L’actualité « femmes au travail » en ce début d’année

Poste anglaise, le classement des lettres [destinées aux soldats] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Bonne résolution de début d’année, publier deux fois par mois, vers le 15 et vers le 1er, une sélection régulière d’annonces relatives à l’actualité scientifique du champ de notre séminaire interdisciplinaire – en pause cette année 2012/2013 avant reconfiguration  – Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles.

Rencontres et colloques

Les 24 et 25 janvier 2013, le séminaire européen du Centre Georges Chevrier Histoire des travailleurs au XXe siècle : Allemagne, Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, se tient à Dijon (Campus Montmuzard, amphithéâtre de la MSH de Dijon – 2 boulevard Gabriel) ; avec Cristina Borderias (le 24) et Laura Frader (le 25) il sera question de travailleuses et de genre.

Jeudi 7 février à 17h00, débat autour du livre Un siècle de travail des femmes en France de Margaret Maruani et Monique Méron.  C’est organisé par la Mairie de Paris, le collectif Droits des femmes et le MAGE, salle de conférence Jean Dame (entrée par le centre sportif, 17 Rue Léopold Bellan, 75002 Paris)

Du 11 au 13 février, dans le cadre de la manifestation Filmer le travail (qui se déroule pour la 4e fois à Poitiers du 8 au 17), colloque international Images du travail, travail des images : pratiques artistiques, démarches scientifiques, organisé par le GRESCO, la MSHS et l’université de Poitiers. Programme très riche, où l’on relève en particulier, côté femmes au travail, les interventions (le 11) d’Eve Meuret-Campfort et de Sylviane Rosière.

Le 22 février, colloque de L’AFFDU, à Paris (Ministère de l’Education supérieure et de la Recherche, 1 rue Descartes, 75005), La carrière des femmes dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche : quels sont les obstacles et comment y remédier. Programme détaillé à venir, mais retenez dès à présent la date.

Appels à projets

Pour mémoire, l’appel à projets du GIS Genre court jusqu’au 1er février. Son axe Territorialités, espaces, mondialisation s’intéresse notamment aux migrations de travail et son axe Créations, arts et littératures, à la création comme travail.

Appels à contributions

Réponses jusqu’au 30 janvier 2013  pour le colloque international Genre et discriminations, colloque inaugural du DIM « Genre, inégalités, discriminations ; le monde de l’entreprise est bien sûr de ceux pris en compte.

Réponses jusqu’au 1er février pour le numéro spécial  Gender & History, Volume 27, 2015 « Men at Home  Authority, Domesticity, Sexuality and Household Production »

 Réponses jusqu’au 1er mars pour le colloque international De l’université de Paris aux universités franciliennes est organisé les 30 et 31 janvier 2014 à l’occasion du 40e anniversaire des universités parisiennes.

Lectures

La parité dans les métiers du CNRS 2011 est en ligne (les lignes bougent bien lentement).

Signalons aussi ces trois articles de revue par des intervenants du séminaire :

Anne Volvey et Yann Calbérac sont co-auteurs avec Myriam Houssay-Holzschuch dans les Annales de géographie n° 687-688, décembre 2012 de « Terrains de je. (Du) sujet (au) géographique » 

Caroline Fayolle publie « Le sens de l’aiguille : travaux domestiques, genre et citoyenneté (1789-1799) » dans les Cahiers du genre, n°53, 2012 et « Des institutrices républicaines (1793‑1799) » dans les Annales historiques de la Révolution française 2/2012 (n° 368), p. 87-103.

ainsi que les actes du colloque « La littérature et le monde du travail » de novembre 2011 à l’université de Porto sont parus dans un numéro de le n° Intercambio, série 5, vol. 2, 2012, avec notamment la communication de Maria Herminia Amado Laurel, Travail et identité, au féminin, dans quelques récits d’A. Rivaz et de F. Bon.

Radio

En écoute sur le site de la Fabrique de l’histoire d’Emmanuel Laurentin, France Culture, la table ronde sur l’histoire de l’éducation des filles du 10 janvier à laquelle je participais.

Twitter

On peut désormais y suivre le compte des Archives du féminisme.

