« La pluie et le beau temps » d’Ariane Doublet, film avec agriculteurs normands et ouvrières chinoises

Une fois encore dans La pluie et le beau temps, après Les bêtes, Les terriens,  La maison neuve et Les sucriers de Colleville (je les ai tous vus), Ariane Doublet filme admirablement le pays de Caux, sa plaine, ses champs et leur chute brutale dans la mer, et ceux qui vivent là, mais cette fois les champs sont bleus. Bleu de lin, cette plante risquée pour qui la cultive et qui nulle part ailleurs au monde ne trouve comme en Normandie  juste ce qu’il lui faut de pluie et de beau temps pour pousser au mieux, du moins quand le ciel veut bien s’en tenir aux moyennes saisonnières.

La particularité des récoltes de ce lin cauchois aujourd’hui c’est qu’elles embarquent, à l’état de ballots de filasse, dans des containers du port du Havre et voguent vers les usines chinoises où la filasse sera transformée en bobines de fil ; fil qui une fois tissé passera dans d’autres usines chinoises où la toile sera faite vêtements qui reviendront pendre, légers et chiffonnables, dans nos placards.

La boucle est bouclée et la mondialisation prend deux visages : celui des cultivateurs et ouvriers teilleurs réunis dans la coopérative Terre de lin filmés par Ariane Doublet, avec toute l’humanité dont sa caméra est toujours porteuse, presque que des hommes (parfois des couples qu’on devine mère/fils interrogés par la cinéaste dans une cuisine), et celui des ouvrières, majoritaires, et des ouvriers de l’usine Kingdon filmés en Chine par le documentariste Wen Hai.

Des fermes d’un côté, dans lesquelles l’on vit et travaille, et de l’autre des usines et des dortoirs dans des foyers pour travailleuses et travailleurs migrants qui ont quitté des parents restés eux sur des fermes dans des régions agricoles de grande pauvreté. Entre les deux des négociations serrées pour le prix de la tonne de filasse, menées par le responsable de la coopérative avec les patrons (branches de lunettes signées Prada) de la filature. Des industriels qui songent déjà eux-mêmes à délocaliser vers l’Inde : en Chine le manque de main d’oeuvre commence à se faire sentir et les salaires augmentent.

Deux mondes, celui qui cultive le lin ici et celui qui le transforme là-bas, que tout oppose mais dont la survie passe par l’entente. Le montage alterne subtilement séquences et couleurs normandes et chinoises. Images de corps au travail des deux côtés, appliqués à la même matière (« c’est physique » dit l’un des cultivateurs caressant les jeunes pousses dans son champ), avec amour et inquiétude pour la météo chez ceux qui font pousser – toujours le mètre à la main, arpentant leurs terres, pour mesurer la pousse et estimer la récolte à venir – avec le harassement des douze heures d’usine à l’autre bout de la chaîne. Fortes images de celles et ceux qui se pressent à la pointeuse ou à la cantine, comme de leurs dortoirs : lits superposés, casiers, carton en guise de table sur lequel poser son bol de nouilles et écran plat fixé au mur pour tout loisir.

Un film magnifique qui ne passe hélas que dans une salle à Paris (MK2 Beaubourg) et une seule fois par semaine… Donc dépêchez-vous d’aller le voir, vous en sortirez avec l’envie de voir les autres films d’Ariane Doublet si vous ne les connaissez pas.

Cheminots (et cheminotes ?) autobiographes

Parler de soi, écrire sa vie au travail : la pratique autobiographique des cheminots : c’est le thème d’une journée d’étude qui se tiendra très logiquement à Ambérieu-en-Bugey – ville qui abrite à la fois le siège de l’Association pour l’autobiographie (APA) dans la belle bibliothèque de la Grenette et le Musée du cheminot -, le 17 juin 2011 dans le cadre des journées de l’autobiographie qui ont pour thème cette année « Trajectoires sociales ».

Pour tout savoir,  l’appel à communication est en ligne sur Calenda.

C’est l’occasion de rappeler qu’au cours de notre séminaire, centré l’an dernier sur les Ecritures du travail, j’avais présenté un petit survol des concours d’autobiographies professionnelles lancés dans les années 1990. Bibliographie en ligne dans les archives de ce carnet (mais exceptionnellement pas d’enregistrement pour cause de lecture d’extraits de textes qui pouvaient être soumis à réserves de communication).

