Renouer le fil : annonces diverses

Appel à contributions

Réponses jusqu’au 15 décembre 2012 : le CReIM (Cercle de Recherche Interdisciplinaire sur les Musiciennes), l’Université du Maine et le Centre de Recherches Historiques de l’Ouest [CERHIO, UMR 5268] organisent des journées d’études qui auront lieu au Mans, les vendredi 5 et samedi 6 avril 2013 sur le thème : Musiciennes en duo, compagnes, sœurs ou filles d’artistes. Dans une perspective d’histoire du genre, l’objectif de ces journées sera de toujours mieux éclairer la place des femmes dans les processus de création et de pratique artistique, hier et aujourd’hui.

Rencontres et colloques

Samedi 8 décembre 2012, de 14h à 16h, conférence de Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite à l’Université de Lyon 1, dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherches sur les femmes, le sexe et le genre » de l’IEC. Cela se passe Campus des Cordeliers, amphi Bilski-Pasquier, 21 rue de l’École de Médecine 75005 Paris (métro : Odéon – entrée libre dans la limite des places disponibles).

 Du mercredi 12 au vendredi 14 décembre, colloque Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle : regards croisés sur le Puy-de-Dôme et la France, à La Chapelle des Cordeliers – 9 place Sugny, Clermont-Ferrand. Il y sera notamment question des ouvrières le vendredi 14 avec Jocelyne Georges et Fanny Gallot.

Jeudi 13 et vendredi 14 décembre, colloque Maîtresses et favorites dans les coulisses du pouvoir (Moyen Age et époque moderne), à l’université de Liège, organisé par Transitions / Département de recherches sur le Moyen Age tardif et la première modernité.

Vendredi 14 décembre et samedi 15 décembre à Toulouse, Colloque Femmes, féminisme et recherches 30 ans après 1982. Dédié à Françoise Collin, il se tiendra à l’Université de Toulouse le Mirail (le 14) et à l’Ecole supérieure de commerce (le 15). Deux journées bien remplies avec des ateliers en parallèles.

Soutenances de thèses

Caroline Bec, Les comédiennes-chanteuses à Madrid au XVIIIe siècle (1700-1767) : étude socio-culturelle, samedi 8 décembre, 9h00, Paris, Institut d’Études His­pa­niques de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), Salle Delpy, (31, rue Gay Lus­sac, 75005, Paris).

Fanny Gallot, Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations, lundi 10 décembre, 14h30, Lyon, ISH (Institut des Sciences de l’Homme, 14, avenue Berthelot), salle Elise Rivet (4è étage).

Bourse

Et pour finir en parlant d’argent, nerf de la guerre c’est bien connu : la bourse Olympe de Gouges attribuée par la ville de Montauban pour l’année 2013 aura pour thème les femmes guerrières, femmes de combat. Les dossiers de candidature peuvent être déposés jusqu’au 7 janvier 2013.

Choses à faire en octobre

En octobre, je ne serai pas là, j’ai la chance d’être accueillie à l’Institut Remarque, New York University, dans le cadre du partenariat et des échanges entre cet institut et le département d’histoire de l’ENS. Mais que cela ne vous empêche pas de suivre ce qui se passe autour de l’histoire des femmes au travail. J’ai donc repéré :

des événements :

du 18 au 20 octobre 2012, les 15e rendez-vous de l’histoire à Blois sur le thème Les paysans, avec notamment le samedi 20 de 9h30 à 11h un débat organisé par Mnémosyne, Genre et sociétés rurales : visibilité et invisibilité des paysannes dans l’histoire.

le 30 octobre 2012, la reprise des Cafés de l’IEC sur le thème Les femmes de théâtre.

avant le 31 octobre 2012 des propositions à envoyer sur le thème Living, dancing, travelling, dying: dancers’ lives in the long 18th century qui sera celui du 15e Dance Symposium, les 16 et 17 avril 2013, organisé par Michael Burden et Jennifer Thorp, Oxford, New College.

avant le 31 octobre 2012 également il est possible de concourir pour le prix Mnémosyne (dont, pour la 10e édition, le montant est porté à 800 euros) couronnant le mémoire de maîtrise ou de master de langue française d’une étudiante ou d’un étudiant dont les travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre en France ou à l’étranger.