« Mélancolie ouvrière » : retrouvailles de Michelle Perrot avec Lucie Baud

La première rencontre de Michelle Perrot avec Lucie Baud, ouvrière en soie et militante syndicale en Dauphiné, remonte à l’époque où l’historienne travaillait à sa thèse publiée en 1974 sous le titre Les ouvriers en grève. La lecture de la sociologue Madeleine Guilbert l’avait conduite vers le seul écrit publié de Lucie, un texte autobiographique, paru dans la revue Le Mouvement socialiste en 1908 ; court texte que Michelle Perrot rééditera dans un numéro spécial « Travaux de femmes » du Mouvement social en 1978. Dans la présentation qu’elle fait du texte, elle souligne alors le peu que l’on sait de Lucie Baud – qu’elle est veuve à 35 ans en 1905 avec 3 enfants -, hors ce texte évoquant les conditions de travail qui sont les siennes à l’usine, aux côtés de sa mère, dès qu’elle a 12 ans, la longue grève qu’elle mène à Vizille en 1905, puis celle à laquelle elle participe activement à Voiron en 1906. Longs mois de grèves dans les deux cas aux issues décevantes : l’élan révolutionnaire escompté ne s’est pas levé et là déjà pourrait naître la mélancolie.

Entre l’intérêt porté par Michelle Perrot à l’ouvrière militante mal connue dans les années 1970 et le livre qu’elle publie aujourd’hui à son propos, commande de la collection « Nos héroïnes » chez Grasset, se proposant de mettre en avant des héroïnes qui ne soient pas celles que l’on attend, Lucie Baud arrête les regards de quelques autres historiens, attachés à l’histoire locale comme Gérard Mingat ou universitaires comme Andrée Gautier. Michelle Perrot rend hommage au travail des uns et des autres dans le premier chapitre de son ouvrage : des aspects importants de la biographie de Lucie sont éclairés grâce à leurs recherches, les archives locales ont été exploitées, les lieux sont repérés, des faits sont établis, le descendant – un petit-fils – est identifié et contacté.

En une trentaine d’années et à plusieurs mains, des moments clés de la vie de l’ouvrière en soie se sont donc précisés et aujourd’hui Michelle Perrot, guidée dans ses explorations des lieux par Gérard Mingat, repart de ces pièces de puzzle, les fait jouer, les assemble, les éclaire et les complète autant qu’il est possible en les contextualisant.

Succession des principaux événements biographiques. Lucie Marie Martin naît le 23 février 1870 à Saint-Pierre-de-Mésage, entre à l’usine à 12 ans, épouse, le 14 octobre 1891, Pierre Jean Baud, garde-champêtre de Vizille où ils occuperont un logement de fonction. Lucie met au monde trois enfants entre 1892 et 1900, deux filles et un garçon, celui-ci décédé avant d’atteindre un an. La mort de Pierre Jean Baud le 9 juillet 1902, met à la rue sa veuve et les deux enfants qui lui restent. Mais 1902 et son drame familial sonnent aussi pour Lucie la libération de la réserve attendue de l’épouse du garde-champêtre et par tant d’une révolte et d’un silence longtemps contenus : dès novembre elle fonde le « Syndicat des ouvriers et ouvrières en soierie du canton de Vizille », ce qui lui vaut invitation en 1904 comme déléguée – hélas silencieuse – au 6e Congrès national ouvrier de l’industrie textile à Reims.

S’ensuivent les grèves de 1905 et 1906, contre les cadences, les conditions de travail et de logement des ouvrières en internat (en particulier celles des Italiennes que les patrons font venir du Piémont), pour Lucie l’exaltation d’être suivie, l’expérience de la solidarité, l’accès à une notoriété autorisant la parole par voie de presse locale. Mais au bout du compte, rien n’est gagné,  que la solitude, et la submersion par la mélancolie et pire encore, les trois balles de revolver que Lucie se tire dans la bouche et dont elle réchappe. Mais dans quel état ? On ne sait pas, parce que l’on ne sait plus rien d’elle après ce geste désespéré de septembre 1906. De quoi survit-elle dès lors ? Comment le texte autobiographique s’écrit-il et arrive-t-il sur le bureau du directeur du très intellectuel Mouvement socialiste qui le publie en 1908 ? Mystère, comme tout ce qui advient d’elle jusqu’au 7 mars 1913, 5h du soir, que la mort la saisit en son domicile de Fures, à 43 ans, révèle le registre d’état-civil.

Héroïne Lucie Baud, sans aucun doute, que l’écriture de Michelle Perrot replace avec sympathie et émotion dans son paysage, dans son temps et dans son monde, mais qui garde encore ses mystères : on n’en finit jamais d’écrire l’histoire des femmes du peuple.

Suggestion d’écoute : Michelle Perrot parlant ces jours derniers de Mélancolie ouvrière avec Alain Veinstein dans son émission « Du jour au lendemain » sur France Culture.