C’est aussi l’occasion de donner à lire ces extraits des leçons faites en 1867 à l’Ecole impériale des Ponts et Chaussées, par Frédéric Jacqmin (1820-1889), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur de l’exploitation des Chemins de fer de l’Est, publiées sous le titre De l’exploitation des chemins de fer (Paris, Garnier Frères, 1868, 2 vol.). Il y est notamment question de l’emploi des femmes dans les chemins de fer. Merci à François Bon, découvreur de ce texte dont il a publié plusieurs extraits sur son Tiers Livre, c’est à lui que je les emprunte.

Emploi des femmes

La question de l’emploi des femmes a été très-fréquemment discutée. Leur aptitude à tenir des livres, à distribuer des billets, n’était pas mise en doute ; mais on redoutait des désordres que leur présence dans une gare au milieu d’hommes, la plupart célibataires, pouvait entraîner.

L’expérience a prononcé, et la compagnie de l’Est, qui a donné à l’emploi des femmes dans les gares le plus grand développement possible, n’a pas un seul instant regretté un système qui lui a permis, soit d’améliorer la situation d’un certain nombre de ses chefs de gare, soit surtout de venir en aide aux veuves et aux filles de ses anciens agents, et de remplacer une aumône toujours insuffisante et pénible à recevoir, par un travail honorable.

Receveuses

Les femmes sont employées comme receveuses de deux manières : 
1° Comme aide de leurs maris ;
2° Comme receveuses titulaires.

Dans les gares d’importance secondaire, les chefs de gare sont en même temps receveurs. Comme leur présence continue au guichet de distribution des billets pourrait les empêcher de remplir leurs autres fonctions, on les a autorisés à se faire suppléer par leurs femmes qui, avec le titre d’aides-receveuses reçoivent un traitement de 500 à 700 fr. par an. Ce supplément de solde constitue pour le ménage une amélioration très-importante, la femme apporte ainsi une part aux recettes de la communauté, et cela sans quitter sa maison et la surveillance de ses enfants.

Dans les grandes gares, les fonctions de receveur ne peuvent être remplies par les chefs de ces établissements, et ces fonctions sont confiées à des agents spéciaux. Presque partout nous avons pu les donner à des femmes, et nous n’avons eu qu’à nous applaudir des choix que nous avons faits ; nous pensons même que pour la délivrance rapide des billets, le calcul de leur valeur, l’échange de la monnaie, les femmes acquièrent une dextérité sans égale.

Dans nos grands gares de Paris (ligne de Strasbourg), Nancy, Metz, Strasbourg, le service des billets est fait par des femmes. Sur la ligne de Paris à Vincennes presque tous les guichets sont tenus par des femmes qui seules sont capables d’assurer une distribution qui, dans certaines journées, a atteint 60 000 billets.

Le produit de la vente des billets de la gare de Paris (ligne de Strasbourg), s’élève à 4 000 000 environ chaque année. Toute la comptabilité qu’exige un tel mouvement de fonds est accomplie par une femme, autorisée bien entendu à choisir les aides qui lui sont nécessaires.

Les receveuse titulaires sont payées de 900 à 5 000 fr.

La receveuse de la gare de Paris a 6 500 fr., à la charge d’assurer tout le service sous sa responsabilité ; elle occupe habituellement trois aides, dont un homme et deux femmes.

Sur la ligne de Vincennes, qui donne un mouvement exceptionnel, les dimanches et les jours de fête, il est nécessaire d’ouvrir des guichets supplémentaires ; tous ces guichets sont tenus par des femmes ou des filles d’agents qui reçoivent chacune 4 fr. pour prix de leur travail.

Bibliothèques et bazars. – Vente des livres, des journaux.

Toutes les compagnies de chemin de fer ont autorisé une grande maison de librairie à vendre des livres dans les gares. Elles ont également autorisé une entreprise spéciale connue sous le nom de bazar des chemins de fer, à placer des vitrines dans un certain nombre de gares. Enfin elles laissent vendre des journaux, des gâteaux, des fruits , et quelques rafraîchissements.

Toutes ces diverses autorisations ne rapportent que des sommes assez faibles aux compagnies, les dernières même sont à titre gratuit ; mais toutes ont permis d’assurer du travail à un nombre important de femmes, filles ou veuves d’agents de la compagnie.

