Cheminots (et cheminotes ?) autobiographes

Parler de soi, écrire sa vie au travail : la pratique autobiographique des cheminots : c’est le thème d’une journée d’étude qui se tiendra très logiquement à Ambérieu-en-Bugey – ville qui abrite à la fois le siège de l’Association pour l’autobiographie (APA) dans la belle bibliothèque de la Grenette et le Musée du cheminot -, le 17 juin 2011 dans le cadre des journées de l’autobiographie qui ont pour thème cette année “Trajectoires sociales”.

Pour tout savoir,  l’appel à communication est en ligne sur Calenda.

C’est l’occasion de rappeler qu’au cours de notre séminaire, centré l’an dernier sur les Ecritures du travail, j’avais présenté un petit survol des concours d’autobiographies professionnelles lancés dans les années 1990. Bibliographie en ligne dans les archives de ce carnet (mais exceptionnellement pas d’enregistrement pour cause de lecture d’extraits de textes qui pouvaient être soumis à réserves de communication).

C’est aussi l’occasion de donner à lire ces extraits des leçons faites en 1867 à l’Ecole impériale des Ponts et Chaussées, par Frédéric Jacqmin (1820-1889), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur de l’exploitation des Chemins de fer de l’Est, publiées sous le titre De l’exploitation des chemins de fer (Paris, Garnier Frères, 1868, 2 vol.). Il y est notamment question de l’emploi des femmes dans les chemins de fer. Merci à François Bon, découvreur de ce texte dont il a publié plusieurs extraits sur son Tiers Livre, c’est à lui que je les emprunte.

Emploi des femmes

La question de l’emploi des femmes a été très-fréquemment discutée. Leur aptitude à tenir des livres, à distribuer des billets, n’était pas mise en doute ; mais on redoutait des désordres que leur présence dans une gare au milieu d’hommes, la plupart célibataires, pouvait entraîner.

L’expérience a prononcé, et la compagnie de l’Est, qui a donné à l’emploi des femmes dans les gares le plus grand développement possible, n’a pas un seul instant regretté un système qui lui a permis, soit d’améliorer la situation d’un certain nombre de ses chefs de gare, soit surtout de venir en aide aux veuves et aux filles de ses anciens agents, et de remplacer une aumône toujours insuffisante et pénible à recevoir, par un travail honorable.

Receveuses

Les femmes sont employées comme receveuses de deux manières : 
1° Comme aide de leurs maris ;
2° Comme receveuses titulaires.

Dans les gares d’importance secondaire, les chefs de gare sont en même temps receveurs. Comme leur présence continue au guichet de distribution des billets pourrait les empêcher de remplir leurs autres fonctions, on les a autorisés à se faire suppléer par leurs femmes qui, avec le titre d’aides-receveuses reçoivent un traitement de 500 à 700 fr. par an. Ce supplément de solde constitue pour le ménage une amélioration très-importante, la femme apporte ainsi une part aux recettes de la communauté, et cela sans quitter sa maison et la surveillance de ses enfants.

Dans les grandes gares, les fonctions de receveur ne peuvent être remplies par les chefs de ces établissements, et ces fonctions sont confiées à des agents spéciaux. Presque partout nous avons pu les donner à des femmes, et nous n’avons eu qu’à nous applaudir des choix que nous avons faits ; nous pensons même que pour la délivrance rapide des billets, le calcul de leur valeur, l’échange de la monnaie, les femmes acquièrent une dextérité sans égale.

Dans nos grands gares de Paris (ligne de Strasbourg), Nancy, Metz, Strasbourg, le service des billets est fait par des femmes. Sur la ligne de Paris à Vincennes presque tous les guichets sont tenus par des femmes qui seules sont capables d’assurer une distribution qui, dans certaines journées, a atteint 60 000 billets.

Le produit de la vente des billets de la gare de Paris (ligne de Strasbourg), s’élève à 4 000 000 environ chaque année. Toute la comptabilité qu’exige un tel mouvement de fonds est accomplie par une femme, autorisée bien entendu à choisir les aides qui lui sont nécessaires.

Les receveuse titulaires sont payées de 900 à 5 000 fr.

La receveuse de la gare de Paris a 6 500 fr., à la charge d’assurer tout le service sous sa responsabilité ; elle occupe habituellement trois aides, dont un homme et deux femmes.

Sur la ligne de Vincennes, qui donne un mouvement exceptionnel, les dimanches et les jours de fête, il est nécessaire d’ouvrir des guichets supplémentaires ; tous ces guichets sont tenus par des femmes ou des filles d’agents qui reçoivent chacune 4 fr. pour prix de leur travail.

Bibliothèques et bazars. – Vente des livres, des journaux.

Toutes les compagnies de chemin de fer ont autorisé une grande maison de librairie à vendre des livres dans les gares. Elles ont également autorisé une entreprise spéciale connue sous le nom de bazar des chemins de fer, à placer des vitrines dans un certain nombre de gares. Enfin elles laissent vendre des journaux, des gâteaux, des fruits , et quelques rafraîchissements.

Toutes ces diverses autorisations ne rapportent que des sommes assez faibles aux compagnies, les dernières même sont à titre gratuit ; mais toutes ont permis d’assurer du travail à un nombre important de femmes, filles ou veuves d’agents de la compagnie.

La compagnie de l’Est a dans ses gares 91 femmes chargées de ces diverses ventes.

Le salaire est très-variable et dépend de l’importance des gares : il varie de 15 fr. à 150 fr. par mois.

Quand le salaire atteint ce dernier chiffre, les places sont réservées à des veuves ou à des femmes chargées d’une nombreuse famille.

Femmes chargées de la manœuvre des barrières de passage à niveau.

Le service du gardiennage des barrières de passage à niveau permet aussi d’utiliser un grand nombre de femmes d’agents de la voie ; une indemnité annuelle de 120 à 180 fr. est accordée à chaque femme garde-barrière.

Elles sont au nombre de 1080 sur les lignes actuellement en exploitation du réseau de l’Est.

Femmes préposées à la salubrité.

Enfin il a été possible d’assurer un secours à des femmes veuves et sans ressources en leur confiant la garde et l’entretien des cabinets d’aisance dans les gares.

La compagnie leur donne un salaire fixe de 500 à 600 fr. par an ; dans un petit nombre de gares, les gratifications données par les voyageurs augmentent beaucoup cette rétribution.

Illustration : la gare d’Ambérieu-en-Bugey, le 24 mars 2010.