En écoute, séminaire du 30 mars : Annabelle Harbonnier

La première intervention de notre journée-séminaire du 30 mars dernier nous a permis d’écouter Annabelle Harbonnier, dont le Master Recherche en histoire des sociétés occidentales contemporaines à l’Université Panthéon-Sorbonne, porte sur les Chroniqueuses et critiques dans les grands quotidiens français, 1890-1930. Parmi ces dernières, elle avait choisi d’évoquer plus spécialement Judith Gautier, Rachilde, Arvède Barine : trois femmes critiques dans la Grande Presse à la Belle Epoque. Outre des talents littéraires reconnus et le fait qu’aucune des trois n’adhère aux mouvements féministes, toutes les trois partagent l’expérience d’avoir réussi à s’insérer dans des journaux “mixtes”, donc de fait masculins.

L’exposé d’Annabelle Harbonnier en écoute ci-dessous :

Les autres exposés de cette journée n’ont pas été enregistrés pour ne pas risquer d’écorner l’anonymat garanti par des sociologues réalisant des entretiens dans des mondes professionnels qui ont en commun la particularité d’être de “tous petits mondes”. Donc, à défaut de vous les faire entendre, je vous invite à rebondir sur leurs travaux déjà parus en rapport avec les exposés présentés.

Pour  Delphine Naudier, à propos des attachées de presse dans l’édition contemporaine, son article disponible en ligne Les attachées de presse : les maillons invisibles de l’édition dans les Documents de travail du MAGE n°13, dossier “Travail, genre et art” ainsi que Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France : le « capital réputationnel » des attachées de presse dans le dossier Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes de la revue Recherches féministes (vol. 24, n°1, 2011).

Pour Martine Bourelly, à propos des chef et cheffes de cuisine à étoiles, son article “Cheffe de cuisine : le coût de la transgression” dans le dossier Minoritaires et légitimes des Cahiers du genre (n°48, 2010).

Pour Nicolas Divert, à propos des couturières et grands couturiers et de leur formation, l’article « L’offre de formation dans les métiers de la mode : une réponse à des emplois qui se renouvellent ? » dans l’ouvrage collectif Former, certifier, insérer, sous la direction de Fabienne  Maillard (PUR, 2012) et sa communication, lisible en ligne, “Heurs et malheurs des CAP couture” au colloque du centenaire du CAP (Université de Poitiers, Gresco, 18-20 octobre 2011) et dont l’enregistrement vidéo est aussi accessible.