Retour en publication sur le séminaire “Femmes, histoire, voyages”

Le cycle précédent du séminaire du groupe Femmes et histoire de l’IHMC, 2005-2008, alors animé par Nicole Pellegrin, avait porté ses regards sur le thème Femmes, histoire, voyages.  Un premier ensemble d’articles issus de ces rencontres est publié en ligne dans le n°8, printemps 2011, de la revue Genre & Histoire, accompagné d’une présentation de Nicole Pellegrin.

Au sommaire :

Isabelle Havelange, Les voyageuses françaises au prisme de la bibliographie annuelle de l’histoire de France  (de 1970 à 2010)

Isabelle Havelange, Les voyageuses dans la BAHF, du Moyen Âge au XXe siècle. Bibliographie 1970-2010

Isabelle Ernot, Voyageuses occidentales et impérialisme : l’Orient à la croisée des représentations (XIXesiècle)

Claude Ghiati, Le Maroc des voyageuses françaises au temps du Protectorat. Une vision (de) colonisatrices ?

On remarquera que la question du travail, au centre des travaux actuels du séminaire, affleure d’une façon ou d’une autre dans tous ces articles puisque sont évoqués notamment des voyages professionnels, du propre fait de la voyageuse quand celle-ci est journaliste ou archéologue par exemple, ou liés aux déplacements professionnels de maris suivis par leurs épouses. Les aires géographiques retenues par les articles d’Isabelle Ernot et de Claude Ghiati sont de celles dans lesquelles se déplacent militaires, administrateurs et fonctionnaires coloniaux. La catégorie “voyage professionnel” s’impose aussi dans la typologie se dégageant des bilans historio/bibliographiques proposés par Isabelle Havelange établis à partir des dépouillements de la Bibliographie annuelle de l’histoire de France.

Un autre ensemble d’articles issu du séminaire Femmes, histoire, voyages, paraîtra dans le prochain numéro de la revue Genre et histoire.

Séminaire “Femmes au travail” 2012 confirmation/extension de la suite du programme

Chacune de nos prochaines séances fera bien sûr l’objet d’une présentation détaillée (avec titres précis des interventions), mais merci de noter dès à présent les compléments apportés au pré-programme diffusé à l’automne dernier pour les journées du 30 mars et 2 juin prochain, ainsi que l’ajout d’une séance (en matinée seulement) le vendredi 22 juin. Donc, suite du programme :

Vendredi 30 mars 2012 

Le matin, de 9h30 à 12h30 Annabelle Harbonnier (master Paris I) évoquera les chroniqueuses et critiques dans les grands quotidiens français, 1890-1930,et Delphine Naudier (CNRS/CSU) les attachées de presse et leur travail dans l’édition contemporaine.

L’après-midi, de 14h à 17h, nous introduira dans deux secteurs d’activités encore inexplorés au cours du séminaire : Martine Bourelly (thèse en cours à Paris 8, CSU) évoquera la cuisine et ses chefs et Nicolas Divert (MC, Paris XII) la couture, ses couturières et ses couturiers.

Samedi 2 juin 2012 

Journée consacrée au travail scientifique, avec le matin, de 9h30 à 12h30, Yann Calbérac (université Paris-Sorbonne, IUFM de Paris, UMR 8185 ENeC) et Anne Volvey (UMR  8504, Géographie-Cités) à propos du travail des géographes et de leurs terrains.

L’après-midi, de 14h à 17h, Colette Le Lay (Centre François Viète, université de Nantes), évoquera l’astronomie des dames (XVIIIe-XIXe siècles), puis Martine Sonnet les allocataires de la Caisse des sciences dans les années 1930.

Séance supplémentaire vendredi 22 juin de 9h30 à 12h30

Nous profiterons de la présence à Paris ce semestre de Juliette Rogers pour organiser une séance spéciale “représentations”au cours de laquelle Simon Psaltopoulos (historien de l’art, Direction de l’action culturelle de la Ville des Lilas) évoquera L’iconographie féminine ouvrière dans la peinture française, 1850-1914 et Juliette Rogers (Macalester College, St. Paul, Minnesota) son ouvrage Career Stories: Belle Epoque Novels of Professional Development et la poursuite de ses recherche dans le domaine de la fiction contemporaine.