des livres à lire, dans lesquelles sont impliquées des intervenantes au séminaire  :

Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, dir. Nicole Pellegrin, Éliane Viennot, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. “L’école du genre”, juin 2012, 208 p.

et, dirigé par Noémie Etienne et Léonie Hénaut qui étaient intervenues ensemble lors de la première année : L’Histoire à l’atelier. Restaurer les oeuvres d’art (XVIIIe-XXIe siècles), Lyon, PUL, 2012, 424 p.

et du côté des revues :

une naissance annoncée  celle de la Revue d’histoire de la protection sociale, à l’initiative du Comité d’histoire de la Sécurité sociale. Les propositions de textes seront à envoyer avant la fin du mois de janvier de chaque année.

des articles à lire, sur papier ou en ligne  :

notamment dans le dossier « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées », de la revue  Travail et emploi, n°127, Juillet-Septembre 2011, l’article d’Anne-Sophie Beau et Sylvie Schweitzer étudiant les inégalités de mobilité entre les  inspectrices du travail et leurs homologues masculins de 1878 à 1974.

 le n°35 de Clio, histoire, femmes et sociétés : Ecrire au quotidien

le dossier  « Autour de l’enfant : la ronde des professionnels, XIXe-XXe siècles » de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n°12, 2010, notamment l’article de Pascale Quincy-Lefebvre : Une professionnalité sociale dans le champ judiciaire : la place des assistantes dans la justice des mineurs avant 1958.

Et à ajouter à vos agrégateurs de flux ou à vos favoris : de nouveaux carnets de recherche sur la plateforme Hypothèses (qui a passé le cap des 500 carnets !) : Echos du travail, carnet de veille collaborative vous est proposé par les documentalistes du réseau documentaire « Travail, emploi, formation » et le carnet Histoire de mode accompagnant le séminaire sur l’histoire de la mode qui se tient mensuellement à l’Institut d’Histoire du Temps Présent.

Illustration : fronton du bureau des marchandes lingères à Paris, rue Quincampoix, au 22.

Beaucoup de choses intéressantes en juin

Petit calendrier de rencontres qui ne manqueront pas de femmes au travail

Jeudi 7 et vendredi 8 juin à Brest, colloque international à la Faculté Victor-Segalen, Les femmes de sciences : réalités et représentations, de l’Antiquité au XIXe siècle.  Un programme très dense, sur un sujet en profonde résonance avec notre toute récente journée-séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles du 2 juin dernier consacrée au travail scientifique (j’en reparlerai).

Vendredi 8 juin Journée d’étude organisée par Georges Forestier Comédiens-auteurs, comédiens poètes (Angleterre, Espagne, Italie, France, XVIe-XVIIe siècles), à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, salle D35 (28 rue Serpente 75006 Paris) à partir de 9h15. L’intitulé de l’une des tables rondes annoncées s’interroge notamment sur les comédiennes et/ou auteures.

Vendredi 15 juin  Journée d’étude Femme et mode dans l’entre-deux-guerres, regards croisés franco-anglais, dans le cadre du séminaire sur l’histoire de la mode de l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS), elle aura lieu sur le site Pouchet du CNRS (59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris). Il y sera notamment question de maisons de couture et de grands magasins.

Le même jour, vendredi 15 juin, l’après-midi, se tient au Centre Cli­gnan­court (salle 120, 2 rue Fran­cis de Crois­set, 75018 Paris) la 5e rencontre du CReIM (Cercle de recherche interdisciplinaire sur les musiciennes).

Samedi 16 juin Musique encore, puisque les Neuvièmes rencontres de la SIEFAR s’intéressent aux Musiciennes professionnelles en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, elles se tiennent l’après-midi, à partir de 14h, au Centre Reid Hall (4 rue de Chevreuse 75006 Paris). Et on en entendra de belles puisque la rencontre se terminera par un concert qui permettra d’écouter chanter Florence Launay qui était intervenue dans notre séminaire l’an dernier, mais seulement pour parler.

Ce même samedi 16 juin,  le séminaire « Histoire de la négociation » de l’Ecole pratique des hautes études organise une journée d’étude Genre et négociation, à l’EPHE (46 rue de Lille, 75007 Paris), dont le programme court du Moyen Age à l’époque moderne et s’applique aux espaces de néocitations politiques, diplomatiques, commerciaux, religieux comme juridico-familiaux.

