Aller au bout du quai avec Florence Aubenas

Dans le cadre du Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale, organisé par l’association Colères du présent chaque premier mai à Arras, Florence Aubenas vient d’obtenir pour son si salutaire* livre Le quai de Ouistreham (Ed. de l’Olivier, 2010) le prix Amila-Meckert distinguant chaque année un livre d’expression populaire et de critique sociale.

Bonne occasion de conseiller vivement à quiconque se soucie du travail, de sa rareté et de sa précarité dans notre pays aujourd’hui et ne l’aurait pas encore lu de l’ouvrir au plus vite  – et quand on l’ouvre on ne le lâche plus – ; le succès public du livre de Florence Aubenas laissant encore espérer de notre bon sens critique, par gros temps.

Cette expérience de vie et d’écriture d’une journaliste fait forcément penser à celles menées par quelques doctorants en sociologie du travail ces dernières années dont l’ouvrage collectif Observer le travail, (La Découverte, 2008), porte certains échos. Même engagement total, au risque de tous les épuisements personnels et d’abord physiques, aux côtés de celles et de ceux dont on veut restituer le travail, ses conditions et la vie qu’il fait mener.

Dans le cas des heures dissociées et éparpillées de ménages – seules opportunités offertes par Pôle Emploi à la quadragénaire bachelière arrivant dans la ville de Caen sans y connaître personne et cherchant à y survivre – ce sont autant les trous dans le travail que le travail lui-même qui rendent la vie impossible.

L’intérêt du livre de Florence Aubenas en tant que démarche et témoignage dans la perspective du thème de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe -XXe siècles – Ecritures du travail, n’est pas à démontrer, il va de soi. On l’illustrera juste par un court extrait, en plein coeur du sujet, évoquant comment entre hommes et femmes ensemble (mal) logés à la même enseigne du sale boulot, le plus sale ne se partage pas, il est pour elles.

Florence Aubenas vient de décrocher des heures de ménage, à des horaires évidemment impossibles quand on n’a pas de voiture,  à bord du ferry reliant Ouistreham à l’Angleterre. C’est son premier jour :

Marilou et moi restons collées l’une à l’autre, en essayant de ne pas commettre d’impairs. « Vous deux, là, vous allez faire les sanis« . C’est le premier mot que j’apprends à bord. Sanis veut dire « sanitaires » qui lui même signifie « toilettes ». Faire les sanis, c’est laver les toilettes, tâche majoritaire à bord et exclusivement féminine. Parfois, on dit à un employé homme : « Tu vas faire les sanis », mais ça ne se réalise jamais, c’est forcément pour faire une blague, même avec les fortes têtes ou les souffre-douleur. Les hommes passent l’aspirateur, l’autolaveuse, nettoient les restaurants ou les bars, dressent les couchettes pour les traversées de nuit. Jamais ils ne frottent la cuvette des WC.

* A lire sur le site du JDD, le reportage sur place de Christel De Taddeo « Back to Ouistreham » à la rencontre des ex-collègues de la journaliste, après la parution du livre, dans lequel on apprend notamment qu’une section syndicale (CGT) s’est récemment et pour la première fois montée dans la société de nettoyage des ferries…