Le carnet “Femmes au travail” présenté dans le cadre du Master histoire à l’EHESS

Dans le cadre de la semaine consacrée à la formation aux outils informatiques organisée par Franzisca Heimburger et Emilien Ruiz à l’intention des étudiantes et étudiants en histoire de l’EHESS, une session était consacrée, mercredi 27 octobre, au blogging scientifique et aux carnets de recherche en ligne. A l’invitation de Raphaëlle Daudé du CLEO j’y suis intervenue au coté de François Briatte, doctorant à l’IEP de Grenoble, blogueur et membre du conseil scientifique d’Hypothèses, pour y évoquer mon expérience de la tenue du carnet d’accompagnement de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles.

Cette présentation a été pour nous tous intervenants l’occasion d’inciter à la pratique régulière de l’écriture dès le master I et de souligner que la création d’un blog collectif de notes de lecture, notes de terrains, réflexions autour des recherches engagées constituait un excellent support (notamment avec les facilités d’hébergement et techniques offertes par la plateforme Hypothèses et l’entraide au sein du “collectif des carnetiers”) d’exercice préalable à l’écriture de plus longue haleine et à la publication. Avec la satisfaction d’être lu – publiquement ou en mode privé si l’on préfère – très rapidement et de socialiser, par les discussions ouvertes en commentaire, sa recherche.

François Briatte évoquant le blogging scientifique en science politique, économie ou sociologie, a souligné les échanges fructueux a-hiérarchiques possibles avec des autorités scientifiques de ces disciplines, citant notamment les blogs tenus par des prix Nobel d’économie. Parlant après lui plus précisément du cas de l’histoire, j’ai dû mettre un léger bémol pour ce qui nous concerne, l’acculturation de la discipline à l’usage du lire/écrire des blogs restant en grande partie à faire – d’où l’intérêt de cette formation assurée à l’EHESS auprès de nos futurs collègues.

Un rapide pointage du catalogue des 120 carnets Hypothèses en ligne permet de repérer une composante histoire, plus ou moins prononcée, dans une quarantaine d’entre eux, interdisciplinaires pour la plupart et souvent ouverts à l’international, carnets d’ANR dans plusieurs cas. Parmi les carnets disciplinairement plus centrés, l’histoire du livre est sans doute la plus présente, avec celle des sciences, étendue aux sciences auxiliaires de l’histoire. Beaucoup de ressources à puiser aussi du côté des carnets consacrés à l’archivage des média (photographie, cinéma, phonothèque de la MMSH). Je ne mets pas de liens exprès : allez-donc fouiller dans le catalogue vous y trouverez forcément des matières vous intéressant auxquelles je ne pense pas.  Balayer régulièrement la page d’accueil d’Hypothèses, ou s’abonner à son fil RSS ou l’intégrer dans son agrégateur, constitue évidemment le meilleur moyen de veiller sur l’ensemble des mises en lignes.

Retraçant rapidement comment nous en sommes arrivés à ouvrir un carnet de recherche en ligne, nous avons l’un comme l’autre, François Briatte et moi, fait état de notre pratique web antérieure et parallèle, lui se définissant comme geek, moi arrivée là par l’écriture personnelle, mais pas geek pour deux sous (et même preuve vivante que la mise en ligne des textes, images, vidéos, enregistrements audio sur la plateforme ne requiert aucune compétence informatique autre que basique, l’usage du clic pourvoyant à toutes les nécessités). Nous étions d’accord aussi sur l’impossibilité de décompter le temps “blog” de nos activités professionnelles globales, celui-ci étant totalement intégré dans notre temps d’activité/lecture/écriture.

En ligne, le support de la présentation de François Briatte, et comptes rendus dans la Boîte à outils de Franziska Heimburger et Emilien Ruiz (que j’en profite pour rajouter dans notre liste de liens).


Une réflexion sur « Le carnet “Femmes au travail” présenté dans le cadre du Master histoire à l’EHESS »

Les commentaires sont fermés.