Appels à communications

Jusqu’au 20 juin 2012 sur le mail que j’ai reçu, mais jusqu’au 10 seulement si l’on en croit l’annonce calenda en lien, donc méfiez-vous quand même, on peut répondre à l’appel à contributions Women in Educated Elites of Pre-Socialist and Early Socialist East Central European Societies, en vue de participer à des journées qui se tiendront à l’université de Genève en octobre 2012.

Et jusqu’au 30 septembre 2012, ce qui laisse le temps de voir venir, à l’appel en vue d’un colloque qui se déroulera du 5 au 7 juin 2013 à l’université du Maine au Mans sur le thème L’histoire des sciences « par en bas ».

C’est tout pour aujourd’hui, j’ajoute juste, puisqu’il a été beaucoup question de métiers de sciences dans ma sélection d’annonces, ce détail de la fresque cernant la façade de la Haus des Lehrers (Maison des Enseignants) de Berlin, photographiée par mes soins récemment et qui fleure bon son époque.

Chose qui se profilent à l’horizon

Parmi les dernières informations qui me sont parvenues, je retiens et relaie ces trois appels à contributions :

Écrits de travail, travail de l’écrit – qui renvoie à notre fil rouge de première année du séminaire Ecritures du travail – : il s’agit de contribuer à un numéro thématique de la revue Sociologie du travail, les propositions sont à envoyer pour le 31 mai.

Les femmes auteurs et l’argent (1750-1941) – là nous rejoignons la thématique de notre séminaire du 13 janvier dernier – : le colloque organisé par Alexandre Péraud (Bordeaux-3) et Martine Reid (Lille-3) aura lieu les 22 et 23 Mars 2013 à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux-3 et les propositions sont à envoyer pour le 15 juin.

Transgresser le genre au travail : des hommes dans des domaines professionnels « féminins » : il s’agit de contribuer à un numéro spécial de la revue internationale Recherches sociologiques et anthropologiquesles propositions sont également à envoyer pour le 15 juin.

A retenir également, la date de la conférence de Danièle Kergoat à l’invitation de l’IEC: c’est le 5 mai, de 14 à 16 h (Campus des Cordeliers, amphi Bilski-Pasquier, 21 rue de l’École de Médecine 75005 Paris) et selon le principe de la série de conférences « Quarante ans de recherches sur les femmes, le sexe et le genre », la sociologue du travail y retracera son parcours de recherche.

Des annonces pour avril

Choses relevées ces jours derniers dans l’actualité scientifique SHS ayant à voir, d’une façon ou d’une autre, avec l’histoire des femmes au travail.

Si vous êtes à Bordeaux, c’est demain : le mercredi 11 avril, dans le cadre de l’axe émergent Réseaux de femmes, femmes en réseaux du Centre d’études des mondes modernes et contemporains, université de Bordeaux,  Dominique Picco et Bernard Lachaise organisent une journée d’étude autour de la thématique des Enjeux politiques ( XVIe-XXe siècle) de 10h30 à 17h30 à la MSHA, salle Jean Borde. L’occasion d’entendre (par ordre chronologique et non par ordre d’intervention) :

– Caroline zum Kolk (adjointe au directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles) : Le clientélisme féminin au début du XVIe siècle : Renée de France et Catherine de Médicis

 – Alain Hugon (PR université de Caen) : Groupes et réseaux féminins à la cour de Philippe IV d’Espagne (1621-1665).

 – Guillaume Hanotin (ATER Bordeaux3) : Les femmes dans le(s) réseau(x) d’un négociateur au début du XVIIIe siècle

 – Magali Della Sudda (Chargée de recherche CNRS, Centre Emile Durkheim IEP Bordeaux) : La genèse de l’Action catholique en France et en Italie (1900-1935). Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale.

