Travail des femmes dans un monde en changement : politiques de l’OIT et travail des femmes (1948-1978)

Nora Natchkova (université de Genève), qui en février 2010 lors d’une séance du séminaire consacrée aux Ecritures institutionnelles du travail au XXe siècle avait évoqué l’activité du Bureau international du travail de ses débuts à 1945, nous communique le résumé du projet de recherche du Fonds national suisse de la recherche Scientifique (FNS projet No 100011_134630/1, responsable Sandrine Kott) dans lequel elle est désormais engagée avec Céline Schoeni (université de Genève). Celui-ci s’inscrit dans la continuité chronologique et thématique de ses travaux.

Travail des femmes dans un monde en changement. Politiques de l’Organisation Internationale du Travail et travail des femmes (1948-1978)

Women at Work in a Changing World. International Labour Organisation Politics and Working Women (1948-1978)

La valeur du travail structure les sociétés occidentales et constitue à ce titre un angle d’analyse pertinent de la (re)construction et du maintien des inégalités entre les hommes et les femmes. Centré sur l’étude de l’un des acteurs majeurs de la régulation internationale du travail féminin au 20ème siècle – l’Organisation internationale du travail (OIT) –, le projet questionne, dans une perspective de genre, certains paradigmes établis de la recherche historique en matière de division sexuelle du travail et vise à faire émerger de nouvelles hypothèses et outils analytiques en histoire du travail et en histoire des organisations internationales.

L’analyse de la période des Trente Glorieuse et des débuts de la guerre froide (1948-1978) repose sur une approche heuristique qui conçoit le maintien de la division du travail entre hommes et femmes et la détermination de normes sociales dites universelles en la matière, comme un enjeu majeur des rapports de forces politiques à l’échelle nationale et internationale.

Le projet mobilisera un corpus de sources riche et diversifié : les archives du Bureau international du travail (BIT), de l’Organisation des Nations Unies, de la Banque mondiale, de la Fondation Rockefeller, les archives nationales d’Argentine, ainsi que les archives de certaines organisations féminines et féministes nationales et/ou internationales.

Trois axes de recherche ont été définis afin d’appréhender dans leur complexité les enjeux liés à l’emploi féminin dans la période étudiée.

a) La recherche montrera dans une première phase en quoi la politique de l’OIT en matière de travail féminin est intrinsèquement liée au nouveau contexte international, à travers l’examen systématique des projets, conventions et normes élaborés par le Service du travail des femmes et des enfants du BIT et adoptés par l’OIT.

b) L’approche choisie reposera dans une deuxième phase sur une analyse des relations entre les principaux·ales acteurs·trices de la politique de l’OIT (représentant·e·s des gouvernements, organisations patronales et syndicales des pays membres; réseaux d’expertise du travail féminin ; associations féminines et féministes organisées nationalement et internationalement).

c) Dans une troisième phase, afin de rendre intelligible comment se traduisent sur le terrain les enjeux des nouvelles prérogatives de l’OIT envers le travail féminin, nous analyserons le rôle spécifique attribué aux femmes dans le développement de l’assistance technique (prémisses à ce qui sera nommé « l’aide au développement ») en nous ciblant sur une étude de cas : l’Argentine.

Considérant que la recherche helvétique a toute sa place au sein de l’histoire des organisations et des relations internationales, le projet vise à désenclaver une certaine perspective trop étroitement nationale par le biais d’une approche d’histoire transnationale. La prosopographie des actrices clés dans le domaine étudié permettra en outre de combler les lacunes concernant le rôle des femmes sur les scènes nationales et internationale.