Ouvrières en milieux contrastés, en écoute la séance du 5 avril 2011

Proposés ci dessous à l’écoute, les échos de notre séance de séminaire de 5 avril dernier, au cours de laquelle j’ai évoqué la présence des femmes dans les ateliers de Billancourt de la nationalisation de Renault (1945) à 1968, tandis qu’Eve Meuret-Campfort, doctorante en sociologie (CENS, Nantes) traitait de Travail, emploi, syndicalisme : le cas des ouvrières de l’usine de confection Chantelle de Saint-Herblain (1968-2005).

Entre nos deux exposés, nous avons écouté le témoignage d’Emmanuelle Dupuy, retraitée Renault, co-fondatrice et animatrice de 1972 à 1986 du Groupe femmes de l’entreprise. Merci à elle d’avoir été présente parmi nous lors de cette séance.

Donc ci dessous vous pouvez écouter (dans l’ordre où ils ont été présentés en séminaire) :

Mon exposé

Le témoignage complémentaire d’Emmanuelle Dupuy (avec toutes mes excuses pour le niveau de son très faible, à écouter de préférence avec écouteurs)

L’exposé d’Eve Meuret-Campfort

Ouvrières de Chantelle en lutte, Collection CHT, Fond UD CGT 44

Et ci dessous je mets en copies deux textes que j’ai communiqués en séance, l’un datant du tout début, l’autre de la toute fin de la période à laquelle je me suis intéressée. L’attention portée en 1946, quand on se sert les coudes pour remettre en route la production, à la main d’oeuvre féminine et la volonté exprimée de développer sa formation et sa qualification feront long feu dans l’usine…

Editorial du n°6, novembre 1946, de L’Accélérateur, journal du Comité d’Entreprise de Renault (BnF 4-JO-6210)

Nos camarades femmes dans la production

De plus en plus on constate l’afflux de la main-d’œuvre féminine dans la vie économique. Huit millions de femmes participent, par leur production, à la renaissance de la France.

Nous pouvons le constater à la Régie Nationale où plus de 4000 de nos camarades femmes sont dans la production. On leur confie des travaux délicats, mais beaucoup également exécutent des travaux pénibles.

Nous pouvons les rencontrer dans les divers postes qu’elles occupent, soit comme sténodactylographes, mécanographes, soit en qualité d’ouvrières spécialisées comme bobineuses, brocheuses, contrôleuses, pontonnières, mécaniciennes, noyauteuses, fraiseuses ; on les trouve aussi au montage, au perçage, au polissage, sur les tours, aux presses, à la tôlerie, à la soudure autogène, à la sellerie, au caoutchouc, sur les machines textiles, aux cantines, etc… où elles déploient leurs qualités de compréhension, de vivacité, de précision, de rapidité manuelle. Nous constatons que ces qualités sont mises à profit, notamment par nos camarades ouvrières travaillant sur les presses à emboutir où elles déploient une agilité particulière, pour obtenir la cadence exigée sans que leurs mains ne s’attardent sous le plateau emboutisseur.

Nous pensons qu’à l’heure où se fait sentir dans notre pays la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, nos camarades femmes ne doivent plus limiter leur ambition à rester des manœuvres ou des ouvrières spécialisées, mais si elles en ont les aptitudes, et elles les ont, devenir des professionnelles.

Beaucoup d’entre elles connaissent la pratique de leur métier. Il suffirait d’une rééducation professionnelle accélérée pour en faire de parfaites ouvrières qualifiées dans leur profession. Cette nouvelle classification vers laquelle elles doivent tendre, leur assurera un salaire plus substantiel comme le désirent le Syndicat des Métaux et le Ministre du Travail, Croizat, qui a supprimé l’abattement de 10% pour les ouvrières.

Le Comité d’Entreprise n’ignore pas la valeur, la personnalité de la main-d’œuvre féminine et reconnaît l’effort de production des ouvrières de la Régie en vue de la renaissance du pays. Nos camarades femmes doivent avoir la certitude, quand elles sont à leur travail, que le Comité d’Entreprise œuvre pour elles, afin de leur donner plus de sécurité et développer au maximum les œuvres sociales en tenant compte des résolutions de la section féminine de la Régie, guidée par notre Syndicat des Métaux. »

Extrait de L’Echo des métallos Renault, journal de la section Billancourt du Parti Communiste, n°82, 24 février 1967 (BnF Fol-JO-12067)

Les femmes agissent

Suite à une pétition lancée par la C.G.T., rappelant les principales revendications féminines signée par plus de 500 femmes à la Régie, tant ouvrières que mensuelles, une délégation a été organisée pour discuter de ce cahier de revendications à la Direction. Cette dernière a accepté la « discussion » à condition que la dite délégation soit limitée à une douzaine de femmes, et qu’elle se fasse… en dehors des heures de travail !

Quinze femmes se sont donc présentées à la DCPRS se passant de déjeuner ce jour-là (non pour avoir les idées claires ou garder la ligne, mais pour se plier aux exigences de la Direction… et puis « les femmes ont l’habitude » remarquait l’ineffable Bobin lors d’une entrevue préliminaire !). Bref, ce fut une entrevue animée, mais trop brève car, comment discuter en trois petits quarts d’heure de tous ces nombreux problèmes qui se posent aux femmes à la Régie ? Nous avons tout juste pu effleurer quelques uns d’entre eux, et en particulier, la pauvreté des avantages concédés aux femmes par les derniers accords, l’essentiel des mesures favorables dont nous bénéficions ayant été acquis… à la Libération ! (sortie anticipée des femmes enceintes, journées des mères de famille…) Donc en 20 ans, pratiquement aucun progrès  dans le domaine qui nous concerne.

Les femmes ont nettement fait entendre à M. Bobin que s’il fut une période où effectivement, la Régie a été à l’avant garde dans ce domaine, c’est il y a 20 ans… Aujourd’hui, de nombreuses entreprises et administrations bénéficient de mesures semblables, et souvent, nettement plus favorables (ne serait-ce que pour les indemnités pour soigner un enfant malade, qui figurent dans de très nombreuses conventions ou accords, à commencer par l’administration, les banques, etc.)

Dans le domaine de la promotion féminine, même cadence : les postes subalternes, les moins payés, les plus fastidieux sont spécifiquement féminins ; c’est là que la promotion est la plus stagnante et ce n’est pas seulement, comme le faisait entendre M. Bobin, un problème de qualification ; car, même à qualification égale, l’ascension féminine est combien plus lente.

Nous reviendrons plus en détails sur toutes ces questions, qui méritent un approfondissement certain. Et également sur tous les autres problèmes qui demandent une solution : problèmes des femmes en équipe, problème de la qualification féminine, examen de certaines professions féminines, particulièrement lésées, etc.

Il ne faudra pas que la Direction se contente de déléguer un « enregistreur de doléances », mais également qu’elle argumente sérieusement et entame une discussion réelle. Ne nous illusionnons pas cependant, tout résultat ne peut être que fonction de l’action menée. Il nous importe donc de rester sur la brèche, de voir les moyens les plus convaincants pour la faire céder ! Et cela ne peut être que le fruit de notre union, et de la poursuite méthodique de notre action.

(Dessin humoristique contre le travail du samedi extrait de La voix de l’usine Renault, journal de la CGT, janvier 1964)