La compagnie de l’Est a dans ses gares 91 femmes chargées de ces diverses ventes.

Le salaire est très-variable et dépend de l’importance des gares : il varie de 15 fr. à 150 fr. par mois.

Quand le salaire atteint ce dernier chiffre, les places sont réservées à des veuves ou à des femmes chargées d’une nombreuse famille.

Femmes chargées de la manœuvre des barrières de passage à niveau.

Le service du gardiennage des barrières de passage à niveau permet aussi d’utiliser un grand nombre de femmes d’agents de la voie ; une indemnité annuelle de 120 à 180 fr. est accordée à chaque femme garde-barrière.

Elles sont au nombre de 1080 sur les lignes actuellement en exploitation du réseau de l’Est.

Femmes préposées à la salubrité.

Enfin il a été possible d’assurer un secours à des femmes veuves et sans ressources en leur confiant la garde et l’entretien des cabinets d’aisance dans les gares.

La compagnie leur donne un salaire fixe de 500 à 600 fr. par an ; dans un petit nombre de gares, les gratifications données par les voyageurs augmentent beaucoup cette rétribution.

Illustration : la gare d’Ambérieu-en-Bugey, le 24 mars 2010.

Nouveau sur Musea : « Celles qu’on oublie : les ouvrières à domicile »

Celles qu’on oublie : les ouvrières à domicile, est la nouvelle exposition en ligne, conçue par Colette Avrane, auteure d’une thèse sur Genèse et application de la loi du 10 juillet 1915 ou le salaire minimum des ouvrière à domicile soutenue en 2010, proposée depuis quelques jours et pour trois ans par le site Musea.

L’exposition, centrée sur le tournant XIXe-XXe siècles, est placée sous l’enseigne d’une sculpture de Berthe Girardet exposée au Salon de 1913 : une mère cousant, sa fille blottie contre elle, toutes deux d’une extrême maigreur accusant leur vie de misère. Outre les commentaires de chaque document exposé,  une bibliographie et un lexique des notions-clés  relatives au travail à domicile sont proposées, selon le principe du site.

Sur le travail à domicile, dans les années 1970 cette fois, rappelons l’intervention avec films de Monique Haicault au cours de notre journée-séminaire du 5 juin 2010, on peut l’écouter nous présenter ses images fortes en ligne sur ce carnet.

Et pour rester dans notre sujet des femmes au travail, pendant que vous serez sur le site Musea, passez aussi voir la très belle et émouvante exposition qui n’est plus là que pour quelques mois, Un atelier de couture à Doué-la-Fontaine, réalisation de Frédérique El Amrani. Je ne cite que ces deux-là, mais toutes valent le détour.

(Un regret : l’impossibilité de faire ici des liens directs sur les « portes d’entrée » des expositions virtuelles.)

Louis-Sébastien Mercier et les femmes d’artisans

Cherchant tout autre chose dans la mine inépuisable qu’est pour la connaissance du Paris des années pré-révolutionnaires le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier (édition originale 1782-1789, réédition sous la direction de Jean-Claude Bonnet en 1994), j’arrive, selon les lois (bien connues sur le web) de la sérendipité, au tome 9 sur le chapitre DCCXIX Femmes d’artisans et de petits marchands (vol. 2, p. 629-632 de l’édition de 1994).

Un bonheur de lecture que je ne peux m’empêcher de partager, au moins pour les propos de Mercier qui résonnent le mieux avec  la problématique de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, pour cette année 2010-2011 et en particulier les questions de partage du travail. Pour mémoire, le commerce de la librairie évoqué parmi d’autres par Mercier sera au coeur de notre première séance, avec Sabine Juratic et Pierre Cohen-Hadria, le 7 décembre prochain.

Donc ces extraits, pour servir d’heureux exergue à nos travaux.

Femmes d’artisans et de petits marchands

Elles travaillent de concert avec les hommes, et s’en trouvent bien ; car elles manient toujours un peu d’argent. C’est une parfaite égalité de fonctions ; le ménage en va mieux. La femme est l’âme d’une boutique ; celle d’un fourbisseur offre encore une femme qui vous présente et vous vend une épée, un fusil, une cuirasse. Les boutiques d’horlogers et d’orfèvres sont occupées par des femmes. Enfin, elles vous pèsent depuis une livre de macarons jusqu’à une livre de poudre à canon.