 

Renouer le fil : annonces diverses

Appel à contributions

Réponses jusqu’au 15 décembre 2012 : le CReIM (Cercle de Recherche Interdisciplinaire sur les Musiciennes), l’Université du Maine et le Centre de Recherches Historiques de l’Ouest [CERHIO, UMR 5268] organisent des journées d’études qui auront lieu au Mans, les vendredi 5 et samedi 6 avril 2013 sur le thème : Musiciennes en duo, compagnes, sœurs ou filles d’artistes. Dans une perspective d’histoire du genre, l’objectif de ces journées sera de toujours mieux éclairer la place des femmes dans les processus de création et de pratique artistique, hier et aujourd’hui.

Rencontres et colloques

Samedi 8 décembre 2012, de 14h à 16h, conférence de Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite à l’Université de Lyon 1, dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherches sur les femmes, le sexe et le genre » de l’IEC. Cela se passe Campus des Cordeliers, amphi Bilski-Pasquier, 21 rue de l’École de Médecine 75005 Paris (métro : Odéon – entrée libre dans la limite des places disponibles).

 Du mercredi 12 au vendredi 14 décembre, colloque Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle : regards croisés sur le Puy-de-Dôme et la France, à La Chapelle des Cordeliers – 9 place Sugny, Clermont-Ferrand. Il y sera notamment question des ouvrières le vendredi 14 avec Jocelyne Georges et Fanny Gallot.

Jeudi 13 et vendredi 14 décembre, colloque Maîtresses et favorites dans les coulisses du pouvoir (Moyen Age et époque moderne), à l’université de Liège, organisé par Transitions / Département de recherches sur le Moyen Age tardif et la première modernité.

Vendredi 14 décembre et samedi 15 décembre à Toulouse, Colloque Femmes, féminisme et recherches 30 ans après 1982. Dédié à Françoise Collin, il se tiendra à l’Université de Toulouse le Mirail (le 14) et à l’Ecole supérieure de commerce (le 15). Deux journées bien remplies avec des ateliers en parallèles.

Soutenances de thèses

Caroline Bec, Les comédiennes-chanteuses à Madrid au XVIIIe siècle (1700-1767) : étude socio-culturelle, samedi 8 décembre, 9h00, Paris, Institut d’Études His­pa­niques de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), Salle Delpy, (31, rue Gay Lus­sac, 75005, Paris).

Fanny Gallot, Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations, lundi 10 décembre, 14h30, Lyon, ISH (Institut des Sciences de l’Homme, 14, avenue Berthelot), salle Elise Rivet (4è étage).

Bourse

Et pour finir en parlant d’argent, nerf de la guerre c’est bien connu : la bourse Olympe de Gouges attribuée par la ville de Montauban pour l’année 2013 aura pour thème les femmes guerrières, femmes de combat. Les dossiers de candidature peuvent être déposés jusqu’au 7 janvier 2013.

Cliché technologique (un de plus)

Soit l’illustration d’une publicité pour un salon étudiants comme il me semble qu’ils se sont considérablement multipliés et spécialisés ces dernières années. Celui-là concerne des formations artistiques. Au premier coup d’oeil on se dit que pour ce qui est de la parité et donc de la diffusion de l’image de métiers mixtes, le compte y est. Une jeune femme (dont les traits portent en outre un message d’ouverture sur le vaste monde) et un jeune homme. Mais quand le regard s’attarde, il apparaît que dans les mains du jeune homme il y a une tablette numérique et sous les bras de la jeune femme de grands rouleaux de papier à dessin. Ce qui revient à projeter l’un dans l’avenir assuré d’un métier moderne, quand l’autre est  encombrée d’un attirail (rassurant ?) véhiculant une vision traditionnelle, pour ne pas dire passéiste, des mêmes activités, praticables encore à l’ancienne. Comme si la répartition de ces attributs allait de soi.

Renouer le fil de l’actualité : les publications

Avec toutes mes excuses pour avoir décroché de ma veille sur l’actualité scientifique relative à l’histoire des femmes au travail  pour cause de séjour new-yorkais en octobre, je tente de reprendre un rythme grosso modo quinzomadaire pour les annonces, en commençant par les publications repérées.

Au cas improbable où l’info ne vous serait pas déjà parvenue par un autre canal, ne pas passer à côté de deux ouvrages importants parus en octobre sur lesquels je reviendrai sans doute plus longuement : l’un de synthèse, celui de Margaret Maruani et Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France, aux éditions de la Découverte, et l’autre d’approche biographique, celui de Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, chez Grasset, autour de la figure et des combats de Lucie Baud (1870-1913), tisseuse de soie, meneuse de grèves retentissantes, à Vizille en 1905 et Voiron en 1906, aux lendemains qui déchantent et la poussent à tenter de mettre fin à ses jours.

