Nouveau sur Musea : “Celles qu’on oublie : les ouvrières à domicile”

Celles qu’on oublie : les ouvrières à domicile, est la nouvelle exposition en ligne, conçue par Colette Avrane, auteure d’une thèse sur Genèse et application de la loi du 10 juillet 1915 ou le salaire minimum des ouvrière à domicile soutenue en 2010, proposée depuis quelques jours et pour trois ans par le site Musea.

L’exposition, centrée sur le tournant XIXe-XXe siècles, est placée sous l’enseigne d’une sculpture de Berthe Girardet exposée au Salon de 1913 : une mère cousant, sa fille blottie contre elle, toutes deux d’une extrême maigreur accusant leur vie de misère. Outre les commentaires de chaque document exposé,  une bibliographie et un lexique des notions-clés  relatives au travail à domicile sont proposées, selon le principe du site.

Sur le travail à domicile, dans les années 1970 cette fois, rappelons l’intervention avec films de Monique Haicault au cours de notre journée-séminaire du 5 juin 2010, on peut l’écouter nous présenter ses images fortes en ligne sur ce carnet.

Et pour rester dans notre sujet des femmes au travail, pendant que vous serez sur le site Musea, passez aussi voir la très belle et émouvante exposition qui n’est plus là que pour quelques mois, Un atelier de couture à Doué-la-Fontaine, réalisation de Frédérique El Amrani. Je ne cite que ces deux-là, mais toutes valent le détour.

(Un regret : l’impossibilité de faire ici des liens directs sur les “portes d’entrée” des expositions virtuelles.)