Femmes au travail : le 5 janvier on restaure les tableaux

Le mardi 5 janvier 2010, de 14 à 17 h, salle de réunion de l’IHMC, le séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle – Ecritures du travail du groupe “Femmes et Histoire” accueillera Noémie Etienne et Léonie Hénaut qui croiseront leurs regards d’historienne et de sociologue sur le thème Travail des femmes et prestige de l’activité : la restauration des tableaux aux XVIIIe et XXe siècles à Paris.

Noémie Etienne enseigne l’histoire de l’art et de la restauration à l’Université de Genève et y prépare, en cotutelle avec Paris 1, une thèse de doctorat sur la restauration des peintures à Paris entre 1750 et 1815, sous la direction de Mauro Natale et Dominique Poulot. Elle a obtenu pour 2008-2009 une bourse de jeune chercheuse du Fond National Suisse et poursuit ses recherches à Paris 1 et à l’Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro de Rome.

Léonie Hénaut est docteure en sociologie, membre de la composante Genre, Travail, Mobilités du Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris. Elle occupe actuellement un poste d’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à Lille 1. Elle a soutenu en octobre 2008 une thèse intitulée La restauration des œuvres de musées : transformation d’une activité et dynamique professionnelle, préparée sous la direction de Régine Bercot à Paris 8.

Leur proposition pour le séminaire :

Dans une perspective transversale et interdisciplinaire, notre proposition porte sur le travail des restauratrices de tableaux exerçant sur les collections royales puis nationales, aujourd’hui conservées au musée du Louvre. Nous nous sommes intéressées à deux périodes chronologiques au cours desquelles de nombreuses femmes pratiquent une activité de restauration, et dont on verra qu’elles sont particulièrement propices à être questionnées sous l’angle du genre : la fin du XVIIIe siècle, et la deuxième moitié du XXe siècle.

Ces deux époques sont certes de prime abord difficilement comparables, tant la structure de l’activité et le statut des collections ont évolué, de même que le cadre juridique ou les conditions techniques de réalisation du travail. L’historiographie a de plus fréquemment perdu la trace des femmes pratiquant la restauration à la fin du XVIIIe siècle. Il sera ainsi nécessaire de reconstituer leur activité, puis de comprendre comment elles ont pu s’imposer dans un marché du travail corporatif basé sur une législation extrêmement défavorable à leur sexe. Après une progressive disparition des femmes au XIXe siècle on assiste au XXe siècle à une lente (re)féminisation du métier : les peintures du musée du Louvre sont de plus en plus souvent restaurées par des femmes diplômées de formations spécialisées, alors que seuls des hommes s’en occupaient jusqu’aux années 1960.

Pour examiner les ressorts de ces mutations, nous nous appuierons sur les documents de travail produits par les restaurateurs et les restauratrices, et par l’administration, à chaque époque : mémoires (factures), devis, compte-rendu de restauration, correspondances, « fiches de santé » des tableaux, etc. Nous montrerons aussi que la confrontation des observations réalisées sur ces deux périodes est riche d’enseignements quant aux processus agissant. Dans les deux cas en effet, on assiste à une diminution du prestige associé à l’activité de restauration. Cette dévalorisation peut prendre diverses formes, aussi biens concrètes que symboliques : baisse des prix, disparition du monopole, ou encore affaiblissement de l’autonomie des praticiennes. Combinée avec un traitement quantitatif de certains documents de travail, l’analyse qualitative des matériaux écrits nous permettra de réinterroger nos terrains respectifs dans une perspective de genre, à travers la question du lien entre travail des femmes et prestige de l’activité.

Leurs publications récentes :

Noémie Etienne (et Vincent Chenal) “Les demoiselles Rath et l’institution artistique à Genève autour de 1800”, in Post tenebras lux, sous la dir de Donatella Bernardi, Genève, Labor et Fides, 2009.

Léonie Hénaut “Montée en qualification et perte de contrôle. Les restaurateurs de tableaux et leurs documents de travail”,  in Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, sous la dir. d’Anne-Marie Arborio et al., Paris, La Découverte, Recherches, 2008.

Si vous souhaitez assister à la séance et que vous n’étiez pas là lors de la séance introductive du 8 décembre, merci de m’adresser un courriel : martine.sonnet(X)ens.fr  – remplacer (X) par arobase.


Séance introductive du 8 décembre : on précise les choses

Quelques précisions à propos de notre première rencontre, mardi 8, de 14 à 17 h. Le programme in progress s’étant complété.

