3 mai : des couples et des entreprises, Sandrine Victor et Paulette Robic

La prochaine séance, qui aura lieu le 3 mai 2011, du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages évoquera la question des épouses, veuves et héritières d’entrepreneurs, au XVe siècle avec Sandrine Victor, historienne médiéviste, et au XXe avec Paulette Robic, gestionnaire.

Sandrine Victor (Université Toulouse Le Mirail, FRAMESPA) nous parlera de Femmes au travail : le monde du bâtiment et de la construction au Moyen Age en Catalogne ; elle a en effet consacré sa thèse à la construction et aux métiers de la construction à Gérone (Catalogne) au bas Moyen-Age, thèse publiée en catalan  sous le titre La construccio i els seus oficis a la Girona del segle XV et en français :  La construction et aux métiers de la construction à Gérone au bas Moyen-Age. Son article récent, des Mélanges de la Casa VélasquezBâtisseuses de cathédrales ? La place des femmes sur les chantiers de construction à la fin du Moyen Age selon l’exemple de Gérone, rencontre la problématique de notre séminaire de cette année.

Puis nous franchirons allègrement cinq siècles, pour écouter Paulette Robic (maîtresse de conférences, Institut d’administration des entreprises, université de Nantes) dont les recherches portent sur les entreprises familiales du XXe siècle, et notamment sur les pratiques stratégiques et organisationnelles de leurs actrices et acteurs, évoquer la place des épouses dans les entreprises familiales et leurs rôles dans la transmission de ces entreprises, avec un intérêt particulier pour les veuves de patrons qualifiées de “veuves-entrepreneures”.

Son intervention s’appuiera sur trois cas  d’entreprises industrielles situées dans la région Pays de la Loire dirigéees à un moment donné par la veuve du patron. Des  entretiens menés avec les veuves elles mêmes et/ou avec  leurs héritiers lui permettent de reconstituer l’histoire de ces entreprises et de leurs acteurs.  On y verra avec elles  la place des épouses dans les entreprises familiales et leurs rôles dans la transmission des entreprises familiales.

En prise directe avec notre problématique, elle a publié avec Pierre Rabardin en 2008 dans la Revue française de gestion un article sur Epouses et petites entreprises : Permanence du XVIIIe au XXe siècle, a communiqué sur Le rôle des veuves-entrepreneures dans les entreprises familiales aux Journées d’Histoire de la Comptabilité et du Management 2009, a présenté à ces mêmes Journées en 2010 , avec Noémie Etienne, qui était intervenue dans notre séminaire l’an dernier, une communication sur Veuvage et déviance Une approche comparée des stratégies d’entreprise, et enfin en 2011, avec Nicolas Antheaume, y a traité de Pérennité et profit à long terme : les entreprises familiales font-elles du développement durable sans l’afficher ? Proposition d’une méthodologie d’investigation.

Si vous n’avez jamais assisté au séminaire, vous y serez les bienvenus, merci de juste m’informer de votre présence (cliquer sur les petits points rouge dans l’adresse) : martine.sonnet@ens.fr

Ouvrières en milieux contrastés, en écoute la séance du 5 avril 2011

Proposés ci dessous à l’écoute, les échos de notre séance de séminaire de 5 avril dernier, au cours de laquelle j’ai évoqué la présence des femmes dans les ateliers de Billancourt de la nationalisation de Renault (1945) à 1968, tandis qu’Eve Meuret-Campfort, doctorante en sociologie (CENS, Nantes) traitait de Travail, emploi, syndicalisme : le cas des ouvrières de l’usine de confection Chantelle de Saint-Herblain (1968-2005).

Entre nos deux exposés, nous avons écouté le témoignage d’Emmanuelle Dupuy, retraitée Renault, co-fondatrice et animatrice de 1972 à 1986 du Groupe femmes de l’entreprise. Merci à elle d’avoir été présente parmi nous lors de cette séance.

