En écoute : séminaire du 13 janvier, 2e partie, Patricia Izquierdo et Claude Poliak

Travail littéraire toujours au programme de l’après-midi du 13 janvier, mais cette fois au XXe siècle, avec des écrits de poétesses du tout début du siècle et des nouvelles produites dans le cadre d’un concours, à sa toute fin.

Patricia Izquierdo (IUFM de Lorraine) nous a entretenues de la Création et réception de plusieurs poétesses à la Belle Epoque dans le prolongement de son travail de thèse sur Les conditions et les modalités de l’essor de la poésie féminine d’expression française (1900-1914), publié sous le titre Devenir poétesse à la Belle Epoque. Il s’agissait d’observer l’irruption de nombreuses femmes dans le champ littéraire de la Belle Epoque, tolérées par celui-ci à condition de s’y confiner dans le genre poétique – là où les enjeux financiers sont moins tentants que du côté du roman ou du théâtre. Au coeur de sa réflexion quatorze poétesses et leurs écrits : quelles transgressions ? quelles postures d’auteures ? Exposé en écoute :

L’intervention de Claude Poliak (Centre de sociologie européenne) Les écrivains amateurs en quête de reconnaissance revenait sur sa recherche publiée en 2006 sous le titre Aux frontières du champ littéraire : sociologie des écrivains amateurs, à propos des participants au concours de nouvelles organisé par France Loisirs en 1990. La forte participation à ce concours – 4500 nouvelles reçues par les organisateurs, les deux-tiers écrites par des femmes – et la mise à disposition de Claude Poliak de tous les documents y afférents, complétés par sa propre enquête par questionnaires et entretiens, permet de dessiner les profils des auteurs amateurs confinés (une fois encore) sur un “simili champ littéraire”. Exposé en écoute (avec toutes mes excuses pour le niveau insuffisant du son des 5 premières minutes, avant que le micro suive) :

Un lien à suivre : Le site de l’Association des Amis de Lucie Delarue Mardrus dont Patricia Izquierdo est la présidente.