Mercredi 16 juin : Catherine Ferland et Benoît Grenier, de l’univ. de Sherbrooke

Le mercredi 16 juin 2010 de 10h à 12h, au cours d’une séance exceptionnelle du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail, nous accueillerons nos collègues Catherine Ferland et Benoît Grenier de l’université de Sherbrooke pour une intervention sur les procuratrices

«Quelque longue que soit l’absence » : pouvoir féminin et procurations à Québec au XVIIIe siècle

Le 5 juin : journée-séminaire « Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles »

Le samedi 5 juin, en complément à nos réunions régulières et pour permettre à celles et ceux qui ne sont jamais disponibles le mardi après-midi de se joindre à nous au moins une fois dans l’année, nous nous retrouverons autour des interventions de six collègues.

Dans le droit fil de notre thème 2009 /2010  Ecritures du travail et selon notre principe d’interdisciplinarité, la matinée sera consacrée à l’évocation du travail enseignant au travers de divers types d’écrits qui lui sont liés. Pour des interventions de 30 minutes suivies de 20 minutes de discussion, de 9h30 à 12h30, nous écouterons successivement

Caroline Fayolle, doctorante en histoire, allocataire-monitrice à l’université Paris 8, sur Les institutrices pendant la Révolution française : recrutements et conditions de travail, notamment à partir de l’exploitation d’un corpus de lettres de demandes de secours.

Sophie Devineau, MC en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au Centre Maurice Halbwachs, pour une Lecture sociologique des écrits personnels et professionnels de Marguerite Buffard-Flavien (1912-1944). Lecture sociologique en dialogue avec celle, historique, de Christian Langeois dans son ouvrage Marguerite. Biographie de Marguerite Buffard-Flavien (1912-1944).

Marlaine Cacouault, professeure en sociologie à l’université de Poitiers, sur Ecriture des femmes, écriture sur les femmes : la « qualification » du personnel féminin du secondaire dans l’entre-deux guerres à travers les rapports des directrices, des inspecteurs et des recteurs. Parmi ses nombreuses publications, ses derniers ouvrages Professeurs… mais femmes : carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au XXe siècle et La direction des collèges et des lycées, une affaire d’hommes ? Genre et inégalités dans l’Éducation nationale.

L’après-midi, de 14h15 à 17h15, nous nous interrogerons sur des formes d’écritures « sur soi », « en soi »  et « chez soi » du travail, autour des présentations de

Ginette Francequin, MC en psychologie du travail, CNAM, auteur de Le vêtement de travail, une deuxième peau.

Fanny Gallot, doctorante en histoire, ATER à l’université de Lyon 1, La « crise de nerfs » des ouvrières et ses écritures dans les années 68.

Monique Haicault, sociologue chercheuses associée au LEST, Des dames de qualité au travail à domicile, avec projection d’un film – Des dames de qualité – qu’elle a réalisé en 1979 aux domiciles de mécaniciennes des secteurs du cuir et de la confection travaillant chez elles, dans le Lauragais et remonté spécialement pour nous le présenter. Filmographie de Monique Haicault.

Pour des raisons de logistique, si vous n’êtes jamais venu au séminaire et prévoyez d’assister à cette journée, merci de bien vouloir m’en informer au préalable par mail à : martine.sonnet(X)ens.fr  – remplacer (X) par l’arobase bien sûr.

Annulation de la séance du 4 mai

La séance du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail, qui devait avoir lieu mardi 4 mai, avec Jérôme Lamy, sur le thème Le genre et l’économie du chiffre. Les “dames” de la Carte du ciel à l’Observatoire de Toulouse (fin 19e-début 20e siècles), est malheureusement annulée en raison de l’impossibilité pour celui-ci d’être parmi nous demain.

Prochain rendez-vous : samedi 5 juin pour notre journée complémentaire dont je diffuse ici même très prochainement le programme.