Donc ci dessous vous pouvez écouter (dans l’ordre où ils ont été présentés en séminaire) :

Mon exposé

Le témoignage complémentaire d’Emmanuelle Dupuy (avec toutes mes excuses pour le niveau de son très faible, à écouter de préférence avec écouteurs)

L’exposé d’Eve Meuret-Campfort

Ouvrières de Chantelle en lutte, Collection CHT, Fond UD CGT 44

Et ci dessous je mets en copies deux textes que j’ai communiqués en séance, l’un datant du tout début, l’autre de la toute fin de la période à laquelle je me suis intéressée. L’attention portée en 1946, quand on se sert les coudes pour remettre en route la production, à la main d’oeuvre féminine et la volonté exprimée de développer sa formation et sa qualification feront long feu dans l’usine…

Editorial du n°6, novembre 1946, de L’Accélérateur, journal du Comité d’Entreprise de Renault (BnF 4-JO-6210)

Nos camarades femmes dans la production

De plus en plus on constate l’afflux de la main-d’œuvre féminine dans la vie économique. Huit millions de femmes participent, par leur production, à la renaissance de la France.

Nous pouvons le constater à la Régie Nationale où plus de 4000 de nos camarades femmes sont dans la production. On leur confie des travaux délicats, mais beaucoup également exécutent des travaux pénibles.

Nous pouvons les rencontrer dans les divers postes qu’elles occupent, soit comme sténodactylographes, mécanographes, soit en qualité d’ouvrières spécialisées comme bobineuses, brocheuses, contrôleuses, pontonnières, mécaniciennes, noyauteuses, fraiseuses ; on les trouve aussi au montage, au perçage, au polissage, sur les tours, aux presses, à la tôlerie, à la soudure autogène, à la sellerie, au caoutchouc, sur les machines textiles, aux cantines, etc… où elles déploient leurs qualités de compréhension, de vivacité, de précision, de rapidité manuelle. Nous constatons que ces qualités sont mises à profit, notamment par nos camarades ouvrières travaillant sur les presses à emboutir où elles déploient une agilité particulière, pour obtenir la cadence exigée sans que leurs mains ne s’attardent sous le plateau emboutisseur.

Nous pensons qu’à l’heure où se fait sentir dans notre pays la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, nos camarades femmes ne doivent plus limiter leur ambition à rester des manœuvres ou des ouvrières spécialisées, mais si elles en ont les aptitudes, et elles les ont, devenir des professionnelles.

Beaucoup d’entre elles connaissent la pratique de leur métier. Il suffirait d’une rééducation professionnelle accélérée pour en faire de parfaites ouvrières qualifiées dans leur profession. Cette nouvelle classification vers laquelle elles doivent tendre, leur assurera un salaire plus substantiel comme le désirent le Syndicat des Métaux et le Ministre du Travail, Croizat, qui a supprimé l’abattement de 10% pour les ouvrières.

Le Comité d’Entreprise n’ignore pas la valeur, la personnalité de la main-d’œuvre féminine et reconnaît l’effort de production des ouvrières de la Régie en vue de la renaissance du pays. Nos camarades femmes doivent avoir la certitude, quand elles sont à leur travail, que le Comité d’Entreprise œuvre pour elles, afin de leur donner plus de sécurité et développer au maximum les œuvres sociales en tenant compte des résolutions de la section féminine de la Régie, guidée par notre Syndicat des Métaux. »

Extrait de L’Echo des métallos Renault, journal de la section Billancourt du Parti Communiste, n°82, 24 février 1967 (BnF Fol-JO-12067)

Les femmes agissent

Suite à une pétition lancée par la C.G.T., rappelant les principales revendications féminines signée par plus de 500 femmes à la Régie, tant ouvrières que mensuelles, une délégation a été organisée pour discuter de ce cahier de revendications à la Direction. Cette dernière a accepté la « discussion » à condition que la dite délégation soit limitée à une douzaine de femmes, et qu’elle se fasse… en dehors des heures de travail !

Quinze femmes se sont donc présentées à la DCPRS se passant de déjeuner ce jour-là (non pour avoir les idées claires ou garder la ligne, mais pour se plier aux exigences de la Direction… et puis « les femmes ont l’habitude » remarquait l’ineffable Bobin lors d’une entrevue préliminaire !). Bref, ce fut une entrevue animée, mais trop brève car, comment discuter en trois petits quarts d’heure de tous ces nombreux problèmes qui se posent aux femmes à la Régie ? Nous avons tout juste pu effleurer quelques uns d’entre eux, et en particulier, la pauvreté des avantages concédés aux femmes par les derniers accords, l’essentiel des mesures favorables dont nous bénéficions ayant été acquis… à la Libération ! (sortie anticipée des femmes enceintes, journées des mères de famille…) Donc en 20 ans, pratiquement aucun progrès  dans le domaine qui nous concerne.

