5 avril 2011 : Martine Sonnet et Eve Meuret-Campfort, à propos d’ouvrières en milieux contrastés

La séance du mardi 5 avril de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages sera consacrée à des ouvrières de la seconde moitié du XXe siècle, dans deux contextes contrastés : l’usine Renault de Billancourt dans laquelle les femmes sont très minoritaires, que j’évoquerai, et l’usine Chantelle de Saint-Herblain à la main d’oeuvre quasi exclusivement féminine, dont nous parlera Eve Meuret-Campfort, doctorante en sociologie, Centre Nantais de Sociologie (CENS), Université de Nantes.

A propos de la présence des femmes dans les ateliers de Billancourt, j’ai essayé de satisfaire une curiosité née lors de l’écriture de mon livre Atelier 62, centré sur sur un département de l’usine exclusivement masculin, celui des forges, dans les années 1950-1960. Rencontrant communément le chiffre de 8% environ de femmes dans la population ouvrière de l’usine, j’ai tenté de les localiser et d’identifier leurs tâches, de repérer leurs difficultés spécifiques et revendications, de les rendre visibles dans les “clichés” des foules masculines saisies à la sortie de l’usine ou sur la place Nationale. Pour ce faire, je suis repartie des archives, journaux syndicaux (le petit dessin humoristique provient de La voix de l’usine Renault) et de la presse d’entreprise mobilisés déjà à propos des forgerons et ai complété mes sources côté femmes, notamment vers les travaux de Madeleine Guilbert sur les femmes dans l’industrie, contemporains de l’époque qui m’intéressait.

En continuité chronologique, puisque je m’en tiendrai à la période du sortir de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1960, Eve Meuret-Campfort interviendra sur Travail, emploi, syndicalisme : le cas des ouvrières de l’usine de confection Chantelle de Saint-Herblain (1968-2005). Dans le cadre de sa thèse sur les conflits du travail dans les secteurs d’emploi « féminins », elle retrace l’histoire des ouvrières de l’usine Chantelle de l’ouverture de l’usine en 1968 à sa fermeture définitive en 2005.

Cette monographie d’usine sur le temps long permet de penser conjointement les réalités et les évolutions, d’une part, de la vie au travail de ces ouvrières dans une usine où les hommes sont quasiment absents et, d’autre part, de l’activité syndicale dense que les sections CGT et CFDT animent au quotidien et à l’occasion de luttes collectives. Elle nous montrera quels aspects de la situation de travail sont constitués en enjeux de lutte dans l’usine, comment le syndicalisme agit sur la réalité du travail (droits conquis et défendus, ambiance d’usine, etc.) et comment l’engagement participe à construire un certain rapport au travail et à l’emploi. Eve Meuret-Campfort a récemment collaboré à l’ouvrage collectif Mouvements ouvriers et crise industrielle dans les régions de l’Ouest atlantique des années 1960 à nos jours(photo ci-dessous : ouvrières de Chantelle en lutte, Collection CHT, Fond UD CGT 44)

Et puisqu’il est question d’usine de confection de lingerie, n’oubliez pas d’aller voir le remarquable film de Mariana Otero, Entre nos mains, dont j’ai déjà parlé ici.

Je rappelle aussi que si vous n’avez jamais assisté au séminaire merci de m’informer de votre venue : martine.sonnet@ens.fr