Le 4 mai : Jérôme Lamy et les dames de la Carte du ciel

Prochaine séance du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail, mardi 4 mai, avec Jérôme Lamy, historien des sciences (CNES), qui interviendra sur

Le genre et l’économie du chiffre. Les « dames » de la Carte du ciel à l’Observatoire de Toulouse (fin 19e-début 20e siècles)

Jérôme Lamy nous communique ce préambule à son propos :

La Carte du ciel, un vaste projet scientifique initié en 1887 par le contre-amiral Ernest Mouchez, mobilise, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, dix-huit observatoires en France et dans le monde.

Cette cartographie céleste est l’occasion d’apprécier, au cœur de l’observatoire de Toulouse, les transformations profondes qui affectent les structures sociales et les pratiques scientifiques. Un petit groupe de femmes est spécialement recruté pour examiner les plaques photographiques et absorber une grande quantité de calculs. Le « Bureau des dames » toulousain participe d’un mouvement plus large de féminisation du travail dans les sociétés occidentales. Contre les valeurs bourgeoises, défavorables au travail des femmes, les opératrices toulousaines prennent pied dans l’espace codifié d’une institution scientifique. Elles n’accèdent toutefois qu’aux fonctions subalternes, restent exclues des coupoles d’observation et s’insèrent dans une hiérarchie paternaliste. Parallèlement, les activités de l’observatoires s’organisent sur le modèle de l’usine et de l’économie capitaliste. La tâche des opératrices toulousaines est divisée et mécanisée ; elles sont structurées autour d’un marché du travail flexible et précaire.

Jérôme Lamy, docteur en histoire (EHESS – Centre Koyré),  a soutenu en 2004 sa thèse sous la direction de Dominique Pestre : Archéologie d’un espace savant. L’observatoire de Toulouse aux 18e et 19e siècles : lieux, acteurs, pratiques, réseaux.

Il a notamment dirigé l’ouvrage collectif La Carte du ciel : histoire et actualité d’un projet scientifique (Les Ulis, EDP Sciences, 2008) et publié récemment dans la Revue d’anthropologie des connaissances (2009, vol. 3, n°2) « Noblesse et servitude du calcul astronomique : Les astronomes toulousains et la hiérarchie des mathématiques aux 18e et 19e siècles« .

Jérôme Lamy et moi nous étions rencontrés fin 2005 lors de la journée d’études organisée par le MAGE et le Centre Koyré à la Cité des sciences et de l’industrie à la Villette « Genre, science, recherche : regards et propositions en sciences sociales », dont les actes, sous la direction de Marlaine Cacouault et Delphine Gardey, parus dans les Documents de travail du MAGE (2006, n° 9) sont disponibles gratuitement en ligne.

Arnaud Saint-Martin, docteur en sociologie qui a soutenu une thèse sur les développements de l’astronomie française dans la première moitié du XXe siècle et devait initialement intervenir avec Jérôme Lamy, ne pourra malheureusement être des nôtres.


Retour biblio sur la séance du 6 avril « Ecrire sa vie de travail »

En l’absence d’Isabelle Astier, souffrante, qui nous aurait parlé des livrets d’expériences constitués dans le cadre de procédures de VAE, la séance Ecrire sa vie de travail du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail du 6 avril dernier a été consacrée uniquement aux autobiographies professionnelles que j’ai présentées et dont nous avons discuté.

Je mets en ligne le pdf du tableau récapitulant les données disponibles sur les concours d’autobiographies organisés auprès des personnels retraités de certaines administrations et entreprises constituant le corpus que j’ai évoqué lors de la séance.

J’intègre ci-dessous la bibliographie des publications de (ou avec) textes d’autobiographies professionnelles féminines résultant de ces concours.

Ministère de l’Economie et des Finances : concours Trésor

Lauréate : Blanche Py, Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, 126 p.

Anthologie : Vies de percepteurs. Fragments autobiographiques, 1918-1993, Morceaux choisis et commentés par Catherine Jumeau, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 706 p.

Ministère de l’Economie et des Finances : concours Impôts

Lauréate : Yvonne Mathé, La longue marche d’une auxiliaire des Impôts, Paris, Comité pour l’histoireéconomique et financière de la France, 1998, 146 p.