Comme toujours, les séminaires se tiennent à l’IHMC (45 rue d’Ulm, 75005 Paris). Merci de prendre contact avec moi par mail si vous n’y avez jamais participé et souhaitez nous rejoindre : martine.sonnet@ens.fr

Femmes au travail 2011/2012 “Créations, inventions, productions” programme du 13 janvier

Les séances du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du groupe “Femmes et histoire” de l’IHMC reprennent le vendredi 13 janvier 2012 avec une journée consacrée aux travaux littéraires, à leur reconnaissances et réception, entre XVIIIe et XXe siècles.

Ce sera l’occasion d’écouter deux interventions le matin et deux autres l’après-midi, toujours suivies d’échanges.

De 9h30 à 12h30 interviendont :

Marianne Charrier Vozel (université de Rennes I)  Le travail littéraire féminin au XVIIIe siècle : entre sociologie, bons et  mauvais genres. Spécialiste de l’épistolarité et de Mme Riccoboni à qui était consacrée sa thèse (on peut lire en ligne la notice biographique qu’elle a rédigée de cette dernière pour le Dictionnaire de la SIEFAR), Marianne Charrier Vozel a publié de nombreux travaux sur cette femme de lettres et sur plusieurs autres auteures de ses contemporaines.

Suzan van Dijk (Huygens ING, Institut pour l’histoire des Pays-Bas, Académie royale des Arts et des Sciences, La Haye) La question de l’importance de l’argent pour les écrivaines et traductrices du XVIIIe siècle. Suzan van Dijk est l’une des responsables et animatrice du projet Women Writers in History: Toward a New Understanding of European Literary Culture, auquel est lié le Women Writers Network, elle est aussi l’auteure et/ou la coordinatrice de très nombreux ouvrages et articles sur les femmes et leurs écrits (journalisme, fiction, traductions) sous l’Ancien Régime – dont un certain nombre à lire en ligne : voir sa bibliographie sur le site de la SIEFAR.

De 14 à 17 h ce seront :

Patricia Izquierdo (chercheuse associée au LIRECréation et réception de plusieurs poétesses à la Belle Epoque. Patrizia Izquierdo a soutenu sa thèse ès lettres sur Les conditions et les modalités de l’essor de la poésie féminine d’expression française (1900-1914), travail à l’origine de son ouvrage Devenir poétesse à la Belle Epoque paru en 2009. Patricia Izquierdo préside en outre l’Association des amis de Lucie Delarue-Mardrus.

Claude Poliak (Centre de sociologie européenne) Les écrivains amateurs en quête de reconnaissance. Son intervention reviendra sur sa recherche publiée en 2006 sous le titre Aux frontières du champ littéraire : sociologie des écrivains amateurs, appuyée sur une enquête auprès des participants à un concours de nouvelles organisé par France Loisirs mettant en lumière notamment leurs profils et leurs espoirs de reconnaissance.

Et puisque cela a tout à voir avec ce dernier sujet, je ne résiste pas à la tentation d’illustrer ce billet en reprenant ci dessous deux photographies déjà publiées récemment sur mon blog personnel. Il s’agissait des publicités, recto-verso, apposées sur mon abri-bus quotidien pour annoncer l’ouverture d’une librairie. Il y avait d’un côté l’écrivain reconnu, vendeur, homme cela va de soi, fier de son oeuvre

et de l’autre “Shirley, écrivain amateur” – c’est écrit en toutes lettres -, femme évidemment, qui en est à acheter ses stylos…

Le séminaire se tient à l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e). Il suffit de m’adresser un message auparavant si vous n’y avez jamais participé : martine.sonnet@ens.fr

Du travail littéraire et de ses reconnaissances, 13 janvier 2012

La première des trois journées regroupant en 2011-2012 les séances du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du groupe “Femmes et histoire” de l’IHMC se tiendra le vendredi 13 janvier 2012.