– Bibia Pavard (Chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po Paris) : « De la politique de la salle à manger à la politique des salons ». Succès et limites des réseaux féminins pour la libéralisation de la contraception (1956-1967)

– Sébastien Laurent (MCF-HDR Bordeaux3) : « Femmes de l’ombre, femmes dans l’ombre : quelques remarques historiques sur le rôle des femmes dans les activités de renseignement »

*****

Deux jours plus tard, le vendredi 13 avril, 10h-12h30, à Paris (ENS, Campus « Jourdan », 48 bd Jourdan, 75014 Paris, salle 6B) séance du séminaire Genre, féminismes et mobilisations collectives (Master Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales) avec :

– Soline Blanchard (doctorante au CERTOP/SAGESSE, Université de Toulouse II – Le Mirail) : « Le conseil en égalité professionnelle : une activité féministe ? »

 Isabel Boni (doctorante au CMH-Pro) « Usages et détournements du féminisme dans le conseil en management »

*****

Le 30 avril,  dead line pour :

– les propositions d’intervention au Colloque international Masculins/Féminins : dialogues géographiques et au-delà, biennale du PACTE qui aura lieu à Grenoble du 10 au 12 décembre 2012

– et celles proposées aux Troisièmes Journées suisses d’histoire qui auront lieu du 7 au 9 février 2013, à Berne. Thématique : Le genre entre local et global : une histoire sous tension.

*****

Enfin, il est toujours temps de signer la pétition relayée par Myriam Boussahba, professeure de civilisation britannique à l’université Paris Diderot, qui nous alerte sur les risques encourus par la Women’s Library à Londres, qui est menacée de fermeture. Une bibliothèque née en 1909 par la volonté de suffragistes en pleine campagne pour le droit de vote des votes et dont les collections portent sur l’histoire des femmes et du syndicalisme.

Vignette : Sybille des portes de la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence, reproduction au musée des Monuments français, Paris.


Petit tour dans l’actualité

Deux ou trois choses à venir qui peuvent nous concerner, dans l’ordre d’inscription au calendrier.

Samedi 24 mars, c’est la journée d’études des Archives du féminisme à Angers, sur le thème Histoire et mémoire des féminismes.

Jeudi 29 mars à 14h00 Deniz Uztopal soutient sa thèse de doctorat en histoire Pouvoir idéologique et savoir scientifique.  L’histoire sociale de la Science et des scientifiques communistes français dans la Guerre froide (1945-1956) à la Sorbonne (salle Jean-Baptiste Duroselle, galerie Jean-Baptiste Dumas, 1 Rue Victor Cousin 75005 Paris).

Mardi 3 avril à 17h Danièle Kergoat présente son livre Se battre, disent-elles (Editions la Dispute) au site Pouchet du CNRS, salle des conférences (59 rue Pouchet, 75017 Paris)

Et deux dates limites de beaux appels à contributions (et si je m’écoutais je répondrais aux deux)

31 mars : La danse française et son rayonnement (1600-1800), en vue d’un colloque qui alliera théorie et pratique à l’initiative de l’Association pour un Centre de recherche sur les arts du spectacle aux XVIIe et XVIIe siècles.

15 mai : Sociologie de la broderie : qui brode quoi et pour qui ? en vue des prochaines journées d’étude de l’AFET (Association Française d’Etude sur le textile – l’association publie une lettre en ligne, mais je ne trouve pas véritablement de site internet).

Bouquet d’annonces marsien

En attendant nos prochaines séances du séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles, qui auront lieu le vendredi 30 mars, et où il sera question, le matin, de chroniqueuses et journalistes (Annabelle Harbonnier), d’attachées de presse (Delphine Naudier) et pour varier les plaisirs, l’après-midi, de chefs et cheffes de cuisine (Martine Bourelly) et de couturières et grands couturiers (Nicolas Divert) – présentation détaillée de la journée à venir – dans l’actualité de l’histoire des femmes au travail, j’ai noté pour vous :

Une exposition à Nantes, au château des ducs de Bretagne, jusqu’au 13 mai 2012 : Nantaises au travail du XVIIIe siècle à nos jours, avec catalogue téléchargeable et blog d’accompagnement : belles initiatives à saluer  (Merci à Colette Le Lay de me l’avoir signalée)

Deux appels à communications :  nous avons jusqu’au 31 mars prochain pour répondre à la question de nos collègues de Lausanne Quel genre de classe ? Femmes et mouvements ouvriers, XIXe et XXe siècles, en Suisse, pour le numéro prévu en 2013 des Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier publiés par l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier ;

et jusqu’au 15 avril pour proposer de contribuer aux journées d’étude Habiter l’usine (1770-2000) qui se tiendront à Jujurieux (Ain), les 8 et 9 novembre 2012, avec pour champ l’Europe et pour problématiques principales les formes du logement ouvrier, l’usine-pensionnat, l’usine-couvent, l’organisation de la vie ouvrière au sein de ces établissements et l’étude relationnelle du genre.