2e prix : Falighuero Maryse « Integrazione… pour un code général », Etudes & documents – histoire économique et financière de la France, XI, 1999 (Comité pour l’histoire économique et financière de la France), p. 363-511

Anthologie : Hommes et femmes des impôts, récits autobiographiques, 1920-1990. Extraits du concours « Mémoire des Impôts », morceaux choisis et commentés par Jean-François Costes, Paris, Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie. CHEFF, 2004, 2 vol. 871 + 941 p.

NB : les anthologies des deux autres concours organisés par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France Douanes (2000) et DGCCRF (2005) sont en cours de préparation, mais dans les deux cas la participation féminine était extrêmement réduite (4 textes pour les Douanes et 2 pour la DGCCRF)

Poste : concours destiné aux receveurs

Anthologie thématique : Mémoires d’Algérie – Une génération de postiers raconte, sous la dir. de Muriel Le Roux, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, 1998, 128 p.

Poste : concours destiné au personnel féminin

4 lauréates : Travail et intimité : les PTT au féminin, Louise Raffa-Lonati, Elisabeth Lhomet, Christiane Fourrier, Josette Le Naour. Préface de Muriel Le Roux. Introduction de Sylvie Schweitzer, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, 2005, 357 p.

Poste : concours destiné au personnel du bureau RP Louvre

3 lauréats et anthologie : Jean-Michel Bourquard, Muriel Demorieux, Francis Pizzato, Si Paris RP m’était conté, ouvrage téléchargeable sur le site du Comité d’histoire de la Poste.

Groupe Caisse d’Epargne

3 lauréats : Mémoires d’écureuils, récits autobiographiques. Abel, Pierre et les autres…, Pierre Looten Trente-cinq années dans les Caisses d’épargne, Jacques Prat, Mémoires d’écureuil, Françoise Hautecoeur, Paris, Les Ed. de l’Epargne, 1999, 405 p.

Altadis-Seita : concours destiné aux buralistes

Anthologie : Paroles de buralistes, Concours autobiographiques : anthologie, présentée par Alexandre Giandou, Comité d’histoire d’Altadis « Seita, terres d’histoire »/Ed. Jacques Marseille, 2005, 454 p.

Ne pas oublier de voir aussi du côté de l’Association pour l’autobiographie (APA), de son fond consultable à la bibliothèque d’Ambérieu-en-Bugey et de ses publications :

La Faute à Rousseau, revue (3 n° par an) consacrée au genre autobiographique sous toutes ses déclinaisons. Le dossier du n° 14, février 1997,  de La Faute à Rousseau était consacré à « Dire son métier ».

Le Garde-Mémoire, un numéro tous les 2 ans (en libre accès, salle V, rez-de-jardin, BnF),  regroupant les échos de lecture des textes confiés en dépôt à l’association, échos également consultables en ligne sur demande à l’association. L’index thématique du Garde-Mémoire comprend une rubrique profession détaillant les métiers évoqués dans les textes déposés faisant l’objet d’un écho de lecture dans le numéro.

Le 6 avril : écrire sa vie de travail

Mardi 6 avril 2010 le séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail de l’IHMC consacre sa séance à des écrits de récits de vie de travail féminins, qu’ils soient simplement destinés à témoigner et transmettre, dans le cas d’écritures autobiographiques que j’évoquerai, ou bien à attester, en vue de les faire reconnaître, de compétences acquises par des travailleuses engagées dans une démarche de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) dont nous entretiendra Isabelle Astier, professeure de sociologie à l’université d’Amiens.

Le corpus d’autobiographies professionnelles du XXe siècle dont je proposerai un aperçu et suggérerai des pistes de lecture est constitué de textes recueillis par des comités d’histoire d’administrations ou de grandes entreprises ayant lancé dans les années 1990 des concours d’autobiographies auprès de leurs personnels retraités, notamment le ministère de l’Economie et des Finances et la Poste. Le Comité pour l’histoire économique et financière de la France ainsi que le Comité pour l’histoire de la Poste ont ainsi, l’un et l’autre, organisé plusieurs concours, publié intégralement les textes ayant remporté les prix et regroupé sous forme d’anthologies des extraits de nombreux autres. Des démarches comparables ont été menées par les Caisses d’épargne et Altadis (la Seita). Je dirai également un mot du fond autobiographique « spontané » constitué par l’Association pour l’autobiographie (APA) et de son apport possible à l’étude de récits de vie de travail féminins.