Notre réflexion de cette année centrée sur Créations, inventions, productions – soit sur les “fruits” du travail ainsi que sur leurs différentes reconnaissances, symboliques aussi bien que d’estime, ou encore matérielles, sonnantes et trébuchantes – se déclinera ce premier jour autour du travail littéraire, entre XVIIIe siècle et nos jours.

Le matin, de 9h30 à 12h30 interviendront successivement Marianne Charrier Vozel (MC, littérature française XVIIIe, université de Rennes I) à propos de La femme-auteur au XVIIIe siècle : question de bons et de mauvais genres, puis Suzan van Dijk (Huygens ING, Institut pour l’histoire des Pays-Bas, Académie royale des Arts et des Sciences, La Haye) sur La question de l’importance de l’argent pour les écrivaines et traductrices du XVIIIe siècle.

L’après-midi, de 14h à 17h nous permettra d’écouter Patricia Izquierdo autour de la Création et réception de plusieurs poétesses à la Belle Epoque, puis Claude Poliak, sociologue, se pencher sur Les écrivains amateurs en quête de reconnaissance.

Diffusion de la suite du programme prochainement, mais noter dès maintenant que la matinée de notre deuxième journée, le vendredi 30 mars, reviendra sur le travail littéraire sous d’autres aspects professionnels évoqués par Annabelle Harbonnier qui présentera son travail de master (Paris I) sur les chroniqueuses et critiques dans les grands quotidiens français, 1890-1930, et Delphine Naudier son enquête sur les attachées de presse dans l’édition.

Les séminaires se tiennent à l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e). Merci de m’adresser un message auparavant si vous n’y avez jamais participé : martine.sonnet@ens.fr


Pavé Virginia Woolf, Library way, New York Public Library

Sculpteur Gregg LeFevre, 1998

Journée séminaire du samedi 18 juin 2011 : interventions à écouter

Si vous ne pouviez être parmi nous le 18 juin dernier, les interventions de nos cinq collègues qui concluaient l’année 2010-2011 du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, centrée sur la transmission et le partage du travail, vous sont proposées à l’écoute ci dessous. Toutes évoquaient des situations de travail en « non-cadres professionnels » ou dans des cadres atypiques.

Les exposés mis à l’écoute ne restituent que pour moitié la journée puisque tous ont été prolongés de discussions fort nourries selon le principe du séminaire laissant une large place aux échanges : le carnet de recherche accompagne les séances et élargit leur audience mais ne se substitue pas à la “présence réelle”.

Vous pouvez donc écouter :

Sophie Delhaume présenter un «avocat femelle » ou l’influence d’une femme de qualité au XVIIIe siècle : Madame de Voyer d’Argenson et la carrière de son époux, intervention issue de sa thèse  (université de Poitiers, 2010) : Correspondance de Madame de Voyer d’Argenson avec son époux, une femme et sa plume au XVIIIsiècle.


Nicole Pellegrin nous invitant à définir le travail des femmes et ses transmissions. Le cas des religieuses contemplatives, des temps modernes à nos jours.


Erika Flahault s’interroger sur les associations de Défense des Droits des Femmes, entre transmission du féminisme et… reproduction du « féminin » ?


Dominique Loiseau enquêter auprès d’élues syndicales : une transmission atypique en Pays de Loire.


Et Maud Navarre évoquer les femmes et la transmission du travail politique à l’heure de la parité : des spécialisations genrées ; elle consacre sa thèse à  La socialisation au(x) rôle(s) d’élu selon le genre, en Bourgogne. Le bon niveau de son arrive au bout d’une minute seulement (avec toutes mes excuses).

Séminaire “Femmes au travail” 2011-2012 : noter déjà les dates

En 2011-2012 le séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du groupe “Femmes et histoire” de l’IHMC regroupe ses séances sur trois journées fixées au

vendredi 13 janvier 2012

vendredi 30 mars 2012

samedi 2 juin 2012

Ce dispositif resserré facilitera la participation des collègues se déplaçant d’un peu loin pour nous rejoindre et le vendredi semble un jour généralement moins chargé en réunions et séminaires que nos anciens mardis ; quant au samedi de juin, l’expérience des deux années passées a montré qu’il favorise la présence de collègues s’intéressant à nos travaux mais jamais disponibles en semaine.