La première heure sera consacrée à l’introduction générale, dont je me charge, et à l’intervention d’Annick Tillier qui évoquera le guide Des sources pour l’histoire des femmes dans les collections de la BnF (qu’elle a coordonné) et certaines ressources peu sollicitées parce que mal connues des fonds de la BnF susceptibles de servir à améliorer nos connaissances sur le travail. Elle fera le point aussi sur les récentes mises à jour et évolutions des ressources numériques proposées par la BnF, et sur les grands travaux imminents au quadrilatère Richelieu et leurs conséquences sur la communication des documents.

Annick Tillier, docteure en histoire et conservatrice en chef à la BnF, a publié sa thèse Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), aux Presses Universitaires de Rennes, en 2001. Après plusieurs années au Service de recherches bibliographiques de la BnF sur le site Mitterrand, elle a rejoint le département des Arts du spectacle à Richelieu. Nous la remercions de sa disponibilité.

Les deux autres heures seront consacrées au “tour de table/revue de chantiers”, exercice de présentation en 10 minutes chrono de travaux avec croisements de nos problématiques. Nous écouterons dans l’ordre d’entrée en scène chronologique de leurs travailleuses (ou peu s’en faut) : Jacques BottinNicole Dufournaud, Nicole Pellegrin, Dominique Godineau, Geneviève Faye, Nora Natchkova et Paulette Robic. Le respect du timing permettra nos échanges.

La séance se tient dans la salle de réunion de l’IHMC, au 3e étage, escalier D, de l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (pour trouver l’escalier D : prendre le couloir de gauche dans le hall d’entrée de l’école, c’est le premier escalier rencontré – sur le palier du 3e, porte du milieu, à partir de là, la salle est fléchée)

Séance introductive du 8 décembre : programme “in progress”

La première séance du séminaire du groupe “Femmes et histoire” le mardi 8 décembre de 14 à 17 h sera collective et composite.

Elle comprendra une introduction générale (que je ferai) situant le cycle Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles et sa première étape “Ecritures du travail” dans la continuité et l’ouverture des travaux antérieurs du groupe, portant sur les historiennes et sur les voyageuses.

Le reste de la séance se fera revue de sources, questions et chantiers, côté histoire, et particulièrement – mais non exclusivement – Ancien Régime, sur lesquels nous reviendrons peu dans le cours de l’année, parce que plus difficiles que certains autres à articuler avec une présentation côté sciences sociales, selon le principe des binômes qui a prévalu dans l’élaboration de la suite du programme.

En introduction à cet exposé collectif sous forme de tour de table, j’ai demandé à Annick Tillier de venir nous parler du guide Des sources pour l’histoire des femmes dans les collections de la BnF qu’elle a coordonné et qui accorde une place assez conséquente à plusieurs formes d’écritures du travail qui nous intéressent.

J’invite celles et ceux qui prévoient d’assister à la séance et souhaiteraient évoquer brièvement (de l’ordre de 10 minutes) et dans cet esprit de mise en réflexion collective informelle, leurs travaux et leur croisement avec notre problématique “écritures du travail” à m’envoyer un message  – martine.sonnet(X)ens.fr  remplacer (X) par arobase – afin que je puisse planifier au mieux les interventions successives. Merci d’avance.

Interventions déjà prévues : Nicole Dufournaud, Geneviève Faye, Nicole Pellegrin.

Calendrier 2009/2010 : Ecritures du travail

Les séances du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle consacrées en 2009/2010 aux “Ecritures du travail” auront lieu, sauf information contraire, dans la salle de réunion de l’IHMC à l’ENS 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

mardi 8 décembre 2009, 14-17h : séance introductive (organisation en cours)

mardi 5 janvier 2010, 14-17h : Le travail des restauratrices et restaurateurs de tableaux à Paris au XVIIIe et au XXe siècle, à partir des écrits produits (factures, devis, correspondances, compte rendus de restauration, “fiches de santé” des tableaux) et les interactions présence des femmes/prestige de l’activité dans ce milieu particulier seront évoqués par Noémie Etienne (doctorante en histoire de l’art, Paris 1 et Genève) et Léonie Hénaut (docteure en sociologie, ATER, Lille 1)

mardi 9 février 2010, 14-17h : L’écriture “institutionnelle” du travail des femmes au XXe siècle au travers de notes internes et correspondances produites dans le cadre du Bureau international du Travail (section Travail des femmes et des enfants) des années 1920 à 1945, évoquées par Nora Natchkova (doctorante en histoire, Lausanne et EHESS) et de l’expertise critique du Comité du travail féminin mis en place au ministère du Travail à Paris dans les années 1960, évoquée par Anne Revillard (maîtresse de conférences en sociologie, Paris XIII)