Les autobiographies suscitées par les concours sont des écrits de femmes âgées, n’exerçant plus leur métier, écrivant pour contribuer à la mémoire collective d’institutions. Ils sont dénués d’enjeux en terme de carrière,  ce qui n’est pas du tout le cas des livrets d’expériences produits dans le cadre de la VAE en vue de l’obtention du diplôme d’auxiliaire de vie sociale, produits, eux, par des femmes en activité, en quête d’une meilleure reconnaissance

Le corpus étudié par Isabelle Astier en comprend une soixantaine. L’obtention du diplôme est soumise à cette forme d’examen auto-administré des qualités professionnelles et personnelles, dont l’objectif est de mettre en lumière des savoir-faire invisibles et par conséquent non certifiés. Cette prise d’écriture doit permettre à la candidate de  rendre visible ses compétences acquises « sur le tas » lors  d’activités professionnelles ou bénévoles. S’examiner soi-même au travail par un contrôle écrit de “ce que l’on fait” est un redoutable activateur de réflexion sur soi, sur ses gestes, sur l’enchaînement de ceux-ci.

Sur ce sujet, Isabelle Astier a publié un premier article ; « Ecriture de soi, une injonction réflexive. L’exemple de la Validation des acquis de l’expérience », Sociologie et sociétés, automne 2008, vol. XL, n°2.

IMG_0667

Boîtes d’archives du fond de l’APA conservé dans la belle bibliothèque de la Grenette à Ambérieu-en-Bugey

En écoute : Nathalie Sage-Pranchère et Jean-François Laé le 9 mars

Des échos sonores de la séance du 9 mars dernier de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail, consacrée aux sages-femmes et à leurs écrits de formation et d’exercice, du XIXe siècle à nos jours.

Proposés à l’écoute : l’exposé intéral de Nathalie Sage-Pranchère, archiviste-paléographe, dont la thèse de l’école des Chartes est publiée sous le titre Mettre au monde : sages-femmes et accouchées en Corrèze au XIXe siècle, qui est intervenue sur les rapports des sages-femmes du XIXe siècle avec l’écrit, de leur alphabétisation à l’accès à la publication d’ouvrages pour certaines et, pour quelques unes, à une notoriété d’auteures dépassant les frontières. Thème s’inscrivant dans le prolongement de ses travaux sous forme d’une thèse en cours à Paris IV. La bibliographie qu’elle nous a fournie des ouvrages de sages-femmes numérisés reste accessible dans le billet de présentation de la séance.

Pour l’intervention de Jean-François Laé, centrée sur la présentation du classeur journalier d’une élève infirmière-accoucheuse en stage dans une maternité de Bruxelles au cours de l’année universitaire 1962/1963 évoqué parmi d’autres écrits journaliers de travail dans son ouvrage Les nuits de la main courante (Paris, Stock, 2008) est proposée à l’écoute son introduction générale avec lecture d’extraits. La suite de son intervention étant liée à la mise en circulation parmi nous du document original et de la projection d’images de ce document, et à leurs commentaires, se prêtant moins à l’écoute hors contexte.

Le 9 mars : écrits de sages-femmes, Nathalie Sage-Pranchère et Jean-François Laé

Mardi 9 mars 2010 le séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail de l’IHMC consacre sa séance aux sages-femmes et à leurs écrits de formation et d’exercice, du XIXe siècle à nos jours.

Pour nous en parler (et nous les montrer) : Nathalie Sage-Pranchère, archiviste-paléographe, allocataire de recherche-monitrice à Paris IV, et Jean-François Laé, professeur de sociologie à Parie 8.