Le colloque Les recherches genre, un défi au-delà de la parité : recensement, bilan et perspectives, le 8 mars à Paris, au siège du CNRS, fait suite au lancement du recensement national des recherches sur le genre et/ou les femmes par la Mission pour la place des femmes au CNRS il y a un an. Le recensement reste ouvert, n’oubliez pas de vous y inscrire ou de mettre à jour vos informations.

C’est l’occasion de signaler que cette Mission a mis en ligne récemment la synthèse La parité dans les métiers du CNRS  à partir des données 2010. A consulter pour prendre la mesure de la lenteur des évolutions…

Un livre paru, une biographie : Colette Audry, 1906-1990 par Séverine Liatard, aux Presses universitaires de Rennes.

Un livre à paraître le 8 mars : Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, un recueil de textes et entretiens aux éditions Le passager clandestin


Allocations, bourses, prix et autres opportunités

C’est le moment de préparer des dossiers pour un certain nombre de dispositifs de soutien à la recherche dans lesquels l’histoire des femmes au travail est susceptible de s’inscrire.

En premier lieu, j’attire l’attention sur un nouvel axe présent dans l’appel à chercheurs 2012/2013 de la BnF (dead line 30 mars), l’axe 38 : Histoire des femmes à la Bibliothèque nationale, ainsi présenté :

L’histoire des femmes à la Bibliothèque nationale se lit en filigrane de nombreuses études historiques menées sur telle ou telle époque, mais aucune étude d’envergure n’a encore été lancée sur le sujet au delà de quelques articles biographiques consacrés à quelques personnalités marquantes, lectrices ou membres du personnel de la Bibliothèque. La richesse des archives de la Bibliothèque sur ce thème ne cesse toutefois d’être prouvée et se prête à tous types de recherches, de l’approfondissement d’une thématique particulière jusqu’à une grande synthèse originale, sans exclure aucune discipline ni méthodologie. 

– Les sources permettent de dégager une périodisation caractéristique de la féminisation dans les institutions publiques et de la société française : les premières ouvrières des ateliers de restauration du Second Empire, les premières lectrices, la première femme directeur de département (Myriam Foncin nommée en 1942 à la tête dudépartement des Cartes et plans), la rupture du plafond de verre et l’accès aux fonctions de direction et d’administration générale. 

– La spécificité de la BnF aujourd’hui peut également constituer une piste d’intérêt, avec un recrutement des agents largement indifférent au sexe dans l’attribution des affectations, magasiniers porteurs de charges y compris. Aux échelons supérieurs de l’organigramme, l’établissement public présente un management supérieur presque absolument équilibré entre hommes et femmes depuis le niveau des chefs de service : est-ce une caractéristique de la Bibliothèques ou des bibliothèques, des établissements culturels en général, un modèle transposable dans d’autres institutions ? 

– Volumétrie : à préciser en fonction de la problématique retenue.

– Pistes de recherche : Pouvant s’inspirer de domaines aussi variés que la bibliothéconomie et l’histoire des bibliothèques, mais aussi la sociologie et les études de genre, cette recherche pourra également s’appuyer dans un premier temps sur les travaux antérieurs consacrés à la Bibliothèque (thèses, mémoires, articles), qui permettront de constituer une indispensable bibliographie commentée. Le recours aux archives  administratives (dont les rapports annuels et les études internes sur les emplois et les personnels), aux  archives orales, mais aussi aux publications (catalogues ou expositions dirigées par des conservatrices,  récits de lectrices, réseaux sociaux…) devrait assurer une visibilité forte aux résultats obtenus : publications, présentations en lien avec le comité d’histoire de l’institution, éventuellement valorisation d’une partie des sources par la numérisation.

Se reporter à l’appel pour consulter les autres axes et les modalités de soumission.