D’autres parutions récentes à signaler :

Le livre de Pierre Moulinier, Des étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle, aux Presses universitaires de Rennes, accorde une large place aux étudiantes puisque les étrangères étaient relativement nombreuses parmi la population étudiante.

L’ouvrage issu de la thèse de Noémie Etienne (qui était venue nous parler des restauratrices de tableau) est paru : La Restauration des peintures à Paris (1750-1815). Pratiques et discours sur la matérialité des œuvres d’art, Presses universitaires de Rennes, collection “Art et Société”.

Nancy, Sarah, La Voix féminine et le plaisir de l’écoute en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, éditions Garnier, collection “Lire le XVIIe siècle » – lire et écouter puisque l’ouvrage est accompagné d’un CD.

Des ouvrages collectifs :

Women in Port : Gendering Communities, Economies, and Social Networks in Atlantic Port Cities, 1500-1800, edited by Douglas Catterall, and Jodi Campbell, paru chez Brill et à faire acheter par les bibliothèques parce que malheureusement pas à la portée de nos bourses (129 euros).

Les uns et les autres…Biographies et prosopographies en histoire des sciences, édité par Laurent Rollet et Philippe Nabonnand, aux Presses universitaires de Nancy. Si l’on ne relève pas de noms de femmes scientifiques au sommaire de la partie « Individus », il reste que l’ouvrage s’intéresse aussi aux collectifs de travail scientifique et à la méthodologie.

Et en revues :

Un dossier « Régimes de genre » dans les Annales, histoire, sciences sociales, n°3, juillet-septembre 2012, associé à 70 pages de comptes rendus « genre ».

Travail genre et sociétés n°28 est paru : Variations France/Etats-Unis.

Choses à faire en octobre

En octobre, je ne serai pas là, j’ai la chance d’être accueillie à l’Institut Remarque, New York University, dans le cadre du partenariat et des échanges entre cet institut et le département d’histoire de l’ENS. Mais que cela ne vous empêche pas de suivre ce qui se passe autour de l’histoire des femmes au travail. J’ai donc repéré :

des événements :

du 18 au 20 octobre 2012, les 15e rendez-vous de l’histoire à Blois sur le thème Les paysans, avec notamment le samedi 20 de 9h30 à 11h un débat organisé par Mnémosyne, Genre et sociétés rurales : visibilité et invisibilité des paysannes dans l’histoire.

le 30 octobre 2012, la reprise des Cafés de l’IEC sur le thème Les femmes de théâtre.

avant le 31 octobre 2012 des propositions à envoyer sur le thème Living, dancing, travelling, dying: dancers’ lives in the long 18th century qui sera celui du 15e Dance Symposium, les 16 et 17 avril 2013, organisé par Michael Burden et Jennifer Thorp, Oxford, New College.

avant le 31 octobre 2012 également il est possible de concourir pour le prix Mnémosyne (dont, pour la 10e édition, le montant est porté à 800 euros) couronnant le mémoire de maîtrise ou de master de langue française d’une étudiante ou d’un étudiant dont les travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre en France ou à l’étranger.

des livres à lire, dans lesquelles sont impliquées des intervenantes au séminaire  :

Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, dir. Nicole Pellegrin, Éliane Viennot, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. “L’école du genre”, juin 2012, 208 p.

et, dirigé par Noémie Etienne et Léonie Hénaut qui étaient intervenues ensemble lors de la première année : L’Histoire à l’atelier. Restaurer les oeuvres d’art (XVIIIe-XXIe siècles), Lyon, PUL, 2012, 424 p.

et du côté des revues :

une naissance annoncée  celle de la Revue d’histoire de la protection sociale, à l’initiative du Comité d’histoire de la Sécurité sociale. Les propositions de textes seront à envoyer avant la fin du mois de janvier de chaque année.

des articles à lire, sur papier ou en ligne  :

notamment dans le dossier « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées », de la revue  Travail et emploi, n°127, Juillet-Septembre 2011, l’article d’Anne-Sophie Beau et Sylvie Schweitzer étudiant les inégalités de mobilité entre les  inspectrices du travail et leurs homologues masculins de 1878 à 1974.

 le n°35 de Clio, histoire, femmes et sociétés : Ecrire au quotidien

le dossier  « Autour de l’enfant : la ronde des professionnels, XIXe-XXe siècles » de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n°12, 2010, notamment l’article de Pascale Quincy-Lefebvre : Une professionnalité sociale dans le champ judiciaire : la place des assistantes dans la justice des mineurs avant 1958.

