“La pluie et le beau temps” d’Ariane Doublet, film avec agriculteurs normands et ouvrières chinoises

Une fois encore dans La pluie et le beau temps, après Les bêtes, Les terriens,  La maison neuve et Les sucriers de Colleville (je les ai tous vus), Ariane Doublet filme admirablement le pays de Caux, sa plaine, ses champs et leur chute brutale dans la mer, et ceux qui vivent là, mais cette fois les champs sont bleus. Bleu de lin, cette plante risquée pour qui la cultive et qui nulle part ailleurs au monde ne trouve comme en Normandie  juste ce qu’il lui faut de pluie et de beau temps pour pousser au mieux, du moins quand le ciel veut bien s’en tenir aux moyennes saisonnières.

La particularité des récoltes de ce lin cauchois aujourd’hui c’est qu’elles embarquent, à l’état de ballots de filasse, dans des containers du port du Havre et voguent vers les usines chinoises où la filasse sera transformée en bobines de fil ; fil qui une fois tissé passera dans d’autres usines chinoises où la toile sera faite vêtements qui reviendront pendre, légers et chiffonnables, dans nos placards.

La boucle est bouclée et la mondialisation prend deux visages : celui des cultivateurs et ouvriers teilleurs réunis dans la coopérative Terre de lin filmés par Ariane Doublet, avec toute l’humanité dont sa caméra est toujours porteuse, presque que des hommes (parfois des couples qu’on devine mère/fils interrogés par la cinéaste dans une cuisine), et celui des ouvrières, majoritaires, et des ouvriers de l’usine Kingdon filmés en Chine par le documentariste Wen Hai.

Des fermes d’un côté, dans lesquelles l’on vit et travaille, et de l’autre des usines et des dortoirs dans des foyers pour travailleuses et travailleurs migrants qui ont quitté des parents restés eux sur des fermes dans des régions agricoles de grande pauvreté. Entre les deux des négociations serrées pour le prix de la tonne de filasse, menées par le responsable de la coopérative avec les patrons (branches de lunettes signées Prada) de la filature. Des industriels qui songent déjà eux-mêmes à délocaliser vers l’Inde : en Chine le manque de main d’oeuvre commence à se faire sentir et les salaires augmentent.

Deux mondes, celui qui cultive le lin ici et celui qui le transforme là-bas, que tout oppose mais dont la survie passe par l’entente. Le montage alterne subtilement séquences et couleurs normandes et chinoises. Images de corps au travail des deux côtés, appliqués à la même matière (“c’est physique” dit l’un des cultivateurs caressant les jeunes pousses dans son champ), avec amour et inquiétude pour la météo chez ceux qui font pousser – toujours le mètre à la main, arpentant leurs terres, pour mesurer la pousse et estimer la récolte à venir – avec le harassement des douze heures d’usine à l’autre bout de la chaîne. Fortes images de celles et ceux qui se pressent à la pointeuse ou à la cantine, comme de leurs dortoirs : lits superposés, casiers, carton en guise de table sur lequel poser son bol de nouilles et écran plat fixé au mur pour tout loisir.

Un film magnifique qui ne passe hélas que dans une salle à Paris (MK2 Beaubourg) et une seule fois par semaine… Donc dépêchez-vous d’aller le voir, vous en sortirez avec l’envie de voir les autres films d’Ariane Doublet si vous ne les connaissez pas.