mardi 9 mars 2010, 14-17h : L’écriture dans la formation et la pratique des sages-femmes, d’une part au XIXe siècle avec l’intervention de Nathalie Sage Pranchère (chartiste, doctorante à Paris IV) étudiant les manuels et autres ouvrages (notamment de vulgarisation) publiés par des sages-femmes au XIXe siècle et celle de Jean-François Laé (professeur de sociologie, Paris VIII) présentant des documents pédagogiques (écrits et iconographiques) en usage (début du XXe siècle) dans la formation des élèves, ainsi qu’un cahier de stage de 1962.

mardi 6 avril 2010, 14-17h : Ecrire son expérience professionnelle : les “livrets d’expérience” produits par des femmes engagées dans une procédure de Validation des Acquis de l’Expérience en vue d’obtenir le diplôme d’auxiliaire de vie sociale, seront évoqués par Isabelle Astier (professeure de sociologie, univ. d’Amiens) et les “autobiographies professionnelles” féminines suscitées par les concours d’autobiographies lancées par certaines administrations auprès de leurs retraités dans les années 1990, par Martine Sonnet (IHMC)

mardi 4 mai 2010, 14-17h : Ecritures de calculs et travail des femmes en astronomie, avec le cas des “dames de la carte du ciel” à l’Observatoire de Toulouse au tournant XIXe-XXe siècle présenté par Jérôme Lamy (docteur en histoire), et l’étude des écrits scientifiques de  femmes astronomes au XXe siècle (jusqu’en 1970) proposée par Arnaud Saint-Martin (sociologue, post-doctorant à l’Observatoire de Paris)

A CONFIRMER : journée d’étude complémentaire le samedi 5 juin 2010

Pour archives : l’annonce/appel à contributions de juin 2009

FEMMES AU TRAVAIL : QUESTIONS DE GENRE, XVe-XXe SIECLES

2009/2010 : les écritures du travail


Après un cycle consacré aux historiennes (Histoires d’historiennes, sous la dir. de Nicole Pellegrin, PUSE, 2006), et un autre à « Femmes, histoire et voyages » (Le temps des voyageuses, XVIe-XXe siècles, à paraître aux PUSE), le groupe « Femmes et histoire » de l’IHMC (UMR 8066 CNRS/ENS) centrera ses travaux des trois prochaines années sur la thématique  Femmes au travail : questions de genre, xve xxe siècles.

Le groupe a défini ce nouveau sujet d’étude avec le souci d’observer des femmes en situation de travail, sur une longue durée et au travers du prisme des rapports sociaux de sexe à l’œuvre dans un éventail aussi ouvert que possible d’activités, de statuts et de formes de professionnalisations. La périodisation retenue permettra d’évoluer de la rigidité du cadre corporatif en place sous l’Ancien Régime à la déstructuration du travail, dans ses temporalités, lieux et conditions s’accentuant à la fin du xxe siècle. Le thème choisi répond en outre au désir de favoriser et d’élargir l’interdisciplinarité du groupe en direction de l’histoire économique et sociale comme des sciences sociales. Le séminaire se veut carrefour de réflexions autour de chantiers de recherches encore en cours, achevés récemment, ou plus anciennement mais ré-interrogés dans une perspective de genre non présente lors de leur élaboration.

En 2009/2010 les travaux mettront l’accent sur les écritures du travail.

 Assez logiquement, la première année du séminaire s’intéressera aux sources « auto-produites » par le travail des femmes, utiles pour répondre aux interrogations de genre portées sur celui-ci. Il pourra s’agir de productions écrites (parlées, filmées…) par les femmes dans le cours même de leur travail, ou écrites par d’autres mais directement générées par leurs pratiques professionnelles. Exemples : comptabilités, correspondances professionnelles diverses, cahiers de textes, de notes, rapports d’inspection d’enseignantes, cahiers de fouilles d’archéologues, carnets de laboratoires, transmissions de consignes écrites entre collègues, mains courantes, écrits de revendications (presse syndicale, tracts), autobiographies de travail, nécrologies, petites annonces d’emplois, écrits normatifs type règlements d’ateliers, etc. Sans s’interdire non plus d’entendre par « écriture » l’« inscription » du travail sur soi, notamment par le port d’un vêtement spécifique, ou par les effets physiques des gestes accomplis.