Les femmes sont occupées dans les plus petites parties du commerce concernant la bijouterie, la librairie et la clincaillerie ; elles achètent, transportent, échangent, vendent et revendent ; tous les comestibles passent par leurs mains ; ce sont elles qui vous vendent la volaille, le poisson, le beurre, les fromages, et qui vous ouvrent les huîtres avec promptitude et dextérité. Les femmes tiennent encore de petits bureaux de distribution de sel, de tabac, de lettres, de papier timbré, de billets de loterie.

Ces femmes, qui ne sont pas dans l’inaction, ont plus d’empire dans leur ménage, et sont plus heureuses que les femmes d’huissiers, de procureurs, de greffiers, de commis de bureau, etc… qui ne touchent point d’argent, et qui conséquemment n’en peuvent mettre à part pour satisfaire leurs fantaisies. L’épouse d’un marchand d’étoffes, d’un épicier détailleur, d’un mercier, a plus d’écus à sa disposition, pour ses menus plaisirs, que l’épouse d’un notaire n’a de pièces de douze sous. Les femmes des gens de plume ne font rien et leur poche est à sec ; elles n’obtiennent quelque chose que des libéralités volontaires de leurs maris, et tous les gens de plume calculent. Le marchand détailleur, dans un commerce toujours renouvelé, calcule moins toutes les fractions. Elles tombent journellement dans la poche de la femme qui tient les clefs du comptoir. […]

Comme personne ne s’intéresse plus que moi au bonheur de ces femmes laborieuses, je crois qu’il faudrait leur rendre tous les métiers qui leur appartiennent. N’est-il pas ridicule de voir des coiffeurs de femmes, des hommes qui tirent l’aiguille, manient la navette, qui sont marchands de linge et de modes, et qui usurpent la vie sédentaire des femmes ; tandis que celles-ci dépossédées des arts qu’elles pourraient exercer, faute de pouvoir soutenir leur vie, sont obligées de se livrer à des travaux pénibles, ou de s’abandonner à la prostitution ?

C’est un vice impardonnable dans tout gouvernement de permettre que tant d’hommes deviennent femmes par état et tant de femmes, rien. […]

Oui, j’en rougis pour l’espèce humaine, lorsque je vois de toutes parts qu’au mépris du nom d’homme, des êtres forts et robustes envahissent lâchement des états que la nature a particulièrement destinés aux personnes du sexe. […]

On devrait condamner tous les hommes qui s’oublient ainsi, tous ces coiffeurs, ces marchands de mode, ces tailleurs de corps, ces fileurs de laine, ces marchands de darioles*, etc., à porter des habillements de femmes.

*Dariole : pâtisserie à la crème, sur fond rond de pâte et en partie recouverte de bandelettes de pâte

« Entre nos mains » de Mariana Otero, film avec femmes au travail

La durée d’exploitation des films un peu pointus réservant parfois de très mauvaises surprises, ne manquez pas de voir si vous en avez la possibilité le nouveau film de Mariana Otero Entre nos mains, film étiqueté documentaire mais qui est aussi plus que cela (je ne dévoile pas en quoi : la réalisatrice préfère que  la surprise finale reste intacte).

Mariana Otero a suivi en 2009 la cinquantaine d’ouvrières, et les quelques hommes à leurs côtés, d’une entreprise de lingerie en difficulté de la région d’Orléans tentant, pour éviter de disparaître ou d’être repris avec de la casse d’emplois, de monter un projet de  transformation de leur usine en Société coopérative ouvrière de production (SCOP). Un montage qui suppose que le plus grand nombre possible des ouvrières s’engage à verser au minimum un mois de salaire pour que le projet soit recevable et examiné par les financeurs.

Le film porte avant tout sur le cheminement des femmes concernées vers leur prise de décision et la signature qui s’ensuit,  donc autant sur les questions de solidarité et de confiance que sur leur travail lui même et le risque de sa perte. Dans ce choix d’une écoute longue plutôt que d’un état des lieux réside à mon avis une grande part de la force du film et la réalisatrice, elle même en grande confiance avec le personnel (on ne verra jamais le patron), obtient que les avis et raisons de signer ou de refuser de signer l’engagement s’expriment librement.