Et à ajouter à vos agrégateurs de flux ou à vos favoris : de nouveaux carnets de recherche sur la plateforme Hypothèses (qui a passé le cap des 500 carnets !) : Echos du travail, carnet de veille collaborative vous est proposé par les documentalistes du réseau documentaire « Travail, emploi, formation » et le carnet Histoire de mode accompagnant le séminaire sur l’histoire de la mode qui se tient mensuellement à l’Institut d’Histoire du Temps Présent.

Illustration : fronton du bureau des marchandes lingères à Paris, rue Quincampoix, au 22.

En écoute, séminaire “Femmes au travail” du vendredi 22 juin : représentations imagées et écrites

Le 22 juin dernier une séance spéciale Représentations s’est ajoutée aux trois journées du programme 2011/2012 du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles qui était axé cette année sur les questions de  Créations, inventions, productions.

L’occasion pour nous d’écouter Simon Psaltopoulos, historien de l’art (diplôme de Recherche approfondie de l’école du Louvre, Histoire de l’art appliquée aux collections) à propos d’Oser le travail féminin ? L’iconographie féminine ouvrière dans la peinture française, 1850-1914. Son intervention qui s’accompagnait de la projection de nombreuses illustrations s’écoute ci-dessous, hélas sans les images :

Après ce premier temps consacré à l’iconographie, nous nous sommes tournés vers la littérature avec l’exposé de Juliette Rogers (Macalester College) sur L’évolution des représentations littéraires de la femme sur son lieu de travail, de la Belle Epoque à nos jours. On l’écoute ici :

Illustration : l’un des tableaux évoqués par Simon Psaltopoulos à la fin de son exposé : Lucien-Hector Jonas (1880-1947), Gabrielle la cafut (Musée d’Anzin)

En écoute, séminaire “Femmes au travail” du samedi après-midi 2 juin : des femmes de sciences

L’après-midi de la journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du 2 juin dernier nous a permis d’écouter Colette Le Lay (Centre François Viète, université de Nantes), évoquer L’astronomie des dames, de la marquise de Fontenelle aux calculatrices de l’Observatoire (1686-1900), l’intervention est ici :

puis je lui ai succédé avec un exposé sur Les allocataires de la Caisse des sciences et leurs travaux dans les années 1930 que l’on peut aussi écouter :


 Illustration : très ancien logo du CNRS sur la façade des laboratoires de Bellevue

En écoute, séminaire « Femmes au travail » du samedi matin 2 juin : des géographes

La matinée de notre journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du 2 juin dernier était consacrée à la géographie. Yann Calbérac (Université Paris-Sorbonne (IUFM de Paris), UMR 8185 ENeC) et Anne Volvey (MCF Université d’Artois et chercheuse à l’UMR 5600 EVS) avaient articulé et regroupé leurs deux interventions sous l’intrigant titre Terrain masculiniste et terrain féministe : questions de genre et de méthode en géographie. 

Yann Calbérac observe, entre 1870 et 1970, les rapports des géographes avec le terrain quand la discipline est encore très masculine et masculiniste. On peut l’écouter ici :

De Yann Calbérac, on peut désormais aussi visionner en ligne le film Ce qui fait terrain. Fragments de recherches qui suit le travail de deux doctorantes, l’une dans la ceinture maraîchère de Buenos Aires, l’autre dans les espaces touristiques vietnamiens.

Anne Volvey analyse pour sa part l’émergence, dans les années 1990, et les développements de la question théorique du terrain dans la géographie féministe anglophone. On peut l’écouter ici :

Et en illustration/transition avec la séance de l’après-midi, cette carte géologique de l’Ardèche incluse dans le rapport d’activité 1931-1932 d’Aline Dusseau, boursière de la Caisse natonale des sciences (AN F17 17458)

Genre & Histoire n°9 est paru : des voyageuses ont pris place à bord

Pour faire suite au  premier ensemble d’articles issus des rencontres du groupe Femmes et histoire de l’IHMC, 2005-2008, animées par Nicole Pellegrin autour du thème Femmes, histoire, voyages publié dans le n°8 de la revue Genre & Histoire, le second vient de paraître, dans le n°9 de la même revue.

On y lira :

ainsi que les rubriques habituelles de la revue.