Les femmes ont nettement fait entendre à M. Bobin que s’il fut une période où effectivement, la Régie a été à l’avant garde dans ce domaine, c’est il y a 20 ans… Aujourd’hui, de nombreuses entreprises et administrations bénéficient de mesures semblables, et souvent, nettement plus favorables (ne serait-ce que pour les indemnités pour soigner un enfant malade, qui figurent dans de très nombreuses conventions ou accords, à commencer par l’administration, les banques, etc.)

Dans le domaine de la promotion féminine, même cadence : les postes subalternes, les moins payés, les plus fastidieux sont spécifiquement féminins ; c’est là que la promotion est la plus stagnante et ce n’est pas seulement, comme le faisait entendre M. Bobin, un problème de qualification ; car, même à qualification égale, l’ascension féminine est combien plus lente.

Nous reviendrons plus en détails sur toutes ces questions, qui méritent un approfondissement certain. Et également sur tous les autres problèmes qui demandent une solution : problèmes des femmes en équipe, problème de la qualification féminine, examen de certaines professions féminines, particulièrement lésées, etc.

Il ne faudra pas que la Direction se contente de déléguer un « enregistreur de doléances », mais également qu’elle argumente sérieusement et entame une discussion réelle. Ne nous illusionnons pas cependant, tout résultat ne peut être que fonction de l’action menée. Il nous importe donc de rester sur la brèche, de voir les moyens les plus convaincants pour la faire céder ! Et cela ne peut être que le fruit de notre union, et de la poursuite méthodique de notre action.

(Dessin humoristique contre le travail du samedi extrait de La voix de l’usine Renault, journal de la CGT, janvier 1964)

5 avril 2011 : Martine Sonnet et Eve Meuret-Campfort, à propos d’ouvrières en milieux contrastés

La séance du mardi 5 avril de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages sera consacrée à des ouvrières de la seconde moitié du XXe siècle, dans deux contextes contrastés : l’usine Renault de Billancourt dans laquelle les femmes sont très minoritaires, que j’évoquerai, et l’usine Chantelle de Saint-Herblain à la main d’oeuvre quasi exclusivement féminine, dont nous parlera Eve Meuret-Campfort, doctorante en sociologie, Centre Nantais de Sociologie (CENS), Université de Nantes.

A propos de la présence des femmes dans les ateliers de Billancourt, j’ai essayé de satisfaire une curiosité née lors de l’écriture de mon livre Atelier 62, centré sur sur un département de l’usine exclusivement masculin, celui des forges, dans les années 1950-1960. Rencontrant communément le chiffre de 8% environ de femmes dans la population ouvrière de l’usine, j’ai tenté de les localiser et d’identifier leurs tâches, de repérer leurs difficultés spécifiques et revendications, de les rendre visibles dans les “clichés” des foules masculines saisies à la sortie de l’usine ou sur la place Nationale. Pour ce faire, je suis repartie des archives, journaux syndicaux (le petit dessin humoristique provient de La voix de l’usine Renault) et de la presse d’entreprise mobilisés déjà à propos des forgerons et ai complété mes sources côté femmes, notamment vers les travaux de Madeleine Guilbert sur les femmes dans l’industrie, contemporains de l’époque qui m’intéressait.

En continuité chronologique, puisque je m’en tiendrai à la période du sortir de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1960, Eve Meuret-Campfort interviendra sur Travail, emploi, syndicalisme : le cas des ouvrières de l’usine de confection Chantelle de Saint-Herblain (1968-2005). Dans le cadre de sa thèse sur les conflits du travail dans les secteurs d’emploi « féminins », elle retrace l’histoire des ouvrières de l’usine Chantelle de l’ouverture de l’usine en 1968 à sa fermeture définitive en 2005.

Cette monographie d’usine sur le temps long permet de penser conjointement les réalités et les évolutions, d’une part, de la vie au travail de ces ouvrières dans une usine où les hommes sont quasiment absents et, d’autre part, de l’activité syndicale dense que les sections CGT et CFDT animent au quotidien et à l’occasion de luttes collectives. Elle nous montrera quels aspects de la situation de travail sont constitués en enjeux de lutte dans l’usine, comment le syndicalisme agit sur la réalité du travail (droits conquis et défendus, ambiance d’usine, etc.) et comment l’engagement participe à construire un certain rapport au travail et à l’emploi. Eve Meuret-Campfort a récemment collaboré à l’ouvrage collectif Mouvements ouvriers et crise industrielle dans les régions de l’Ouest atlantique des années 1960 à nos jours(photo ci-dessous : ouvrières de Chantelle en lutte, Collection CHT, Fond UD CGT 44)

Et puisqu’il est question d’usine de confection de lingerie, n’oubliez pas d’aller voir le remarquable film de Mariana Otero, Entre nos mains, dont j’ai déjà parlé ici.