***

Du côté de la Région Ile-de France, c’est jusqu’au 19 mars que sont reçus les dossiers de demandes d’allocations doctorales et post-doctorales destinées à soutenir des recherches menées dans un établissement de recherche et d’enseignement supérieur de la Région Île-de-France
– soit sur les femmes, le sexe ou le genre
– soit sur les discriminations
Les allocations concernent toutes les disciplines.  Toutes informations et documents à télécharger disponibles sur le site de l’Institut Emilie du Châtelet.

 ***

Jusqu’au 30 mars peuvent être envoyées les candidatures à l’Ecole doctorale d’été Atelier genre du campus Condorcet qui se tiendra du 9 au 11 juillet sur le thème : Approches de genre : des concepts aux méthodes. 20 places sont disponibles dont la moitié sont réservées aux dotorants SHS inscrits dans les établissements partenaires du campus Condorcet.  Frais de déplacement et hébergement pris en charge par les organisateurs. Argumentaire et programme à lire sur l’appel.

***

Enfin, La Société française d’étude du Dix-huitième siècle ouvre son appel à candidatures pour son Prix 2012. Le Prix est ouvert à tout étudiant (de nationalité française ou étrangère) ayant soutenu un premier mémoire universitaire (BAC + 4 ou 5, université française ou étrangère) écrit en français, portant tout ou partie sur le XVIIIe siècle, quelle que soit sa discipline. Les mémoires doivent avoir été soutenus au cours des années universitaires 2010-2011 ou 2011-2012. Les mémoires seront adressés par l’enseignant ayant dirigé le travail sous la double forme d’un exemplaire papier, sans accusé de réception, et d’une version émectronique (pdf) avant le 1er septembre 2012 aux adresses suivantes :

Prix « Dix-Huitième Siècle » 2012 – Florence Magnot – Univ. Paul Valéry – Montpellier 3 – IRCL – Site de Saint-Charles, Route de Mende, 34199 Montpellier cedex 5. Pour la version électronique : florence.magnot@univ-montp3.fr

Chaque enseignant ne peut présenter que 2 candidats à chaque prix. Afin de s’assurer qu’aucun mémoire ne se perde, merci de signaler tout envoi postal à l’adresse électronique ci-dessus. Les mémoires seront évalués par un jury pluridisciplinaire. Les résultats seront proclamés lors de l’Assemblée Générale de la SFEDS de janvier 2013.

Actualité Femmes/histoire/travail : deux appels à contributions

Nora Natchkova attire notre attention sur le projet d’atelier Genre, race, classe : difficultés méthodologiques et enjeux féministes dans l’étude du travail développé dans le cadre du 6ème Congrès International des Recherches Féministes Francophones (RFF-2012), qui se tiendra à Lausanne du 29 août au 2 septembre 2012.

Si vous travaillez sur « le travail », quelle que soit votre discipline et que vous êtes intéressé-e à partager vos réflexions sur cette thématique, vous trouverez toutes les informations sur le site du colloque, notamment sur le délai de soumission, prévu fin janvier 2012 mais qui sera probablement révisé. Petite précision : lors de la soumission, il faut préciser à quel atelier vous contribuez !

***

La revue Genesis de la Società Italiana delle Storiche lance  un appel  à contribution pour un numéro sur le thème “Femmes et hommes dans l’histoire de l’environnement”.  L’objectif est de réfléchir sur les interactions possibles entre l’histoire du genre et l’histoire de l’environnement en multipliant les sujets, les zones géographiques et les contextes historiques, afin de présenter en détail l’état de la recherche dans ce domaine  et  ses possibles développements. Parmi les sujets sollicités, on relève notamment, en rapport avec la question du travail :

  • Traits distinctifs de l’expérience féminine et masculine dans les contextes coloniaux et post-coloniaux: par ex. dans la transformation agro-écologique des colonies; dans les mouvements pour les droits des peuples colonisés; dans les stratégies militaires qui se proposent de détruire les conditions écologiques de la vie; dans les “grands projets” capables de bouleverser des écosystèmes entiers à des fins politiques / et de pouvoir.
  • L’environnement et le corps sexué: par ex. l’impact du risque environnemental/industriel sur la santé sexuelle et reproductive; les formes différentes de connaissance/ expérience/ évaluation du risque environnemental; les transformations du travail et des relations familiales et communautaires en fonction des transformations environnementales (par ex. l’impact des pesticides sur les travailleurs/travailleuses agricoles, ou de l’amiante sur la santé des ouvriers/ouvrières, leurs familles et les communautés).

