Voyageuses

Mise à jour du 15 juin 2012

Le second ensemble d’articles issus du cycle « Femmes, histoire, voyages » du séminaire du groupe Femmes et histoire de l’IHMC vient de paraître, dans le n°9 de Genre et Histoire.

Au sommaire :

Un premier ensemble d’articles issus de ce cycle du séminaire avait été publié dans le n°8, de la même revue , accompagné d’une présentation de Nicole Pellegrin.

Au sommaire :

Isabelle HavelangeLes voyageuses françaises au prisme de la bibliographie annuelle de l’histoire de France  (de 1970 à 2010)

Isabelle HavelangeLes voyageuses dans la BAHF, du Moyen Âge au XXe siècle. Bibliographie 1970-2010

Isabelle ErnotVoyageuses occidentales et impérialisme : l’Orient à la croisée des représentations (XIXesiècle)

Claude GhiatiLe Maroc des voyageuses françaises au temps du Protectorat. Une vision (de) colonisatrices ?

Archives

FEMMES, HISTOIRE, VOYAGES

Bilan des travaux 2005-2008 du groupe Femmes et histoire, présentation par Nicole Pellegrin extraite du rapport quadriennal de l’IHMC (2010-2013)

Le projet collectif, lancé en 2005-2006, était double : d’une part, sortir de l’oubli, dans une perspective d’histoire des femmes, des voyageuses oubliées ou méconnues ; d’autre part, appliquer une problématique de genre à leurs récits et, pour cela, développer une réflexion, inédite, sur la notion de temps et ses déclinaisons spécifiques selon le sexe et le contexte. À travers notamment le rapport à l’Histoire que mettent ou non en scène les hommes et les femmes qui circulent durablement loin de leurs foyers, la (dé)construction constante des relations sociales de sexe sur le long terme (xviexxe siècles) ainsi que certaines de ses variantes de classe et de race ont pu être démontrées avec précision.

Il est évident par exemple que les hommes n’ont pas eu l’apanage des voyages lointains ou dangereux comme le montre le cas des ursulines de Nouvelle-France, des soldates frondeuses, des affranchies de Saint-Domingue ou des épouses de coloniaux, mais la restitution de leurs périples s’est faite sur des supports et avec des justificatifs distinctifs, les uns comme les autres souvent fort différents de ceux de leurs homologues masculins. Primat de « la nécessité » (qu’elle soit religieuse, politique ou économique), exhibitions d’humilité, rareté des publications imprimées de leurs voyages, incapacité relative à développer une vision précise de l’histoire récente des sociétés rencontrées, constituent quelques-unes des constantes des restitutions féminines du voyage. De même, il apparaît que le temps du périple et le temps du récit coïncident plus souvent dans ces versions et que le respect des conventions narratives y prédominent au détriment des innovations stylistiques, tandis qu’a contrario, on voit s’y déployer des curiosités autres : condition des minorités, éducation des femmes, etc. Le cas des couples qui ont fait le même circuit et transcrit séparément leurs impressions est particulièrement précieux. Ainsi Mrs Cradock qui se trouve en France en 1782-1783 a écrit un journal non destiné à la publication, quand son mari – un lettré polymathe – prévoit celle-ci dès leur départ ; l’épouse excursionne moins souvent que son conjoint et s’attache plus que lui (au moins officiellement) à la beauté des autochtones et à l’accueil calamiteux de l’hôtellerie locale.

La problématique de genre a prouvé ici encore son caractère opératoire tout au long de réunions de travail qui ne l’ont pourtant pas toujours explicitement utilisée.

Plusieurs séries d’acquis d’ordre général se dégagent dès à présent des rencontres mensuelles et de la journée d’études qui ont réuni, en moyenne à chaque séance, une douzaine de chercheuses et chercheurs intéressés par cette enquête multidimensionnelle.

Les travaux ont confirmé la fécondité des confrontations méthodologiques entre les différentes disciplines représentées dans le groupe : principalement, ces trois dernières années, l’anthropologie, l’histoire sociale et culturelle, la narratologie, l’histoire de l’art. Quant à l’intérêt d’approches internationales, il n’est plus besoin de le souligner et dix des 23 interventions accueillies depuis trois ans furent le fait de collègues étrangères : une Russe, une Suisse, une Américaine, deux Allemandes, deux Néerlandaises, une Tchèque. Tous ces regards croisés ont induit des comparaisons passionnantes entre des diaristes qui, issues des mêmes milieux sociaux mais non des mêmes zones géographiques (l’aristocrate, fortunée ou déclassée ; les moniales missionnaires ; les touristes de l’époque romantique), ont parcouru l’Europe au même moment. D’autre part, l’évocation de voyages d’adolescence a permis de proposer de nouvelles classifications de voyageuses-écrivaines et de définir les critères qui intégrèrent différemment le « Grand Tour » et ses avatars post-révolutionnaires dans l’éducation des filles et des garçons appartenant aux mêmes cohortes.

