“Entre nos mains” de Mariana Otero, film avec femmes au travail

La durée d’exploitation des films un peu pointus réservant parfois de très mauvaises surprises, ne manquez pas de voir si vous en avez la possibilité le nouveau film de Mariana Otero Entre nos mains, film étiqueté documentaire mais qui est aussi plus que cela (je ne dévoile pas en quoi : la réalisatrice préfère que  la surprise finale reste intacte).

Mariana Otero a suivi en 2009 la cinquantaine d’ouvrières, et les quelques hommes à leurs côtés, d’une entreprise de lingerie en difficulté de la région d’Orléans tentant, pour éviter de disparaître ou d’être repris avec de la casse d’emplois, de monter un projet de  transformation de leur usine en Société coopérative ouvrière de production (SCOP). Un montage qui suppose que le plus grand nombre possible des ouvrières s’engage à verser au minimum un mois de salaire pour que le projet soit recevable et examiné par les financeurs.

Le film porte avant tout sur le cheminement des femmes concernées vers leur prise de décision et la signature qui s’ensuit,  donc autant sur les questions de solidarité et de confiance que sur leur travail lui même et le risque de sa perte. Dans ce choix d’une écoute longue plutôt que d’un état des lieux réside à mon avis une grande part de la force du film et la réalisatrice, elle même en grande confiance avec le personnel (on ne verra jamais le patron), obtient que les avis et raisons de signer ou de refuser de signer l’engagement s’expriment librement.

Des paroles fortes sont dites, révélatrices des parcours de vie – certaines des ouvrières, le petit groupe des piqueuses, viennent de Chine quand d’autres, du pays, vivent sur une ferme exploitée par leur mari -, des situations familiales et des négociations et arbitrages au sein des couples. Il y a celles qui en réfèrent à leur époux et celles qui considèrent que ça les regarde, elles personnellement, l’engagement de versement du mois de salaire.

Au fil des mois, les positions évoluent – c’est aussi un film à suspense – et si au sein du personnel, l’action du sympathique petit groupe porteur de projet recueille in fine des adhésions qui n’allaient pas de soi, les partenaires de l’entreprise, ses clients grands distributeurs, évoluent aussi dans leurs pratiques, malheureusement pas tous dans la même confiance.

Le précédent film de Mariana Otero Histoire d’un secret était aussi un magnifique film, croisant l’histoire familiale et personnelle de la réalisatrice avec l’histoire des femmes, puisqu’elle y explorait, avec sa soeur comédienne Isabel Otero, le long mensonge entretenu autour de la mort de leur mère, des suites d’un avortement dans les années 1960, masqué en appendicectomie pour ses filles.


3 réflexions au sujet de « “Entre nos mains” de Mariana Otero, film avec femmes au travail »

  1. Bonjour,

    très intéressant, merci! Dommage qu’on ne puisse pas acheter le film en DVD… c’est une solution de distribution intéressante pour eux. J’espère qu’ils le feront prochainement.

    Au plaisir de vous lire
    Marin Dacos

Les commentaires sont fermés.