Les auteur/es pourront choisir  soit la dimension collective soit la dimension individuelle de la subjectivité écologique. Les propositions devront comprendre : le titre, l’abstract (300 mots maximum) et un bref profil de l’auteur(e). Elles devront parvenir avant le 10/3/2012 aux responsables du volume, Stefania Barca (sbarca@ces.uc.pt) et Laura Guidi (guidi@unina.it). Langues reçues : italien, français, anglais et espagnol. Les textes  sélectionnés devront parvenir dans leur version définitive (60.000 signes maximum, espaces et notes compris) avant le 10/07/2012. Ils   seront soumis au “peer review” anonyme.

Travail des femmes dans un monde en changement : politiques de l’OIT et travail des femmes (1948-1978)

Nora Natchkova (université de Genève), qui en février 2010 lors d’une séance du séminaire consacrée aux Ecritures institutionnelles du travail au XXe siècle avait évoqué l’activité du Bureau international du travail de ses débuts à 1945, nous communique le résumé du projet de recherche du Fonds national suisse de la recherche Scientifique (FNS projet No 100011_134630/1, responsable Sandrine Kott) dans lequel elle est désormais engagée avec Céline Schoeni (université de Genève). Celui-ci s’inscrit dans la continuité chronologique et thématique de ses travaux.

Travail des femmes dans un monde en changement. Politiques de l’Organisation Internationale du Travail et travail des femmes (1948-1978)

Women at Work in a Changing World. International Labour Organisation Politics and Working Women (1948-1978)

La valeur du travail structure les sociétés occidentales et constitue à ce titre un angle d’analyse pertinent de la (re)construction et du maintien des inégalités entre les hommes et les femmes. Centré sur l’étude de l’un des acteurs majeurs de la régulation internationale du travail féminin au 20ème siècle – l’Organisation internationale du travail (OIT) –, le projet questionne, dans une perspective de genre, certains paradigmes établis de la recherche historique en matière de division sexuelle du travail et vise à faire émerger de nouvelles hypothèses et outils analytiques en histoire du travail et en histoire des organisations internationales.

L’analyse de la période des Trente Glorieuse et des débuts de la guerre froide (1948-1978) repose sur une approche heuristique qui conçoit le maintien de la division du travail entre hommes et femmes et la détermination de normes sociales dites universelles en la matière, comme un enjeu majeur des rapports de forces politiques à l’échelle nationale et internationale.

Le projet mobilisera un corpus de sources riche et diversifié : les archives du Bureau international du travail (BIT), de l’Organisation des Nations Unies, de la Banque mondiale, de la Fondation Rockefeller, les archives nationales d’Argentine, ainsi que les archives de certaines organisations féminines et féministes nationales et/ou internationales.

Trois axes de recherche ont été définis afin d’appréhender dans leur complexité les enjeux liés à l’emploi féminin dans la période étudiée.

a) La recherche montrera dans une première phase en quoi la politique de l’OIT en matière de travail féminin est intrinsèquement liée au nouveau contexte international, à travers l’examen systématique des projets, conventions et normes élaborés par le Service du travail des femmes et des enfants du BIT et adoptés par l’OIT.

b) L’approche choisie reposera dans une deuxième phase sur une analyse des relations entre les principaux·ales acteurs·trices de la politique de l’OIT (représentant·e·s des gouvernements, organisations patronales et syndicales des pays membres; réseaux d’expertise du travail féminin ; associations féminines et féministes organisées nationalement et internationalement).

c) Dans une troisième phase, afin de rendre intelligible comment se traduisent sur le terrain les enjeux des nouvelles prérogatives de l’OIT envers le travail féminin, nous analyserons le rôle spécifique attribué aux femmes dans le développement de l’assistance technique (prémisses à ce qui sera nommé « l’aide au développement ») en nous ciblant sur une étude de cas : l’Argentine.

Considérant que la recherche helvétique a toute sa place au sein de l’histoire des organisations et des relations internationales, le projet vise à désenclaver une certaine perspective trop étroitement nationale par le biais d’une approche d’histoire transnationale. La prosopographie des actrices clés dans le domaine étudié permettra en outre de combler les lacunes concernant le rôle des femmes sur les scènes nationales et internationale.