Retour audio sur le 5 juin : Sophie Devineau

Proposé ici à l’écoute : l’exposé de Sophie Devineau, maîtresse de conférences à l’université de Rouen, en délégation au Centre Maurice Halbwachs, Lecture sociologique des écrits personnels et professionnels de Marguerite Buffard-Flavien (1912-1944), lecture en dialogue avec la biographie écrite par Christian Langeois  Marguerite. Biographie de Marguerite Buffard-Flavien (1912-1944).

Dans le cours de la discussion qui a suivi, des précisions chronologiques sur la vie de Marguerite Buffard-Flavien ont été apportées. L’enchaînement des événements qui la caractérisent doit être rapporté à la brièveté de cette vie – elle est morte à 32 ans – et à la brièveté de son exercice d’enseignante (professeure de philosophie) – 4 ans – comme de travailleuse en usine puis à la ferme, ou encore à la brièveté de sa vie conjugale (mariée en août 1939 à un homme mobilisé en septembre). C’est donc la densité de sa vie de femme engagée et agissante perçue au travers de son militantisme au Parti communiste (qui l’exclura) et de sa vocation de pédagogue exercée dans tous les milieux qu’elle traverse, jusqu’aux camps d’internement, qui est mise en avant. Un autre accent est mis sur la nécessité d’historiciser le féminisme de Marguerite Buffard-Flavien, pour le ressituer aussi bien par rapport à la doxa communiste de l’époque en la matière que par rapport aux discours féministes hors PC du temps.

A l’heure du pique-nique sympathique dans le jardin de l’Ecole normale supérieure qui a coupé notre journée d’étude, nous avons constaté que le nom de Marguerite figurait dans la liste des normaliennes mortes pour la France auxquelles une plaque rend hommage.