En écoute, séminaire “Femmes au travail” du vendredi 22 juin : représentations imagées et écrites

Le 22 juin dernier une séance spéciale Représentations s’est ajoutée aux trois journées du programme 2011/2012 du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles qui était axé cette année sur les questions de  Créations, inventions, productions.

L’occasion pour nous d’écouter Simon Psaltopoulos, historien de l’art (diplôme de Recherche approfondie de l’école du Louvre, Histoire de l’art appliquée aux collections) à propos d’Oser le travail féminin ? L’iconographie féminine ouvrière dans la peinture française, 1850-1914. Son intervention qui s’accompagnait de la projection de nombreuses illustrations s’écoute ci-dessous, hélas sans les images :

Après ce premier temps consacré à l’iconographie, nous nous sommes tournés vers la littérature avec l’exposé de Juliette Rogers (Macalester College) sur L’évolution des représentations littéraires de la femme sur son lieu de travail, de la Belle Epoque à nos jours. On l’écoute ici :

Illustration : l’un des tableaux évoqués par Simon Psaltopoulos à la fin de son exposé : Lucien-Hector Jonas (1880-1947), Gabrielle la cafut (Musée d’Anzin)

En écoute, séminaire “Femmes au travail” du samedi après-midi 2 juin : des femmes de sciences

L’après-midi de la journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du 2 juin dernier nous a permis d’écouter Colette Le Lay (Centre François Viète, université de Nantes), évoquer L’astronomie des dames, de la marquise de Fontenelle aux calculatrices de l’Observatoire (1686-1900), l’intervention est ici :

puis je lui ai succédé avec un exposé sur Les allocataires de la Caisse des sciences et leurs travaux dans les années 1930 que l’on peut aussi écouter :


 Illustration : très ancien logo du CNRS sur la façade des laboratoires de Bellevue

En écoute, séminaire « Femmes au travail » du samedi matin 2 juin : des géographes

La matinée de notre journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du 2 juin dernier était consacrée à la géographie. Yann Calbérac (Université Paris-Sorbonne (IUFM de Paris), UMR 8185 ENeC) et Anne Volvey (MCF Université d’Artois et chercheuse à l’UMR 5600 EVS) avaient articulé et regroupé leurs deux interventions sous l’intrigant titre Terrain masculiniste et terrain féministe : questions de genre et de méthode en géographie. 

Yann Calbérac observe, entre 1870 et 1970, les rapports des géographes avec le terrain quand la discipline est encore très masculine et masculiniste. On peut l’écouter ici :

De Yann Calbérac, on peut désormais aussi visionner en ligne le film Ce qui fait terrain. Fragments de recherches qui suit le travail de deux doctorantes, l’une dans la ceinture maraîchère de Buenos Aires, l’autre dans les espaces touristiques vietnamiens.

Anne Volvey analyse pour sa part l’émergence, dans les années 1990, et les développements de la question théorique du terrain dans la géographie féministe anglophone. On peut l’écouter ici :

Et en illustration/transition avec la séance de l’après-midi, cette carte géologique de l’Ardèche incluse dans le rapport d’activité 1931-1932 d’Aline Dusseau, boursière de la Caisse natonale des sciences (AN F17 17458)

Genre & Histoire n°9 est paru : des voyageuses ont pris place à bord

Pour faire suite au  premier ensemble d’articles issus des rencontres du groupe Femmes et histoire de l’IHMC, 2005-2008, animées par Nicole Pellegrin autour du thème Femmes, histoire, voyages publié dans le n°8 de la revue Genre & Histoire, le second vient de paraître, dans le n°9 de la même revue.

On y lira :

ainsi que les rubriques habituelles de la revue.

Séance spéciale « Représentations » vendredi 22 juin

La présence cette année parmi nous de Juliette Rogers est l’occasion d’organiser une séance supplémentaire du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, vendredi 22 juin, de 9h30 à 12h30, autour de représentations des femmes au travail, dans la littérature, avec Juliette Rogers, et dans la peinture avec Simon Psaltopoulos.