La programmation des trois journées est en cours, centrée cette année sur les aspects de Créations, inventions, productions, c’est dire que nous nous situerons surtout du côté de l’objet/fruit du travail, de sa reconnaissance et de sa réception. Le travail intellectuel, littéraire, scientifique et artistique sera particulièrement présent dans les recherches présentées.

Les séances croiseront toujours les approches historiques et celles des autres sciences humaines sociales. Comme lors des séances mensuelles des années précédentes, nous nous donnerons le temps de partager nos réflexions lors des discussions prolongeant des exposés conçus sur un  format relativement long (45 minutes).

Il est possible jusqu’au 30 septembre de m’adresser des propositions d’interventions qui seront encore éventuellement retenues en fonction des possibilités d’articulation aux binômes pressentis. Merci de m’écrire : martine.sonnet@ens.fr

 

Retour audio sur le 7 juin : métiers du théâtre, métiers du cinéma

Proposés à l’écoute ci-dessous les deux exposés présentés lors de la séance du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, le mardi 7 juin dernier au cours de laquelle

Geneviève Faye nous entretenait de femmes En scène et en coulisses : actrices et autres métiers du spectacle au XIXe siècle

et Brigitte Rollet de Femmes et cinéma en France : quels métiers !?

Samedi 18 juin : journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle – Transmissions et partages

Comme en juin 2010, en complément aux réunions régulières du séminaire et pour permettre à celles et ceux qui ne sont jamais disponibles le mardi après-midi de se joindre à nous au moins une fois dans l’année, nous nous retrouverons le samedi 18 juin, de 9h45 à 17h, autour d’interventions présentées par cinq collègues.

Ces cinq interventions interdisciplinaires ont pour dénominateur commun d’aborder des questions de transmissions et partages du travail – c’était notre fil rouge de l’année – dans des “non-cadres professionnels” ou dans des cadres atypiques.

Accueil à 9h45 puis le matin, nous écouterons :

à 10 h Sophie Delhaume, docteure en littérature (université de Poitiers, 2010),  Un « avocat femelle » ou l’influence d’une femme de qualité au XVIIIe siècle : Madame de Voyer d’Argenson et la carrière de son époux. La thèse de Sophie Delhaume, Correspondance de Madame de Voyer d’Argenson avec son époux, une femme et sa plume au XVIIIe siècle a consisté en un travail de recherche sur cet ensemble épistolaire inédit, établi et analysé dans le but de son édition.

à 11h 10 Nicole Pellegrin, historienne, IHMC/CNRS-ENS, Définir le travail des femmes et ses transmissions. Le cas des religieuses contemplatives, des temps modernes à nos jours. Son intervention lui donnera l’occasion de nous faire partager ses réflexions à propos des définitions possibles du travail. Rappelons à ce propos que dès 1994 Nicole Pellegrin s’interrogeait avec Sabine Juratic sur Femmes, villes et travail en France dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et que le souci de rendre toute sa visibilité au travail, intellectuel aussi bien que manuel, des femmes est resté présent dans ses préoccupations d’historienne-anthropologue.

puis l’après-midi :

à 13h45 Erika Flahault, Maîtresse de conférences en sociologie, ESO (Espaces et Sociétés) – UMR CNRS 6590, Université du Maine, Le Mans, présentation d’un travail mené avec Annie Dussuet, sociologue, MCF HDR, CENS (Centre Nantais de Sociologie) EA 3260, Université de Nantes,  Les associations de Défense des Droits des Femmes, entre transmission du féminisme et… reproduction du « féminin » ? Erika Flahault et Annie Dussuet nous proposent leur bibliographie récente autour de ce sujet ; j’intègre ici directement le lien vers l’article de 2008 signé Erika Flahault et Dominique Loiseau disponible en ligne : Que fait le salariat au militantisme dans les associations féministes ?

