Allocations, bourses, prix et autres opportunités

C’est le moment de préparer des dossiers pour un certain nombre de dispositifs de soutien à la recherche dans lesquels l’histoire des femmes au travail est susceptible de s’inscrire.

En premier lieu, j’attire l’attention sur un nouvel axe présent dans l’appel à chercheurs 2012/2013 de la BnF (dead line 30 mars), l’axe 38 : Histoire des femmes à la Bibliothèque nationale, ainsi présenté :

L’histoire des femmes à la Bibliothèque nationale se lit en filigrane de nombreuses études historiques menées sur telle ou telle époque, mais aucune étude d’envergure n’a encore été lancée sur le sujet au delà de quelques articles biographiques consacrés à quelques personnalités marquantes, lectrices ou membres du personnel de la Bibliothèque. La richesse des archives de la Bibliothèque sur ce thème ne cesse toutefois d’être prouvée et se prête à tous types de recherches, de l’approfondissement d’une thématique particulière jusqu’à une grande synthèse originale, sans exclure aucune discipline ni méthodologie. 

– Les sources permettent de dégager une périodisation caractéristique de la féminisation dans les institutions publiques et de la société française : les premières ouvrières des ateliers de restauration du Second Empire, les premières lectrices, la première femme directeur de département (Myriam Foncin nommée en 1942 à la tête dudépartement des Cartes et plans), la rupture du plafond de verre et l’accès aux fonctions de direction et d’administration générale. 

– La spécificité de la BnF aujourd’hui peut également constituer une piste d’intérêt, avec un recrutement des agents largement indifférent au sexe dans l’attribution des affectations, magasiniers porteurs de charges y compris. Aux échelons supérieurs de l’organigramme, l’établissement public présente un management supérieur presque absolument équilibré entre hommes et femmes depuis le niveau des chefs de service : est-ce une caractéristique de la Bibliothèques ou des bibliothèques, des établissements culturels en général, un modèle transposable dans d’autres institutions ? 

– Volumétrie : à préciser en fonction de la problématique retenue.

– Pistes de recherche : Pouvant s’inspirer de domaines aussi variés que la bibliothéconomie et l’histoire des bibliothèques, mais aussi la sociologie et les études de genre, cette recherche pourra également s’appuyer dans un premier temps sur les travaux antérieurs consacrés à la Bibliothèque (thèses, mémoires, articles), qui permettront de constituer une indispensable bibliographie commentée. Le recours aux archives  administratives (dont les rapports annuels et les études internes sur les emplois et les personnels), aux  archives orales, mais aussi aux publications (catalogues ou expositions dirigées par des conservatrices,  récits de lectrices, réseaux sociaux…) devrait assurer une visibilité forte aux résultats obtenus : publications, présentations en lien avec le comité d’histoire de l’institution, éventuellement valorisation d’une partie des sources par la numérisation.

Se reporter à l’appel pour consulter les autres axes et les modalités de soumission.

***

Du côté de la Région Ile-de France, c’est jusqu’au 19 mars que sont reçus les dossiers de demandes d’allocations doctorales et post-doctorales destinées à soutenir des recherches menées dans un établissement de recherche et d’enseignement supérieur de la Région Île-de-France
– soit sur les femmes, le sexe ou le genre
– soit sur les discriminations
Les allocations concernent toutes les disciplines.  Toutes informations et documents à télécharger disponibles sur le site de l’Institut Emilie du Châtelet.

 ***

Jusqu’au 30 mars peuvent être envoyées les candidatures à l’Ecole doctorale d’été Atelier genre du campus Condorcet qui se tiendra du 9 au 11 juillet sur le thème : Approches de genre : des concepts aux méthodes. 20 places sont disponibles dont la moitié sont réservées aux dotorants SHS inscrits dans les établissements partenaires du campus Condorcet.  Frais de déplacement et hébergement pris en charge par les organisateurs. Argumentaire et programme à lire sur l’appel.

***

Enfin, La Société française d’étude du Dix-huitième siècle ouvre son appel à candidatures pour son Prix 2012. Le Prix est ouvert à tout étudiant (de nationalité française ou étrangère) ayant soutenu un premier mémoire universitaire (BAC + 4 ou 5, université française ou étrangère) écrit en français, portant tout ou partie sur le XVIIIe siècle, quelle que soit sa discipline. Les mémoires doivent avoir été soutenus au cours des années universitaires 2010-2011 ou 2011-2012. Les mémoires seront adressés par l’enseignant ayant dirigé le travail sous la double forme d’un exemplaire papier, sans accusé de réception, et d’une version émectronique (pdf) avant le 1er septembre 2012 aux adresses suivantes :

Prix « Dix-Huitième Siècle » 2012 – Florence Magnot – Univ. Paul Valéry – Montpellier 3 – IRCL – Site de Saint-Charles, Route de Mende, 34199 Montpellier cedex 5. Pour la version électronique : florence.magnot@univ-montp3.fr

Chaque enseignant ne peut présenter que 2 candidats à chaque prix. Afin de s’assurer qu’aucun mémoire ne se perde, merci de signaler tout envoi postal à l’adresse électronique ci-dessus. Les mémoires seront évalués par un jury pluridisciplinaire. Les résultats seront proclamés lors de l’Assemblée Générale de la SFEDS de janvier 2013.