A l’issue de cette année, exploratoire tant du point de vue des sources mobilisables que des approches à faire dialoguer avec celle de l’histoire, le groupe prévoit de s’interroger :

– en 2010/2011 sur les transmissions et partages du travail déclinés sous des aspects verticaux – transmission des savoirs et savoir-faire, des affaires, des pouvoirs au sein des métiers – et horizontaux – spécialisations féminines ou masculines et partages des tâches au sein d’une même activité, cadre d’exercice, métier ou profession. Dans tous les cas il s’agira de rendre visibles les effets de genre à l’œuvre lors de ces différents transferts et partages.

– en 2011/2012 sur les créations, inventions, productions avec une attention particulière –sans être exclusive – pour le travail intellectuel et artistique.

Modalités d’organisation en 2009/2010

Les séminaires 2009/2010 (6 séances de novembre à mai, en principe les premiers mardis après-midis de chaque mois, dans les locaux de l’IHMC, 45 rue d’Ulm 75005 Paris) pourront être complétés d’une journée d’études en juin 2010, permettant d’élargir le cercle des intervenants et d’aborder des questions non initialement définies mais suggérées dans le cours des travaux.

La circulation de l’information relative au groupe passera par l’ouverture à l’automne 2009 d’un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses développée par le CLEO. Ce carnet/blog facilitera les échanges réguliers et la diffusion d’informations dans le groupe, et permettra la mise en ligne des documents accompagnant les séances et leurs enregistrements audios, avant leur publication sous une forme qui sera définie ultérieurement.

Les séminaires mensuels souhaiteraient croiser systématiquement un regard provenant de la discipline historique avec un point de vue issu d’un autre secteur des SHS, sur des questions présentant une proximité d’objet ou de problématique.

Ce premier appel à contribution, adressé à l’ensemble des SHS s’interrogeant sur le genre et sur le travail, porte sur le premier thème retenu, écritures du travail, mais invite également les chercheuses et chercheurs dont les travaux pourraient faire l’objet de présentations au cours des deux années suivantes à se manifester.

Dans tous les cas, merci d’adresser vos propositions d’interventions ou d’exprimer votre intérêt pour notre programme, par mail avant le 31 juillet auprès de Martine Sonnet à l’adresse électronique : martine.sonnet(x)ens.fr

On ouvre (et à nouveau sujet, nouvel outil)

Le carnet de recherche “Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle”  accompagnera et prolongera les séminaires et journées d’étude du groupe « Femmes et histoire » de l’IMHC (UMR 8066 Cnrs/Ens) ouvrant en 2009/2010 un nouveau cycle de travaux de trois années consacrés à cette thématique. Le groupe fonctionne depuis 2001, créé et animé par Nicole Pellegrin il s’est successivement intéressé à l’écriture de l’histoire par les femmes, puis aux voyageuses ; en 2009 et avec cette nouvelle problématique  “Travail”, Martine Sonnet prend le relais.

“Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle” se déclinera selon trois axes :

en 2009/2010 : Ecritures du travail

en 2010/2011 : Transmissions et partages du travail

en 2011/2012 : Créations, inventions, productions

Le groupe a défini son nouveau sujet d’étude avec le souci d’observer des femmes en situation de travail, sur une longue durée et au travers du prisme des rapports sociaux de sexe à l’œuvre dans un éventail aussi ouvert que possible d’activités, de statuts et de formes de professionnalisations. La périodisation retenue permettra d’évoluer de la rigidité du cadre corporatif en place sous l’Ancien Régime à la déstructuration du travail, dans ses temporalités, lieux et conditions s’accentuant à la fin du XXe siècle.

Le thème choisi répond en outre au désir de favoriser et d’élargir l’interdisciplinarité du groupe en direction de l’histoire économique et sociale comme des sciences sociales. Le séminaire se veut carrefour de réflexions autour de chantiers de recherches encore en cours, achevés récemment, ou plus anciennement mais ré-interrogés dans une perspective de genre non présente lors de leur élaboration.

 Le carnet de recherche regroupera, en amont, toutes les informations de calendrier, bibliographies, documents liées aux séances et, en aval, en proposera les enregistrements audio. On y trouvera aussi une veille sur l’actualité scientifique du sujet : merci de votre collaboration pour nous aider à la nourrir.

Un bon conseil : pour ne rien perdre de ce qui se publiera dans le Carnet, abonnez-vous à son fil RSS.