En écoute : séminaire du 13 janvier, 1ère partie, Marianne Charrier-Vozel et Suzan Van Dijk

Date 13 février 2012

La matinée de notre première journée-séminaire 2012  Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles le 13 janvier dernier, était consacrée à la reconnaissance, notamment sonnante et trébuchante, du travail littéraire de femmes de lettres du XVIIIe siècle.

Dans un premier temps nous avons écouté Marianne Charrier Vozel (université de Rennes I)  sur Le travail littéraire féminin au XVIIIe siècle : entre sociologie, bons et  mauvais genres. Trois écrivaines et épistolières étaient au centre de ses propos – Mme Riccoboni, Mme d’Epinay, Mme de Graffigny – et la correspondance de ces femmes de lettres était interrogée sur les circonstances de leur entrée en littérature, leur condition matérielle et la réception de leurs oeuvres, le tout en lien avec leur vie sentimentale. La bibliographie distribuée en séance est en ligne et son exposé proposé à l’écoute : 

Le deuxième temps de la matinée nous a permis d’écouter Suzan van Dijk (Huygens ING, Institut pour l’histoire des Pays-Bas, Académie royale des Arts et des Sciences, La Haye) sur La question de l’importance de l’argent pour les écrivaines et traductrices du XVIIIe siècle. Suzan van Dijk nous a expliqué comment la situation financière des femmes de lettres et plus largement leurs soucis d’argent (personnels ou fictionnels) pouvait être pris en compte dans la base de données  Women Writers Network liée au projet européen Women Writers in History: Toward a New Understanding of European Literary Culture, dont elle est l’une des responsables et animatrices et dont elle nous a présenté les ressources et l’état d’avancement. Exposé à écouter : 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Les commentaires sont fermés.

OpenEdition is temporary down for maintenance

OpenEdition is temporary down for maintenance.

We will be back online shortly.

Thank you for your patience.