Je rappelle aussi que si vous n’avez jamais assisté au séminaire merci de m’informer de votre venue : martine.sonnet@ens.fr

En écoute : Sandrine Lely et Florence Launay, le 1er mars 2011

Le 1er mars dernier le séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages accueillait Sandrine Lely, doctorante en histoire de l’art, à propos de La formation des peintres femmes : la mutation du XVIIIe siècle et Florence Launay, historienne de la musique indépendante et chanteuse lyrique, à propos de La longue professionnalisation des musiciennes.

Leurs exposés sont proposés à l’écoute ci dessous :

celui de Sandrine Lely

et celui de Florence Launay

Florence Launay nous proposait également une bibliographie relative à l’histoire des musiciennes. Je la remercie de me l’avoir confiée pour mise en ligne en pdf et vous invite à en prendre connaissance.

J’intègre ici directement les liens vers deux dictionnaires de musiciennes en ligne qu’elle signale : celui de MUGI (Musik und Gender im Internet) et celui du Sophie Drinker Institut, répertoire de femmes instrumentistes des XVIIIe et XIXe siècles.

Et je saisis l’opportunité de rappeler ici l’existence du dictionnaire des femmes de l’Ancien Régime proposé par la SIEFAR, où l’on trouvera des peintres, des musiciennes, des femmes de lettres et bien d’autres.

Femmes peintres et musiciennes au programme du 1er mars

La prochaine séance du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages aura lieu le mardi 1er mars à l’IHMC. Les artistes, leur formation et leur professionnalisation seront au coeur de nos réflexions puisque nous accueillerons Sandrine Lely et Florence Launay.

Sandrine Lely, doctorante en histoire de l’art, évoquera La formation des peintres femmes : la mutation du XVIIIe siècle. Ses recherches portent sur les peintres femmes en France du milieu du XVIIe siècle à la Révolution et, plus particulièrement sur leurs rapports avec les institutions artistiques (maîtrises de peintres, académies), ainsi que sur la réception de leurs oeuvres par la critique d’art naissante. La formation des jeunes femmes qui veulent devenir des peintres professionnels devient l’objet d’un débat au XVIIIe siècle, autant à l’intérieur de l’Académie royale de peinture que dans la presse. Elle a collaboré à l’ouvrage collectif Genre et légitimité culturelle : quelle reconnaissance pour les femmes ? (2007) en écrivant sur “Des femmes d’exception: l’exemple de l’Académie Royale de peinture et de sculpture“.

Florence Launay, historienne de la musique indépendante et chanteuse lyrique, nous parlera de La longue professionnalisation des musiciennes, revenant en détail, en y joignant les approches qu’elle a muries depuis, sur l’article qu’elle a publié en 2008 dans Travail, genre et sociétés, où elle explorait l’accès progressif des femmes aux différents métiers de la musique depuis le XVIIe siècle. Sa thèse, soutenue en 2004 à Rennes 2, a été publiée en 2006 aux Editions Fayard sous le titre Les Compositrices en France au XIXe siècle.

Si vous n’êtes jamais venus au séminaire, vous y serez les bienvenus, mais merci de m’envoyer un message auparavant : martine.sonnet@ens.fr

En écoute : Emmanuelle Charpentier et Jean-Louis Escudier

La séance du 1er février 2011 du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages nous a permis d’écouter successivement Emmanuelle Charpentier sur Vivre au rythme de la mer : femmes de marins au travail sur les côtes nord de la Bretagne au XVIIIe siècle, une intervention dans la droite ligne de sa thèse, puis Jean-Louis Escudier à propos de Travail, compétences et rémunération. Les femmes salariées en viticulture 1860-2010, l’objet de ses recherches en cours.