Des paroles fortes sont dites, révélatrices des parcours de vie – certaines des ouvrières, le petit groupe des piqueuses, viennent de Chine quand d’autres, du pays, vivent sur une ferme exploitée par leur mari -, des situations familiales et des négociations et arbitrages au sein des couples. Il y a celles qui en réfèrent à leur époux et celles qui considèrent que ça les regarde, elles personnellement, l’engagement de versement du mois de salaire.

Au fil des mois, les positions évoluent – c’est aussi un film à suspense – et si au sein du personnel, l’action du sympathique petit groupe porteur de projet recueille in fine des adhésions qui n’allaient pas de soi, les partenaires de l’entreprise, ses clients grands distributeurs, évoluent aussi dans leurs pratiques, malheureusement pas tous dans la même confiance.

Le précédent film de Mariana Otero Histoire d’un secret était aussi un magnifique film, croisant l’histoire familiale et personnelle de la réalisatrice avec l’histoire des femmes, puisqu’elle y explorait, avec sa soeur comédienne Isabel Otero, le long mensonge entretenu autour de la mort de leur mère, des suites d’un avortement dans les années 1960, masqué en appendicectomie pour ses filles.

Actualisation du Guide des sources des Archives du féminisme en France

L’équipe GDS des Archives du féminisme fait savoir que grâce au travail effectué par les étudiantes et étudiants du master 2 « Bibliothèques » de l’université d’Angers sous la direction de Valérie Neveu, l’association dispose désormais d’une base de données actualisée, complétant ainsi le Guide des sources de l’histoire du féminisme publié en 2006 sous la direction de Christine Bard, Annie Metz et Valérie Neveu.

Cette base de données propose un recensement régulièrement mis à jour concernant les sources de l’histoire du féminisme en France, depuis la Révolution française, indiquant les différents fonds, leur lieu de conservation et leur contenu ; c’est donc un outil essentiel pour permettre le développement de l’histoire du féminisme.

Cette base de données est consultable librement.

Test fait sur le mot « travail », la base est très simple d’emploi et les données pertinentes et précises. Un grand merci à l’équipe.

Travaux du quadrilatère Richelieu, la BnF communique

Si vous avez à consulter prochainement des documents dans les départements spécialisés (Manuscrits et Arts du spectacle en particulier) de la BnF, site Richelieu, sachez que :

en prévision de la première phase de travaux de rénovation (2010-2013) du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France, les départements des Arts du spectacle et des Manuscrits fermeront du 29 mars au 3 avril 2010 et ouvriront leurs nouvelles salles de lecture provisoires le 6 avril, dans la galerie Mazarine et dans la Crypte.

A partir du 6 avril 2010, l’entrée du 58 rue de Richelieu est fermée. L’entrée se fera par le 5 rue Vivienne. Le quadrilatère Richelieu et toutes ses salles de lecture ouvrent désormais à 10 heures. Le département de la Musique (2 rue Louvois) continue d’accueillir les lecteurs à partir de 9 heures. Les collections de tous les départements continuent d’être consultables à Richelieu, en direct ou en différé, pendant toute la durée des travaux.

Plus d’informations et leur actualisation sur le site de la BnF, rubrique Rénovation de Richelieu.

Genre et histoire de l’éducation : sources et ressources

A signaler, sur le site du Service d’histoire de l’éducation de l’INRP, la nouvelle entrée, en cours de constitution mais déjà accessible et comportant quelques premières rubriques fournies

Femmes et genre en histoire de l’éducation

structurée en trois pôles :

un domaine de recherche ;

des ressources ;

des thèmes de recherche.

Un outil prometteur qui devrait faciliter le repérage des sources à propos de l’histoire des enseignantes.

C’est l’occasion de rappeler la richesse des ressources proposées en ligne par le Service d’histoire de l’éducation, notamment l’accès à un nombre de notices sans cesse croissant issues des livraisons de sa bibliographie courante annuelle publiée depuis 1979 dans sa revue Histoire de l’éducation et depuis 2005 sur Internet, ainsi que la richesse de son catalogue de publications papier. En ligne comme en volumes papier, les guides, dictionnaires, répertoires et inventaires de sources y ont la part belle.