Simon Psaltopoulos est historien de l’art (diplôme de Recherche approfondie de l’école du Louvre, section Histoire de l’art appliquée aux collections) il travaille actuellement comme attaché de la Ville des Lilas (93), en charge de la coordination des expositions.  Il interviendra sur le thème

 Oser le travail féminin ? L’iconographie féminine ouvrière dans la peinture française, 1850-1914

Son travail de « cartographie » iconographique tentera de détailler les modes et les enjeux de la représentation du travail féminin prolétaire, dans un contexte de mutation globale des emplois réservés aux femmes (contexte économique), de pleine intégration des théories hygiénistes (contexte idéologique) et d’apparition d’une frange de peintres traditionnellement nommés « avant-gardes » (contexte artistique). Illustration ci-dessus : Jules Adler, Un Atelier de taille de faux diamants au Pré-Saint-Gervais – Musée de Bayeux  – Copie.

Juliette Rogers (Macalester College), dans le prolongement de son ouvrage Career Stories: Belle Epoque Novels of Professional Development  et en lien avec la poursuite de ses recherches dans le domaine de la fiction contemporaine. évoquera pour sa part

L’évolution des représentations littéraires de la femme sur son lieu de travail, de la Belle Epoque à nos jours

Bibliographie de Juliette Rogers en français :

« Monstres médicaux : femmes médecins dans la littérature de la Belle Epoque » dans Ecriture et maladie : du bon usage de la maladie, sous la dir. d’Arlette Bouloumié (Paris, Editions Imago, 2002).

 « La fortune sourit aux audacieuses: féminisme et audace dans Un naufrage parisien (1869) de Claude Vignon » dans La littérature en bas-bleus II (1848-1870), sous la dir. de  (Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2012).

Comme d’habitude, le séminaire se tient à l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e). N’hésitez pas à nous rejoindre. Si vous n’y avez jamais participé, il suffit de m’adresser un message auparavant – martine.sonnet@ens.fr – pour m’informer de votre venue.

Séminaire du 2 juin : des géographes, des astronomes et de quelques autres scientifiques

Samedi 2 juin, pour la prochaine journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles nous aurons le matin les pieds sur terre avec les géographes et l’après-midi la tête dans les étoiles avec les astronomes.

De 9h30 à 12h30 nous évoquerons en effet les géographes et leur terrain avec Yann Calbérac (Université Paris-Sorbonne (IUFM de Paris), UMR 8185 ENeC) et Anne Volvey (MCF Université d’Artois et chercheuse à l’UMR 5600 EVS), deux géographes qui articuleront leurs deux interventions sous le titre unique de Terrain masculiniste et terrain féministe : questions de genre et de méthode en géographie.

Yann Calbérac a soutenu sa thèse sous le titre Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle, sous la direction d’Isabelle Lefort à Lyon 2 en 2010. Une thèse très heureusement infusée de littérature, parce que le géographe peut aussi accéder à son terrain en suivant Alice vers le pays des merveilles…

Anne Volvey travaille sur la géographie de l’art – sa thèse portait sur le land art –  et en épistémologie de la géographie. On  peut lire en ligne la traduction française de son article de 2005 « ‘Übergänglichkeit’ : ein neuer Ansatz für die Epistemologie der Geographie » (« La transitionnalité : nouvelle proposition pour une épistémologie de la géographie »), in Geographische Zeitschrift, band 92, Heft 3, et signaler qu’elle est l’auteure de l’article « Terrain » dans le  Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, dirigé par J. Lévy et M. Lussault. Elle annonce pour 2012 les articles « Le terrain transitionnellement : une transdisciplinarité entre Géographie, Art et Psychanalyse », dans les actes du Colloque international Les Sciences humaines et sociales (1970–2010) : Nanterre en débat ! des 16 et 17 décembre 2010, à paraître aux Presses Universitaires de Paris Ouest – PUF, et « Fieldwork: how to get in(to) touch. Towards a haptic regime of knowledge in geography », in M. Paterson et M. Dodge (ed.), Touching Space, Placing Touch, Ashgate Publishing, Londres.