Nathalie Sage-Pranchère a publié sa thèse de l’école des Chartes sous le titre Mettre au monde : sages-femmes et accouchées en Corrèze au XIXe siècle (Tulle, Archives départementales de la Corrèze, 2007, 808 p.) et prolonge cette recherche dans son travail de thèse en cours sous la direction d’Olivier Faron et Jean-Pierre Bardet sur les sages-femmes en France au XIXe siècle.

Nathalie Sage-Pranchère interviendra sur le thème des manuels et autres écrits de sages-femmes au XIXe siècle. Elle nous propose de prendre connaissance de cette sélection d’ouvrages accessibles via des bibliothèques numériques (directement en lien sous les titres) :

Boivin (Marie-Anne Victoire) , Observations et réflexions sur les cas d’absorption du placenta, Paris, impr. de Mme Huzard, 1829, in-8°, 54 p.

Boivin (Marie-Anne Victoire) , Mémorial de l’art des accouchements… suivi : 1° des Aphorismes de Mauriceau ; 2° d’une série de 143 gravures représentant le mécanisme de toutes les espèces d’accouchements, la composition de l’œuf humain, etc., Paris, J.-B. Baillière, Crochard, 1836 (4e édition corrigée et considérablement augmentée).

Boivin (Marie-Anne, traductrice), Rigby (Edward), Nouveau traité sur les hémorrhagies de l’utérus d’Edouard Rigby et de Stewart Duncan… traduit de l’anglais, accompagné de notes, par Mme Vve Boivin,… précédé d’une notice historique sur le traitement des hémorragies utérines, et suivi d’une lettre de M. Chaussier sur la structure de l’utérus, Paris, Méquignon l’aîné père, 1818, in-8°, XLVI-406 p.

Bouffier (Prosper, Dr), Bouffier (Mme, sage-femme), Maladies des femmes, métrite chronique, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1862, in-8°, 64 p.

Bretonville (Mme), Confidence aux femmes, Paris, au cabinet de consultation de l’auteur, 1843, in-12, 12 p.

Coquillard (Mme), Mémoire sur les hémorragies utérines, Belleville, impr. de Galban, 1844, in-12, 32 p.

Messager (Virginie), Guide pratique de l’âge critique, ou Conseils aux femmes sur les maladies qui peuvent les attaquer à cette époque de leur vie, suivis de réflexions et d’observations sur les maladies laiteuses, Paris, chez l’auteur, 1859, in-8°, 415 p.

Pinel (Mme), Adresse à Messieurs du comité de salubrité, à l’Assemblée nationale, pour Mme Pinel, sage-femme, au sujet d’un instrument inventé par elle pour remédier aux abaissements de l’utérus, s. l., 1796, in-8°, 16 p.

Vion (M-H), Maladies de la matrice, ou Exposé succinct des signes qui font reconnaître les diverses affections qui attaquent cet organe, Paris, chez l’auteur, 1837, in-8°, 32 p. Il s’agit peut-être de la même sage-femme que celle qui publie sous le nom de Wion-Pigalle.

Wion-Pigalle (Mme), Le conseiller secret des femmes, ou Conseils sur les moyens de se préserver des maladies qui atteignent spécialement les femmes, Paris, chez l’auteur, 1861, in-8°, 40 p.

Wion-Pigalle (Mme), De la Peur du choléra et de l’influence pernicieuse que ce sentiment exerce sur la santé, Paris, chez l’auteur, 1865, in-8°, 16 p.

Jean-François Laé a étudié, parmi d’autres écritures ordinaires du travail, dans son bel ouvrage Les nuits de la main courante (Paris, Stock, 2008) le classeur journalier d’une infirmière-accoucheuse en stage dans une maternité de Bruxelles au cours de l’année universitaire 1962/1963. Il nous présentera son corpus bruxellois ainsi qu’un autre composé de photographies d’écritures affichées dans une petite maternité de l’Oise en 2008.

Extraits du journalier de l’infirmière-accoucheuse, à la date du 23 décembre 1962

Accouchement de Mme Colette :

Respiration : elle n’a pas suivi la psycho [les cours de psychoprophylaxie]. Je lui ai montré et expliqué l’avantage de la petite respiration. Au début de chaque contraction, ça allait. Vers la fin, elle criait bien fort. Elle n’a jamais voulu faire la petite respiration jusqu’à la fin.