Vous pouvez écouter ci-dessous Emmanuelle Charpentier

ainsi que Jean-Louis Escudier

La discussion, à propos des femmes de marins, a notamment porté sur l’autonomie et la capacité à agir, temporaire ou définitive de ces épouses (en nous souvenant de l’intervention au séminaire en juin dernier de Catherine Ferland et Benoît Grenier sur les procuratrices à Québec au XVIIIe siècle), sur leurs formes originales d’associations commerciales et leur pluriactivité. A propos des femmes salariées du secteur viticole, la pénibilité et la rémunération de travaux saisonniers hiérarchisés et partagés rigoureusement selon les sexes, dans un sens constamment défavorable à la main d’oeuvre féminine à qui reviennent les plus ingrats et les moins payés, a particulièrement retenu l’attention.

Et parce qu’il est tout fait de circonstance, j’ajoute ce renvoi vers  la présentation du beau film de Marcel Trillat, Femmes précaires (2005, pour France 2), incluant le portrait d’Agnès, travailleuse viticole. C’est elle qu’on voyait sur l’affiche du film.

Du littoral et des vignes au programme du 1er février

La séance du 1er février 2011 du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages nous conduira vers des milieux de travail non encore évoqués dans nos rencontres, des milieux naturels, bords de mer au XVIIIe siècle d’une part, terres avec vignobles de 1860 à nos jours d’autre part, où l’on observera les conditions de l’implication des femmes dans l’activité économique générée par ces milieux.

Détail du “Plan de la Champagne de Rothéneuf”, AD Ille et Vilaine, illustrant la couverture de thèse d’Emmanuelle Charpentier

Emmanuelle Charpentier (docteure en histoire moderne, CERHIO-Rennes 2) nous parlera de Vivre au rythme de la mer : femmes de marins au travail sur les côtes nord de la Bretagne au XVIIIe siècle. Sa thèse portait sur Le littoral et les hommes : espaces et sociétés des côtes nord de la Bretagne au XVIIIe siècle. En attendant sa publication, on peut lire son article Incertitude et stratégies de (sur)vie : le quotidien des femmes de “partis en voyage sur mer” des côtes nord de la Bretagne au XVIIIe siècle, issu de son intervention au  colloque “Usages et représentations du temps dans les sociétés littorales” à Lorient en 2006, paru dans les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest en 2010.

Jean-Louis Escudier interviendra sur le thème  Travail, compétences et rémunération. Les femmes salariées en viticulture 1860-2010. Economiste, ses travaux portent sur la transformation du rapport capital/travail dans le long terme. Afin d’intégrer les rapports sociaux de genre à sa problématique, il se consacre depuis quelques années à l’étude du travail des femmes dans une filière agricole, la viticulture française, depuis la reconstitution post-phylloxérique.
Il s’est notamment attaché à déterminer le genre de chacune des fonctions viticoles, les déterminants du salaire à “demi-prix” du travail féminin et le rôle joué par l’enseignement agricole ménager dans les discriminations dont ont pâti les viticultrices.
Ce thème de recherche a d’ores et déjà donné lieu à plusieurs communications à des colloques et débouchera prochainement sur la publication d’un ouvrage de synthèse.

Merci de m’adresser un message m’informant de votre venue si vous n’avez jamais participé au séminaire : martine(point)sonnet(X)ens(point)fr

Claire Zalc et Carine Guerassimoff : retour audio sur le 4 janvier

Si vous n’étiez pas avec nous le 4 janvier dernier lors de la séance Emigrer et travailler : entrepreneuses, commerçantes et autres travailleuses, du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages, l’écoute des exposés de nos deux intervenantes vous est proposée ci-dessous.

Claire Zalc a parlé en croisant plusieurs de ses chantiers, en particulier celui sur le statut de travailleur indépendant dans l’immigration de l’entre deux guerres à partir du dépouillement du registre du commerce de la Seine, avec un gros plan sur le quartier de Belleville, et celui sur les Juifs de la ville de Lens de 1940 à 1945, qui lui a permis de rencontrer l’entreprise textile de Sosche, fondée en 1938 par cette Polonaise arrivée en 1932, dont le fond d’archives permet de suivre l’histoire familiale et commerciale sur un demi-siècle.

Son intervention en écoute

Carine Guérassimoff s’est appuyée  sur les enquêtes de terrain qu’elle a menées en 2000 et 2006 à propos des migrants chinois en France, et en particulier un ensemble de 542 entretiens avec des femmes, pour évoquer l’évolution des profils des migrantes, tant du point de vue de leurs âges, statuts familiaux, expériences préalables en Chine, que de leur région d’origine, ainsi que leurs emplois en France, dans les secteurs du textile (avec des patrons chinois), de la restauration (asiatique) et de la domesticité  ; la prostitution pouvant se faire pour certaines activité d’appoint pour des migrantes qui se révèlent actrices de leur projet.