L’après-midi, de 14h à 17h, nous permettra d’écouter Colette Le Lay (Centre François Viète, université de Nantes), à propos de L’astronomie des dames, de la marquise de Fontenelle aux calculatrices de l’Observatoire (1686-1900), puis j’interviendrai pour évoquer Les allocataires de la Caisse des sciences et leurs travaux dans les années 1930.

Colette Le Lay, professeure agrégée de mathématiques a soutenu au Centre François Viète en 2002 une thèse en histoire des sciences et des techniques consacrée aux livres de vulgarisation de l’astronomie (1686-1880). Elle a publié récemment « Les jeunes gens et les dames destinataires privilégiés d’un discours de vulgarisation de l’astronomie aux XVIIIe et XIXe siècles » dans Science in the Nursery : The Popularisation of Science in Britain and France, 1761-1901, sous la direction de Laurence Talairach Vielmas, Cambridge Scolars Publishing, 2011, p. 207-221.

Quant à moi, après dépouillements complémentaires d’archives de la Caisse nationale des sciences (série F 17 des Archives nationales), je compléterai et affinerai les profils des chercheuses et chercheurs esquissés dans mon article de 2006 « Genre et partage du travail scientifique aux origines du CNRS (France, années 1930) », Documents de travail du MAGE, 2006, n° 9, et évoquerai leurs travaux, notamment à partir de leurs rapports d’activités.

Le séminaire se tient à l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e). N’hésitez pas à nous rejoindre. Si vous n’y avez jamais participé, il suffit de m’adresser un message auparavant – martine.sonnet@ens.fr – pour m’informer de votre venue.

En écoute, séminaire du 30 mars : Annabelle Harbonnier

La première intervention de notre journée-séminaire du 30 mars dernier nous a permis d’écouter Annabelle Harbonnier, dont le Master Recherche en histoire des sociétés occidentales contemporaines à l’Université Panthéon-Sorbonne, porte sur les Chroniqueuses et critiques dans les grands quotidiens français, 1890-1930. Parmi ces dernières, elle avait choisi d’évoquer plus spécialement Judith Gautier, Rachilde, Arvède Barine : trois femmes critiques dans la Grande Presse à la Belle Epoque. Outre des talents littéraires reconnus et le fait qu’aucune des trois n’adhère aux mouvements féministes, toutes les trois partagent l’expérience d’avoir réussi à s’insérer dans des journaux « mixtes », donc de fait masculins.

L’exposé d’Annabelle Harbonnier en écoute ci-dessous :

Les autres exposés de cette journée n’ont pas été enregistrés pour ne pas risquer d’écorner l’anonymat garanti par des sociologues réalisant des entretiens dans des mondes professionnels qui ont en commun la particularité d’être de « tous petits mondes ». Donc, à défaut de vous les faire entendre, je vous invite à rebondir sur leurs travaux déjà parus en rapport avec les exposés présentés.

Pour  Delphine Naudier, à propos des attachées de presse dans l’édition contemporaine, son article disponible en ligne Les attachées de presse : les maillons invisibles de l’édition dans les Documents de travail du MAGE n°13, dossier « Travail, genre et art » ainsi que Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France : le « capital réputationnel » des attachées de presse dans le dossier Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes de la revue Recherches féministes (vol. 24, n°1, 2011).

Pour Martine Bourelly, à propos des chef et cheffes de cuisine à étoiles, son article “Cheffe de cuisine : le coût de la transgression” dans le dossier Minoritaires et légitimes des Cahiers du genre (n°48, 2010).

Pour Nicolas Divert, à propos des couturières et grands couturiers et de leur formation, l’article « L’offre de formation dans les métiers de la mode : une réponse à des emplois qui se renouvellent ? » dans l’ouvrage collectif Former, certifier, insérer, sous la direction de Fabienne  Maillard (PUR, 2012) et sa communication, lisible en ligne, “Heurs et malheurs des CAP couture” au colloque du centenaire du CAP (Université de Poitiers, Gresco, 18-20 octobre 2011) et dont l’enregistrement vidéo est aussi accessible.

