Louis-Sébastien Mercier et les femmes d’artisans

Cherchant tout autre chose dans la mine inépuisable qu’est pour la connaissance du Paris des années pré-révolutionnaires le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier (édition originale 1782-1789, réédition sous la direction de Jean-Claude Bonnet en 1994), j’arrive, selon les lois (bien connues sur le web) de la sérendipité, au tome 9 sur le chapitre DCCXIX Femmes d’artisans et de petits marchands (vol. 2, p. 629-632 de l’édition de 1994).

Un bonheur de lecture que je ne peux m’empêcher de partager, au moins pour les propos de Mercier qui résonnent le mieux avec  la problématique de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, pour cette année 2010-2011 et en particulier les questions de partage du travail. Pour mémoire, le commerce de la librairie évoqué parmi d’autres par Mercier sera au coeur de notre première séance, avec Sabine Juratic et Pierre Cohen-Hadria, le 7 décembre prochain.

Donc ces extraits, pour servir d’heureux exergue à nos travaux.

Femmes d’artisans et de petits marchands

Elles travaillent de concert avec les hommes, et s’en trouvent bien ; car elles manient toujours un peu d’argent. C’est une parfaite égalité de fonctions ; le ménage en va mieux. La femme est l’âme d’une boutique ; celle d’un fourbisseur offre encore une femme qui vous présente et vous vend une épée, un fusil, une cuirasse. Les boutiques d’horlogers et d’orfèvres sont occupées par des femmes. Enfin, elles vous pèsent depuis une livre de macarons jusqu’à une livre de poudre à canon.

Les femmes sont occupées dans les plus petites parties du commerce concernant la bijouterie, la librairie et la clincaillerie ; elles achètent, transportent, échangent, vendent et revendent ; tous les comestibles passent par leurs mains ; ce sont elles qui vous vendent la volaille, le poisson, le beurre, les fromages, et qui vous ouvrent les huîtres avec promptitude et dextérité. Les femmes tiennent encore de petits bureaux de distribution de sel, de tabac, de lettres, de papier timbré, de billets de loterie.

Ces femmes, qui ne sont pas dans l’inaction, ont plus d’empire dans leur ménage, et sont plus heureuses que les femmes d’huissiers, de procureurs, de greffiers, de commis de bureau, etc… qui ne touchent point d’argent, et qui conséquemment n’en peuvent mettre à part pour satisfaire leurs fantaisies. L’épouse d’un marchand d’étoffes, d’un épicier détailleur, d’un mercier, a plus d’écus à sa disposition, pour ses menus plaisirs, que l’épouse d’un notaire n’a de pièces de douze sous. Les femmes des gens de plume ne font rien et leur poche est à sec ; elles n’obtiennent quelque chose que des libéralités volontaires de leurs maris, et tous les gens de plume calculent. Le marchand détailleur, dans un commerce toujours renouvelé, calcule moins toutes les fractions. Elles tombent journellement dans la poche de la femme qui tient les clefs du comptoir. […]

Comme personne ne s’intéresse plus que moi au bonheur de ces femmes laborieuses, je crois qu’il faudrait leur rendre tous les métiers qui leur appartiennent. N’est-il pas ridicule de voir des coiffeurs de femmes, des hommes qui tirent l’aiguille, manient la navette, qui sont marchands de linge et de modes, et qui usurpent la vie sédentaire des femmes ; tandis que celles-ci dépossédées des arts qu’elles pourraient exercer, faute de pouvoir soutenir leur vie, sont obligées de se livrer à des travaux pénibles, ou de s’abandonner à la prostitution ?

C’est un vice impardonnable dans tout gouvernement de permettre que tant d’hommes deviennent femmes par état et tant de femmes, rien. […]

Oui, j’en rougis pour l’espèce humaine, lorsque je vois de toutes parts qu’au mépris du nom d’homme, des êtres forts et robustes envahissent lâchement des états que la nature a particulièrement destinés aux personnes du sexe. […]

On devrait condamner tous les hommes qui s’oublient ainsi, tous ces coiffeurs, ces marchands de mode, ces tailleurs de corps, ces fileurs de laine, ces marchands de darioles*, etc., à porter des habillements de femmes.

*Dariole : pâtisserie à la crème, sur fond rond de pâte et en partie recouverte de bandelettes de pâte