présentée par Alexandre Giandou, Comité d’histoire d’Altadis « Seita, terres d’histoire »/Ed. Jacques Marseille, 2005, 454 p.

Ne pas oublier de voir aussi du côté de l’Association pour l’autobiographie (APA), de son fond consultable à la bibliothèque d’Ambérieu-en-Bugey et de ses publications :

La Faute à Rousseau, revue (3 n° par an) consacrée au genre autobiographique sous toutes ses déclinaisons. Le dossier du n° 14, février 1997,  de La Faute à Rousseau était consacré à « Dire son métier ».

Le Garde-Mémoire, un numéro tous les 2 ans (en libre accès, salle V, rez-de-jardin, BnF),  regroupant les échos de lecture des textes confiés en dépôt à l’association, échos également consultables en ligne sur demande à l’association. L’index thématique du Garde-Mémoire comprend une rubrique profession détaillant les métiers évoqués dans les textes déposés faisant l’objet d’un écho de lecture dans le numéro.

C’est d’actualité : rencontres, appels et publications

Diffusées récemment et à noter parce qu’utiles dans la proximité de nos questions de genre posées au travail des femmes, XVe-XXe siècles, diverses annonces que je reprends accompagnées des liens qui permettent d’en savoir plus.

Au séminaire du Cerlis Transmissions et apprentissages du genre, mercredi 17 mars, de 15 à 17h (Université Paris Descartes, salle 322, Bâtiment Jacob, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6e), Françoise Laot intervient sur Femmes, épouses et politiques de formation d’adultes dans les années 1960.

Les doctorantes en histoire contemporaine, axe Genre, du laboratoire ICT, université Paris Diderot, annoncent leur atelier du mercredi 24 mars après-midi, au cours duquel Deborah Gutermann, Amandine Malivin, Véronique Blanchard, Elodie Jauneau et Claire Lemasquerier présenteront leurs travaux, discutés par Gabrielle Houbre et Yannick Ripa. L’atelier se tient à partir de 15 heures, immeuble Montréal, salle 4, dalle des Olympiades, 105 rue de Tolbiac, Paris 13e.

L’appel à contributions en vue du colloque Femmes et genre en contexte colonial qui se tiendra à l’initiative de l’université Paris I, de l’ENS Lyon et de la New York University Paris, du 19 au 21 janvier 2012 au Centre Mahler de Paris I est lancé. Les propositions couvrant l’ensemble des champs en histoire économique, sociale, politique et culturelle sont attendues jusqu’au 15 juin 2010.

Les Cahiers du CEDREF ont désormais leur site. La revue pluridisciplinaire annuelle publiée par le Centre d’enseignement, de documentation et de recherche pour les études féministes (CEDREF) de l’Université Paris Diderot y propose à ce jour, cinq numéros consultables en texte intégral (numéros 4-5, 8-9, 10, 14 et 15) ; les autres numéros seront mis en ligne progressivement. Le dernier paru, le n°16, 2008 porte sur Femmes, genre, migrations et mondialisation.

L’Institut Emilie du Châtelet signale que son colloque des 11-13 février derniers,  L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes, est diffusé en écoute à la carte sur la webradio de France Culture, depuis le lundi 8 mars et téléchargeable.

Du côté des revues : parutions récentes

Le numéro 30 de Clio : Histoire, Femmes et Sociétés consacré aux Héroïnes vient de paraître. Les résumés des articles sont accessibles librement en ligne et les textes intégraux diffusés par l’intermédiaire du portail payant CAIRN. La revue existe également sous forme papier.

Au sommaire :

Sophie CASSAGNES-BROUQUET et Mathilde DUBESSET, Editorial, « La fabrique des héros »
Sylvie ROUGIER-BLANC, « Héroïsme au féminin chez Homère »
Pauline SCHMITT-PANTEL, « Autour du traité de Plutarque, Vertus des femmes (Gunaikôn Aretai) »
Yasmina FOEHR-JANSSEN, « La fiancée perdue et retrouvée dans les romans idylliques (XII-XVe siècles) »
Yves KRUMENACKER, « Marie Durand, une héroïne protestante ? »
Mercedes YUSTA, « Vierges guerrières et mères courages : le panthéon des communistes espagnoles en exil »