Séminaire du vendredi 30 mars avec femmes au travail dans la presse, l’édition, aux fourneaux et en couture

La prochaine journée du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, attentif en 2011-2012 aux questions de création et d’invention et aux métiers relevant de ces secteurs, aura lieu le

vendredi 30 mars de 9h30 à 12h 30 et de 14h à 17h.

La matinée se situera dans la continuité des séances du 13 janvier dernier puisque nous évoquerons encore le travail littéraire et ses à-côtés, en les abordant au travers d’autres figures de professionnelles, actives dans le monde de la presse et de l’édition.

Annabelle Harbonnier, historienne  (Master Recherche en histoire des sociétés occidentales contemporaines à l’Université Panthéon-Sorbonne, sur « Chroniqueuses et critiques dans les grands quotidiens français, 1890-1930 ») évoquera

Judith Gautier, Rachilde, Arvède Barine : trois femmes critiques dans la Grande Presse à la Belle Epoque.

Delphine Naudier, sociologue (chargée de recherche, CNRS/Cultures et sociétés urbaines)  interviendra sur

Fabriquer la notoriété des écrivains: le travail des attachées de presse.  

Spécialiste de la sociologie du champ littéraire et des rapports sociaux de sexe à l’oeuvre dans les pratiques et les carrières intellectuelles et artistiques, Delphine Naudier a publié récemment les articles Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France : le « capital réputationnel » des attachées de presse dans le dossier Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes de la revue Recherches féministes (vol. 24, n°1, 2011) ; Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées, Sociétés contemporaines, (n°78, 2010) ; et est co-auteure, avec Wenceslas Lizé et Olivier Roueff, de l’ouvrage Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce paru à la Documentation française en 2011.

L’après-midi nous introduira dans deux secteurs d’activités bien différents du monde des lettres, mais dont les créations ne manquent pas de faire l’objet de critiques dans la presse, présentant tous les deux la particularité d’avoir, à leurs plus hauts niveaux de prestiges, professionnalisé au masculin, des activités parmi les plus basiquement traditionnellement prises en charge par les femmes.

Martine Bourelly, sociologue, se penchera en effet sur le cas du et de la

« Chef-fe » de cuisine : paradoxe d’un métier – de la cuisine familiale à la cuisine étoilée

Martine Bourelly est en cours de thèse, sous la co-direction d’Anne-Marie Devreux et de Réjane Sénac-Slawinski, sur Le rôle des associations dans la trajectoire professionnelle des chefs et cheffes de cuisine, après avoir consacré un diplôme interuniversitaire « Egalité femmes-hommes » aux chef et cheffes de cuisine. Elle a publié à partir de ce mémoire un article « Cheffe de cuisine : le coût de la transgression » dans le dossier Minoritaires et légitimes paru dans les Cahiers du genre (n°48, 2010). Martine Bourelly mène ses recherches à la suite de son activité professionnelle et syndicale dans le secteur de l’emploi en restauration.

Nicolas Divert, sociologue (maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Paris Est Créteil) observera pour sa part la mutation

De la couturière au grand couturier : formation et marché du travail dans les métiers de la mode.

Sa thèse sur ce sujet soutenue en 2010 a donné matière à plusieurs articles, notamment, pour les plus récents, « L’offre de formation dans les métiers de la mode : une réponse à des emplois qui se renouvellent ? » dans l’ouvrage collectif Former, certifier, insérer, sous la direction de Fabienne  Maillard (PUR, 2012) et « Forme-t-on les stylistes ? Comment le Dictionnaire de la mode au XXe siècle donne à voir la formation des couturiers » dans Précarisation, restructuration et valeurs, sous la direction de Béatrice Appay et Steve Jefferys (Octarès, 2009). Sa communication « Heurs et malheurs des CAP couture » au colloque du centenaire du CAP (Université de Poitiers, Gresco, 18-20 octobre 2011) est lisible en ligne.

