Retour audio sur le 5 juin : Fanny Gallot

Proposé ci dessous à l’écoute : l’exposé de Fanny Gallot, doctorante en histoire, ATER à l’université de Lyon 1, La “crise de nerfs” des ouvrières et ses écritures dans les années 68 lors de notre journée du 5 juin.

L’enregistrement est en deux parties : l’introduction, puis l’exposé lui même appuyé sur l’analyse d’un très court extrait du film réalisé en 1971 par Marin Karmitz Coup pour coup situé dans une usine de confection dont les ouvrières se mettent en grève après le licenciement de deux d’entre elles.


La discussion qui a suivi l’intervention de Fanny Gallot a porté notamment

– sur l’appropriation collective “utile” de la crise de nerfs, événement individuel, et son intégration comme facteur déclenchant d’un mouvement revendicatif

– sur la pertinence de rapprocher crises de nerfs féminines et suicides masculins, ou crises de nerfs féminines  et “pétages de plombs” avec agressions inter-personnelles ou bris de machines masculins

– sur le fait que la prise de médicaments, très développée parmi le personnel des call centers par exemple, neutralisait aujourd’hui en partie ce type d’événement

– sur la continuité à établir éventuellement entre la disparition de la crise de nerfs et l’apparition des troubles musculo-squelettiques comme signes extérieurs de rejets des cadences et conditions de travail imposées.

Il a enfin été souligné que les syndicats ont beaucoup tardé à se saisir de ces questions.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search