Deux ensembles de résultats de l’enquête menée et discutée par le groupe sont à souligner.

Le premier concerne  la variété inattendue des personnages découverts au cours des travaux, la polyvalence des sources mobilisées (ou mobilisables) pour les appréhender ainsi que les typologies des écrivaines du voyage, typologies qui restent à affiner mais que leurs innombrables écrits permettent d’esquisser dès à présent.

Sous la forme d’interventions d’une vingtaine de spécialistes (travaux en cours ou déjà aboutis), plusieurs exemples de voyage(use)s ont été examinés et débattus : migrations saisonnières des compagnes de bûcherons et de charbonniers, que révèlent les actes de sépulture et de baptême mentionnés dans les registres paroissiaux ; pérégrinations matrimoniales – généralement sans retour – des princesses d’Ancien Régime que relatent des récits hautement politisés ; quêtes de conversions entreprises par des moniales de la Contre-Réforme, que permettent d’appréhender, depuis la Savoie jusqu’aux « Jérusalem du Nord », écrits mystiques et correspondances spirituelles ; campagnes militaires de mémorialistes comme madame de La Guette sous la régence d’Anne d’Autriche ; proto-tourisme des Anglaises et des Russes diversement lettrées du xviiie et premier xixe siècle (lettres de Mrs. Cradock, scrapbooks de jeunes moscovites, essais de lady Morgan) ; émigrations politiques et/ou religieuses de l’époque révolutionnaire (entre autres, l’artiste royaliste Vigée-Lebrun et les deux républicaines hollandaises, Betje Wolff et Agatha Dekken, restées ou devenues écrivaines au cours de leurs pérégrinations) ; voyages universitaires de la fin du XIXe siècle (le cas de Genève et de ses registres matricules) ; tournées d’actrices abondamment documentées, notamment par la presse, d’une Rachel ou d’une Sarah Bernhardt ; séjours de philanthropes ou de mystiques attirées par un Maghreb « en voie de civilisation » (souvenirs, articles de journaux ou romans d’Olympe Audouard et d’Isabelle Eberhardt, etc.) ; « promenades » littéraires d’une Louise Colet ; enquêtes scientifiques d’archéologues et d’anthropologues (Jane Dieulafoy, Agatha Christie, Germaine Tillion, toutes auteures de journaux de terrain et de publications – écrites et/ou photographiques – érudites)  etc.

Un deuxième ensemble de résultats résulte de la volonté du groupe de trouver (et de suivre) un même axe de réflexion dans l’approche de tous les textes produits par les voyageuses. Quelles qu’aient été l’origine et la finalité des sources mobilisées, les auteur-e-s d’interventions orales ont été invité-e-s à recourir à un même « fil rouge », celui du rapport au temps et au genre de toutes leurs héroïnes. L’analyse de ce double trait, y compris lorsqu’il est absent, devrait faire l’originalité du recueil imprimé d’articles issus de ce séminaire de discussion.

Outre les modalités scripturaires de la mémorisation et de la restitution du temps du voyage (écriture journalière ou a posteriori, fictionnalisation, formalisations diverses sous forme d’essais ou de correspondances apocryphes, temps grammaticaux employés, etc.), les traces de la sensibilité des voyageuses à l’Histoire ont été systématiquement recherchées. En effet toutes les narrations doivent d’abord rendre compte d’un passé à la stratification complexe : passé de l’héroïne qui voyage et de ses prédécesseur-e-s (la voyageuse les plagie souvent et fabrique ses propres impressions à partir des guides préexistants et de recueils d’images), passé de son pays d’origine, passé des sociétés qu’elle visite et que font revivre les monuments ou les témoins rencontrés.

Le présent du voyage (aléas des transports, tribulations, découvertes et dégoûts esthétiques) occupe une part non négligeable des notes produites par le voyage, mais leur appréciation varie en fonction, bien sûr, des raisons de voyager. Occasions de se macérer pour certaines (les dévotes), les malheurs de la route, le spectacle des mœurs citadines et les bouleversements politiques contemporains sont, pour d’autres, des sources d’amusement ou d’émerveillement. Quant au futur, il est généralement vécu (ou du moins exprimé) comme porteur d’espérance et notamment chez les utopistes qui visitent l’Orient au xixe siècle et envisagent de façon souvent favorable la présence européenne en terres d’Islam.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.