Son intervention en écoute

Les liens bio-bibliographiques restent accessibles sur le billet de présentation de la séance.

Emigrer et travailler : entrepreneuses, commerçantes et autres travailleuses

La prochaine séance du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Transmissions et partages aura lieu mardi 4 janvier 2011*, et croisera les problématiques genre, travail et migration, autour des interventions de notre collègue de l’IHMC Claire Zalc, historienne, et de Carine Guérassimoff, sinologue et politologue, chercheure associée au Laboratoire SEDET de l’Université de Paris VII.

Claire Zalc s’appuiera sur les recherches qui ont nourri son livre récent  Melting shops, une histoire des commerçants étrangers en France (Perrin,  2010) et sur sa connaissance spécifique du cas d’une petite entreprise familiale textile implantée à Lens par une femme juive polonaise immigrée en 1932, dont les archives permettent de reconstituer l’histoire sur plus d’un demi-siècle. On y suivra avec elle la place des femmes dans l’affaire, la répartition des rôles et des responsabilités et leurs transmissions au sein de cette famille d’entrepreneurs.

Outre Melting shops, Claire Zalc a publié plusieurs articles en rapport avec notre sujet. Les plus récents, avec Françoise de Barros, “Faire parler des archives, historiciser un terrain : les salariés d’une entreprise familiale (Lens, 1945-1975)” (2008) et “En quête d’indépendances, enquête d’appartenances : salariés, patrons et familles dans une petite entreprise textile à Lens dans l’après-guerre” (2007). Et dès 2005 dans Travail, genre et sociétés, “Femmes, entreprises et dépendances“.

Carine Guérassimoff pour sa part nous entretiendra des Diversités régionales, institutions migratoires et conditions de travail des femmes chinoises en France : étude des mutations en cours, question qu’elle a récemment traitée dans l’ouvrage collectif Genre et travail migrant-Mondes atlantiques, XIXe-XXe siècles (2009). Son travail s’appuie sur des enquêtes menées en 2000 et 2006.

On peut prendre connaissance de ses nombreux travaux autour des questions genre/migration/travail en consultant notamment ses articles  “Chinese in the new migration process to Europe : marginal or main actors ?” (2010) et “Objet social ou innovation sociale : Pourquoi les femmes chinoises veulent et construisent un projet migratoire vers l’Europe ?” (2009), “Gender and Migration Networks: New Approaches to Research on Chinese Migration to France and Europe” (2006).

*A 14h, à l’IHMC, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e. Merci de m’adresser un message m’informant de votre venue si vous n’avez jamais participé au séminaire : martine(point)sonnet(X)ens(point)fr

Des libraires du XVIIIe siècle et d’aujourd’hui, retour audio sur le 7 décembre

Au cours de notre première séance de séminaire, Sabine Juratic, historienne, et Pierre Cohen-Hadria, sociologue, nous ont entretenues du travail de femmes libraires au XVIIIe siècle et aujourd’hui, en mettant particulièrement l’accent sur les questions de transmissions et partages qui nous préoccupent cette année.

Vous pouvez écouter ici l’exposé de Sabine Juratic

et celui de Pierre Cohen-Hadria

Dans la discussion qui a suivi Sabine est revenue, notamment, sur les cas de dynasties féminines dans la librairie-imprimerie, repérées dès le XVIe siècle à partir de Madeleine Boursette, veuve Regnault et ses continuatrices, et leurs stratégies d’alliances et diversifications. Nous nous sommes aussi interrogés sur les spécificités éventuelles des suites judiciaires résultant  de l’implication, loin d’être négligeable, de femmes (veuves, épouses ou filles) de libraires dans le commerce du livre illicite au XVIIIe siècle.

A propos de la librairie contemporaine, nos échanges ont bénéficié de la présence parmi nous de Cécile Charonnat, journaliste à Livres hebdo spécialisée dans ces questions et elle-même ancienne libraire. Merci à elle. Et Pierre Cohen-Hadria a souligné la complémentarité des informations issues des deux profils précisément évoqués par lui en séance avec les entretiens disponibles, à écouter et lire, sur le site Mélico.

Ajout du 21 décembre : Pierre Cohen-Hadria évoque le séminaire et met en ligne des liens et des données sur la librairie qu’il a utilisés pour cette séance sur le blog collectif auquel il participe “Pendant le week-end”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search