à 14h50 Dominique Loiseau, historienne, ESO, Le Mans,  Elues syndicales : une transmission atypique en Pays de Loire. Elle nous montrera comment s’opère cette transmission de responsables hommes à responsables femmes et s’interrogera sur ses implications en termes de rééquilibrage des rapports de genre internes au syndicat et/ou vis à vis des salariées ?

à 15h 55 Maud Navarre, doctorante en sociologie, Centre Georges Chevrier (UMR 5605), Université de Bourgogne, Femmes et transmission du travail politique à l’heure de la parité : des spécialisations genrées. Après s’être intéressées pour son mémoire de Master 2 aux élues municipales auxerroises, Maud Navarre consacre sa thèse à La socialisation au(x) rôle(s) d’élu selon le genre, toujours en Bourgogne.

La journée est ouverte mais pour des raisons logistiques merci de m’adresser (si possible au plus tard le 13 juin) un mail m’informant de votre intention d’être des nôtres (même si vous fréquentez régulièrement le séminaire).

 

Retour audio sur le 3 mai : Sandrine Victor et les bâtisseuses de cathédrales

Proposée à l’écoute ci-dessous, l’intervention de Sandrine Victor lors du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages le 3 mai dernier à propos des Femmes au travail dans le monde du bâtiment et de la construction au Moyen Age en Catalogne, issue des recherches menées dans le cadre de sa thèse publiée en français sous le titre La construction et aux métiers de la construction à Gérone au bas Moyen-Age.

Mardi 7 juin : du spectacle, avec Geneviève Faye et Brigitte Rollet

La prochaine séance, mardi 7 juin de 14 à 17h, de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages sera l’occasion d’évoquer des métiers relevant du secteur du spectacle, grâce aux interventions de Geneviève Faye, historienne (IHMC) et Brigitte Rollet, MC en Etudes culturelle (University of London Institute in Paris).

Geneviève Faye, historienne du théâtre, interviendra sur le thème En scène et en coulisses : actrices et autres métiers du spectacle au XIXe siècle. Elle y observera les présences féminines à partir des dépouillements d’archives de théâtres qu’elle réalise (théâtre de l’Odéon notamment). Geneviève Faye a récemment publié « Le renouvellement des salles de théâtre à Paris après le décret de 1864 », dans le collectif  Les spectacles sous le Second Empire, dirigé par Jean-Claude Yon (Armand Colin, 2010) et, plus proche de notre sujet du jour, « Une ambition particulière : les directrices de théâtre à Paris (fin XVIIIe-début XXe siècles) » dans Femmes, culture et pouvoir. Relectures de l’histoire au féminin XVe-XXe siècle, dirigé par Catherine Ferland et Benoît Grenier (Presses universitaires de Laval, 2010). Membre du groupe Femmes et histoire de l’IHMC depuis sa création, Geneviève Faye y avait, lors du cycle consacré aux voyageuses, évoqué « Le rêve américain : deux stars en voyage, Rachel (1855) et Sarah Bernhardt (1880) » à paraître.

Brigitte Rollet traitera de Femmes et cinéma en France : quels métiers !? Elle a publié de nombreux articles traitant des métiers du cinéma au prisme du genre, notamment Cinéma et genre en France : état des lieux (avec Geneviève Sellier) et Femmes cinéastes en France : l’après-mai 68 dans Clio dès 1999. En 2001 elle a coécrit avec Carrie Tarr l’ouvrage Cinema and the Second Sex: Twenty years of Women’s film making in France (Continuum). Plus récemment, Brigitte Rollet a co-dirigé avec Delphine Naudier le volume collectif Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ? (L’Harmattan, 2007), dans lequel elle a en outre publié son étude « Reconnaissance, invisibilité et invisibilisation des réalisatrices françaises ». A signaler enfin, la parution toute récente de son enquête « Producteur: un métier d’homme? » dans l’ouvrage Les  producteurs: enjeux créatifs et financiers (Ed. du Nouveau Monde, 2011).

Si vous n’avez jamais assisté au séminaire, vous y serez les bienvenus, merci de juste m’informer de votre présence (cliquer sur les petits points rouge dans l’adresse mail pour la révéler) :  mart@ens.fr