Regards complémentaires :
Florence BOUCHET, « Héroïnes et mémoire familiale : Le Chevalier errant de Thomas de Saluces »
Martine YVERNAULT, « Le personnage de Grisildis dans The Clerk’s Tale de Chaucer : un discours sur l’effacement ? »
Tatiana CLAVIER, « L’exemplarité de Didon dans les Vies de femmes illustres à la Renaissance »
Alison CARTON-VINCENT, « Sibilla Aleramon, une héroïne du féminisme italien ? »

Document :
Céline COUSSY, « Le retour de Judith à Béthulie, de Boticelli »

Témoignages :
Marina Abramovic, créatrice en art corporel

Varia :
Guillaume PINSON, « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Epoque »
Elodie JAUNEAU, « Images et représentations des premières femmes soldates (1938-1962) »

et de nombreux comptes rendus.

Dans Le Monde daté dimanche 31 janvier/lundi 1er février 2010, Philippe-Jean Catinchi qui l’a lu en rend compte.

Le numéro 5 de Genre & Histoire, la revue de l’Association Mnémosyne, est également paru, coordonné par Dominique Picco. Il est à lire intégralement en ligne, comme les quatre premiers.

Au sommaire :

Martine CHARAGEAT, La confrontation des genres au tribunal au Moyen Âge (XIVe-XVIe siècles) : une relecture des relations de couples en conflit

Adeline GARGAM, Savoirs mondains, savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosités au siècle des Lumières

Sandrine ROLL, « Ni bas-bleu, ni pot-au-feu » : la conception de « la » femme selon Augusta Moll-Weiss (France, tournant des XIXe-XXe siècles)

Stéphane HENEY, Les infirmières-visiteuses pendant l’entre-deux-guerres en Haute-Normandie : entre professionnalisme officiel et bénévolat officieux

Linda GUERRY, Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration.  Naissance et cheminement d’un sujet de recherche

Eric COMBET, L’art et la plasticité des genres

Marie-Joseph BERTINI, Pour en finir avec l’ordre symbolique. A propos de l’ouvrage: Ni d’Eve ni d’Adam. Défaire la différence des sexes

des comptes rendus et l’actualité des travaux universitaires soutenus et de la vie scientifique

Travail, genre et sociétés n° 22 : Domestiques d’ici et d’ailleurs

Le numéro 22/2009 (novembre) de Travail, genre et sociétés est paru ; au sommaire :

PARCOURS : Andrée Michel, Sociologue sans frontières, propos recueillis par Marlaine Cacouault-Bitaud et Marie Vogel

DOSSIER : Domestiques d’ici et d’ailleurs, coordonné par Agnès Fine et Isabelle Puech

  • Le recours aux services à domicile et ses déterminants en France, Claire Marbot
  • « Petites nièces » et « petites bonnes » à Abidjan, Mélanie Jacquemin
  • Exode et domesticité à Bogotá, Félicie Drouilleau
  • Une relation ancillaire à l’épreuve du droit, Dominique Vidal

MUTATIONS

  • Des femmes dans un métier d’hommes : l’apprentissage de la chirurgie , Emmanuelle Zolesio
  • Philanthropes et féministes dans le monde réformateur (1890-1910), Françoise Battagliola

CONTROVERSE autour du thème Généralisation du RSA : Rien A Signaler sur les femmes, coordonnée par Hélène Périvier et Rachel Silvera

  • L’institutionnalisation du « précariat » féminin subventionné, Jean Gadrey
  • Nouvelle pauvreté des femmes, politiques de l’emploi et RSA, Yannick L’Horty
  • Le RSA et la langue d’Ésope, Denis Clerc

Qu’importe le travail, pourvu qu’on ait le RSA, Pierre Concialdi

Et des notes critiques.

C’est l’occasion de signaler que Travail, genre et sociétés est désormais accessible en ligne sur le portail CAIRN où vous trouverez les numéros parus à partir de 2001 (n°5).

« Femmes toutes mains » 30 ans après

Le bel essai de Geneviève Fraisse, paru au Seuil en 1979, Femmes toutes mains : essai sur le travail domestique, est republié, augmenté, sous le nouveau titre Service ou servitude : essai sur les femmes toutes mains, par les éditions Le bord de l’eau.

Une très heureuse initiative quand les « services à la personne » sont régulièrement vantés par les pouvoirs publics comme l’un des principaux gisements d’emplois de ce début du XXIe siècle : mais quels emplois, dans quelles conditions et pour qui ?