Le séminaire se tient à l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e). N’hésitez pas à nous rejoindre. Si vous n’y avez jamais participé, il suffit de m’adresser un message auparavant – martine.sonnet@ens.fr – pour m’informer de votre venue.

En écoute : séminaire du 13 janvier, 2e partie, Patricia Izquierdo et Claude Poliak

Travail littéraire toujours au programme de l’après-midi du 13 janvier, mais cette fois au XXe siècle, avec des écrits de poétesses du tout début du siècle et des nouvelles produites dans le cadre d’un concours, à sa toute fin.

Patricia Izquierdo (IUFM de Lorraine) nous a entretenues de la Création et réception de plusieurs poétesses à la Belle Epoque dans le prolongement de son travail de thèse sur Les conditions et les modalités de l’essor de la poésie féminine d’expression française (1900-1914), publié sous le titre Devenir poétesse à la Belle Epoque. Il s’agissait d’observer l’irruption de nombreuses femmes dans le champ littéraire de la Belle Epoque, tolérées par celui-ci à condition de s’y confiner dans le genre poétique – là où les enjeux financiers sont moins tentants que du côté du roman ou du théâtre. Au coeur de sa réflexion quatorze poétesses et leurs écrits : quelles transgressions ? quelles postures d’auteures ? Exposé en écoute :

L’intervention de Claude Poliak (Centre de sociologie européenne) Les écrivains amateurs en quête de reconnaissance revenait sur sa recherche publiée en 2006 sous le titre Aux frontières du champ littéraire : sociologie des écrivains amateurs, à propos des participants au concours de nouvelles organisé par France Loisirs en 1990. La forte participation à ce concours – 4500 nouvelles reçues par les organisateurs, les deux-tiers écrites par des femmes – et la mise à disposition de Claude Poliak de tous les documents y afférents, complétés par sa propre enquête par questionnaires et entretiens, permet de dessiner les profils des auteurs amateurs confinés (une fois encore) sur un « simili champ littéraire ». Exposé en écoute (avec toutes mes excuses pour le niveau insuffisant du son des 5 premières minutes, avant que le micro suive) :

Un lien à suivre : Le site de l’Association des Amis de Lucie Delarue Mardrus dont Patricia Izquierdo est la présidente.

En écoute : séminaire du 13 janvier, 1ère partie, Marianne Charrier-Vozel et Suzan Van Dijk

La matinée de notre première journée-séminaire 2012  Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles le 13 janvier dernier, était consacrée à la reconnaissance, notamment sonnante et trébuchante, du travail littéraire de femmes de lettres du XVIIIe siècle.

Dans un premier temps nous avons écouté Marianne Charrier Vozel (université de Rennes I)  sur Le travail littéraire féminin au XVIIIe siècle : entre sociologie, bons et  mauvais genres. Trois écrivaines et épistolières étaient au centre de ses propos – Mme Riccoboni, Mme d’Epinay, Mme de Graffigny – et la correspondance de ces femmes de lettres était interrogée sur les circonstances de leur entrée en littérature, leur condition matérielle et la réception de leurs oeuvres, le tout en lien avec leur vie sentimentale. La bibliographie distribuée en séance est en ligne et son exposé proposé à l’écoute : 

Le deuxième temps de la matinée nous a permis d’écouter Suzan van Dijk (Huygens ING, Institut pour l’histoire des Pays-Bas, Académie royale des Arts et des Sciences, La Haye) sur La question de l’importance de l’argent pour les écrivaines et traductrices du XVIIIe siècle. Suzan van Dijk nous a expliqué comment la situation financière des femmes de lettres et plus largement leurs soucis d’argent (personnels ou fictionnels) pouvait être pris en compte dans la base de données  Women Writers Network liée au projet européen Women Writers in History: Toward a New Understanding of European Literary Culture, dont elle est l’une des responsables et animatrices et dont elle nous a présenté les ressources et l’état d’avancement. Exposé à écouter :