Retour audio sur le 5 juin : Caroline Fayolle

Proposé ci dessous à l’écoute : l’enregistrement de l’exposé de Caroline Fayolle, doctorante en histoire, allocataire-monitrice à l’université Paris 8, sur Les institutrices pendant la Révolution française : recrutements et conditions de travail.



La vingtaine de minutes de discussion qui a suivi a permis à Caroline Fayolle d’apporter quelques précisions supplémentaires, notamment sur le renouvellement ou la continuité du personnel enseignant féminin, le renouvellement auquel les autorités aspirent étant entravé par l’étroitesse du vivier des femmes instruites suffisamment pour tenir une classe. Le problème des locaux d’écoles, logement de l’institutrice et salle de classe, qui apparaît partout crucial justifie parfois, surtout en zones rurales dépourvues de maisons communes ou anciens bâtiments conventuels récupérés, la tenue de la classe en plein air, devenant alors de fait cours public. Le manque de personnel et de locaux persistent par ailleurs, comme sous l’Ancien Régime, à rendre illusoires les injonctions à la non mixité. Restent lettres mortes également sur le terrain, du côté féminin, les dispositifs de formation du personnel enseignant prévus dans les nouvelles lois.

A signaler : dans le volume 42, 2010, de la revue Dix-huitième siècle qui vient de paraître, l’article de Caroline Fayolle « Les fonctions politiques de la famille dans les livres d’éducation (1793-1816) », p. 633-653.