Séminaire du vendredi 30 mars avec femmes au travail dans la presse, l'édition, aux fourneaux et en couture

Date März 15, 2012

La prochaine journée du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, attentif en 2011-2012 aux questions de création et d'invention et aux métiers relevant de ces secteurs, aura lieu le

vendredi 30 mars de 9h30 à 12h 30 et de 14h à 17h.

La matinée se situera dans la continuité des séances du 13 janvier dernier puisque nous évoquerons encore le travail littéraire et ses à-côtés, en les abordant au travers d'autres figures de professionnelles, actives dans le monde de la presse et de l'édition.

Annabelle Harbonnier, historienne  (Master Recherche en histoire des sociétés occidentales contemporaines à l'Université Panthéon-Sorbonne, sur "Chroniqueuses et critiques dans les grands quotidiens français, 1890-1930") évoquera

Judith Gautier, Rachilde, Arvède Barine : trois femmes critiques dans la Grande Presse à la Belle Epoque.

Delphine Naudier, sociologue (chargée de recherche, CNRS/Cultures et sociétés urbaines)  interviendra sur

Fabriquer la notoriété des écrivains: le travail des attachées de presse.  

Spécialiste de la sociologie du champ littéraire et des rapports sociaux de sexe à l'oeuvre dans les pratiques et les carrières intellectuelles et artistiques, Delphine Naudier a publié récemment les articles Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France : le « capital réputationnel » des attachées de presse dans le dossier Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes de la revue Recherches féministes (vol. 24, n°1, 2011) ; Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées, Sociétés contemporaines, (n°78, 2010) ; et est co-auteure, avec Wenceslas Lizé et Olivier Roueff, de l'ouvrage Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l'art et du commerce paru à la Documentation française en 2011.

L'après-midi nous introduira dans deux secteurs d'activités bien différents du monde des lettres, mais dont les créations ne manquent pas de faire l'objet de critiques dans la presse, présentant tous les deux la particularité d'avoir, à leurs plus hauts niveaux de prestiges, professionnalisé au masculin, des activités parmi les plus basiquement traditionnellement prises en charge par les femmes.

Martine Bourelly, sociologue, se penchera en effet sur le cas du et de la

"Chef-fe" de cuisine : paradoxe d'un métier - de la cuisine familiale à la cuisine étoilée

Martine Bourelly est en cours de thèse, sous la co-direction d'Anne-Marie Devreux et de Réjane Sénac-Slawinski, sur Le rôle des associations dans la trajectoire professionnelle des chefs et cheffes de cuisine, après avoir consacré un diplôme interuniversitaire "Egalité femmes-hommes" aux chef et cheffes de cuisine. Elle a publié à partir de ce mémoire un article "Cheffe de cuisine : le coût de la transgression" dans le dossier Minoritaires et légitimes paru dans les Cahiers du genre (n°48, 2010). Martine Bourelly mène ses recherches à la suite de son activité professionnelle et syndicale dans le secteur de l'emploi en restauration.

Nicolas Divert, sociologue (maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Paris Est Créteil) observera pour sa part la mutation

De la couturière au grand couturier : formation et marché du travail dans les métiers de la mode.

Sa thèse sur ce sujet soutenue en 2010 a donné matière à plusieurs articles, notamment, pour les plus récents, « L’offre de formation dans les métiers de la mode : une réponse à des emplois qui se renouvellent ? » dans l'ouvrage collectif Former, certifier, insérer, sous la direction de Fabienne  Maillard (PUR, 2012) et « Forme-t-on les stylistes ? Comment le Dictionnaire de la mode au XXe siècle donne à voir la formation des couturiers » dans Précarisation, restructuration et valeurs, sous la direction de Béatrice Appay et Steve Jefferys (Octarès, 2009). Sa communication "Heurs et malheurs des CAP couture" au colloque du centenaire du CAP (Université de Poitiers, Gresco, 18-20 octobre 2011) est lisible en ligne.

Le séminaire se tient à l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e). N'hésitez pas à nous rejoindre. Si vous n’y avez jamais participé, il suffit de m’adresser un message auparavant - martine.sonnet@ens.fr - pour m'informer de votre venue.


Diesen Beitrag drucken Diesen Beitrag drucken

Comments are closed.