Relâchement : très mauvais relâchement. Sur la table d’accouchement, elle poussait très mal, malgré le fait qu’elle m’ait promis de faire comme je lui avais montré. elle poussait dans la gorge ou dans les cuisses. Elle raidissait ses cuisses et elle tremblait.

Encouragement : elle avait grand besoin d’être encouragée au début, ça lui faisait du bien. Vers la fin, elle ne croyait plus rien. Elle avait peur, très peur. Je n’ai jamais su la rassurer. Italienne et difficultés de langage.

[en rouge, annotation de la maîtresse de stage :] L’enfant était-il accepté ?

Accouchement de Mme Marie-Louise

Relâchement : bon en général. C’est toujours vers la fin qu’elles sont perdues.

[annotation :] C’est justement à ce moment que nous, infirmières-accoucheuses, devons mettre tout en oeuvre pour favoriser l’acceptation de cette période de transition.

Encouragement : assez courageuse. La présence de son mari lui faisait du bien. Son calme montrait qu’elle savait d-ce qui allait lui arriver et qu’il fallait y passer.

[annotation :] Je préfère tout de même rencontrer chez la parturiente une réaction plus positive.

En écoute, N. Natchkova et A. Revillard au séminaire du 9 février 2010

1933Si vous n’étiez pas là, mais voulez tout savoir de ce qu’ont exposé Nora Natchkova et Anne Revillard au séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles – Ecritures du travail de mardi dernier consacré aux Ecritures institutionnelles du travail au XXe siècle au travers des exemples de l’activité du Bureau international du travail à Genève de ses débuts à 1945 et du Comité du travail féminin du ministère du Travail de 1965 à 1983, vous pouvez les écouter ci-dessous.

Cliquer sur le petit triangle à gauche pour écouter Nora Natchkova.
et Anne Revillard

(photo extraite du catalogue, réalisé par Vincent Viet et Philippe Bertin, de l’exposition La prévention s’affiche : 100 ans pour convaincre, organisée dans le cadre du centenaire du ministère du Travail – affiche de 1933, signée Olivier, éco-musée du Creusot)

9 février : L’écriture institutionnelle du travail des femmes au XXe siècle : le Bureau international du travail et le Comité du travail féminin

Mardi 9 février 2010 le séminaire « Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail » de l’IHMC consacre sa séance à

L’écriture institutionnelle du travail des femmes au XXe siècle

autour des interventions de Nora Natchkova, doctorante en histoire, université de Lausanne/EHESS, et d’Anne Revillard, maîtresse de conférences en sociologie, université Paris XIII.

Nora Natchkova évoquera le corpus des notes internes et des correspondances produites dans le cadre du Bureau international du Travail de Genève, Section Travail des femmes et des enfants,  des années 1920 à 1945.

Nora Natchkova est co-responsable de l’atelier Genre et histoire de l’association EFiGiES. Avec Sabine Christe, Manon Schick et Céline Schoeni, elle a publié Au foyer de l’inégalité : la division du travail en Suisse pendant la crise des années 30 et la Deuxième Guerre mondialeLausanne, Editions Antipodes, 2005. Dans la revue Travail, genre et sociétés (n° 20, 2008, p. 111-128) son article co-signé avec Céline Schoeni, Qui a besoin de « protéger » les femmes ? la question du travail de nuit (1919-1934) s’appuie sur des sources inédites du Bureau international du Travail.

Anne Revillard se penchera sur l’expertise critique du Comité du travail féminin mis en place au ministère du Travail à Paris dans les années 1960, comme écriture destinée à promouvoir l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Anne Revillard a très récemment publié dans la Revue française de science politique (vol. 59, n°2, 2009, p. 279-300), L’expertise critique, force d’une institution faible ? Le Comité du travail féminin et la genèse d’une politique d’égalité professionnelle en France article appuyé sur sa recherche La cause des femmes au ministère du Travail : le Comité du travail féminin (1965-1984) menée initialement dans le cadre d’un programme de la DARES.