Une professeure de lettres débutante à Arras en 1932

L’émission d’Emmanuel Laurentin sur France Culture, la Fabrique de l’histoire, a diffusé mardi 26 mars, dans le cadre d’une semaine consacrée à l’histoire des fonctionnaires, le documentaire de Stéphane Bonnefoi intitulé

« Le charme du plaisir intellectuel, c’est qu’il est solide » : Lucette Lejeune, lettres d’Arras (1932-1938)

à partir de la correspondance  de cette jeune enseignante de lettres, latin et grec, agrégative, commençant sa carrière, à 21 ans en 1932, au collège de jeunes filles d’Arras. Ses lettres à ses parents et à ses soeurs évoquent ses débuts dans le métier et sa vie quotidienne dans une ville qu’elle ne connaît pas.

Ayant, pour des raisons familiales, accès à cette correspondance, je l’ai transcrite, ai effectué les recherches d’archives propres à en éclairer certains aspects et ai proposé à Stéphane Bonnefoi, producteur à France Culture, de travailler sur ce dossier en lui suggérant de faire intervenir Marlaine Cacouault, sociologue spécialiste de l’histoire de la féminisation de l’enseignement secondaire au XXe siècle et André Chervel historien de l’enseignement du français et de l’agrégation. Stéphane Bonnefoi a également recueilli le témoignage d’Adeline Liébert, agrégée de lettres aujourd’hui en poste au lycée Gambetta d’Arras. Les extraits des lettres sont lus par la comédienne Bernadette Appert.

Le documentaire, réalisé par Véronique Samouiloff, est proposé à l’écoute sur le site de France Culture.

« La très humble et très obéissante servante Veuve Godefroid »

Pour préparer notre prochain séminaire du  mardi 5 janvier, au cours duquel Noémie Etienne et Léonie Hénaut croiseront leurs regards d’historienne et de sociologue sur le thème 

Travail des femmes et prestige de l’activité : la restauration des tableaux

aux XVIIIe et XXe siècles à Paris

Noémie Etienne nous propose ces reproductions d’écrits de la Veuve Godefroid, dont il sera forcément question, tant elle a tenu de place dans un métier qu’elle a fait évoluer, à la ville où elle développe les activités de son défunt mari, puis à la cour, où elle devient en 1743 restauratrice des tableaux du roi.

O119122.23

O119122.24

O119122.25

O119122.26

O119122.27