Actualité femmes/histoire/travail : du côté des rencontres

Quelques rencontres à venir (et mises en ligne de rencontres passées)

Le 31 janvier de 19h à 21 h l’Institut Emilie du Châtelet tient café sur le thème Libraires et éditrices féministes au restaurant  La Baleine (Jardin des Plantes, 47 rue Cuvier, 75005 Paris). Rappelons à cette occasion que le séminaire avait consacré sa séance de décembre 2010 à la profession de libraires.

Le 3 février de 16h à 19h, aura lieu la 3e rencontre du CReIM, le Cercle de Recherche Interdisciplinaire sur les Musiciennes, co-animé par Florence Launay (que nous avions écoutée au séminaire en mars 2011), qui précise qu’interviendront Isabelle Ragnard sur la typologie de la femme au Moyen Âge dans le répertoire de la chanteuse Yvette Guilbert et Caroline Bec, à propos d’une comédienne-chanteuse du XVIIIe siècle à Madrid ; une présentation du livre récent de Hyacinthe RavetMusiciennes, est également au programme de la rencontre qui aura lieu au Centre Clignancourt de  Paris-IV (2 rue Francis de Croisset 75018 Paris).

A Poitiers, du 3 au 12 février, se tient le 3e festival international Filmer le travail. Très riche programme, avec notamment une journée (tables rondes et films archives INA), mercredi 8 février, Regards sur le travail au féminin.

Pour rester à Poitiers, Gilles Moreau nous signale que la vidéo du colloque Centenaire du CAP : apprentissages professionnels, certifications scolaires et société qui s’est déroulé à Poitiers du 18 au 20 octobre dernier est désormais en ligne.

Autre mise en ligne vidéo récente, celle des dernières assises de l’IEC sur le thème L’éducation à l’égalité entre les sexes.

Littérature et monde du travail : rapide retour sur colloque

Je participais les 29 et 30 novembre derniers au colloque organisé par José Domingues de Almeida et Maria Joao Reynaud au département d’études françaises de la faculté des lettres de Porto La littérature et le monde du travail.

Si je n’y évoquais pas l’histoire des femmes au travail puisque j’intervenais sur le thème « Atelier 62 : un récit littéraire du travail en friction avec les sciences humaines et sociales » – au 62, « forges et traitement » de Renault Billancourt il n’y avait pas d’ouvrières, contrairement à d’autres ateliers – d’autres interventions évoquaient des oeuvres littéraires mettant en scène des travailleuses, même si la question du genre du travail n’était pas forcément au centre de ces communications.

Les femmes étaient notamment bien présentes dans les propos de Tania Régin (co-directrice de l’ouvrage collectif Le roman social : littérature, histoire et mouvement ouvrier paru en 2002 ), sur les employés de commerce, évoqués essentiellement à partir de romans/témoignages avec « héroïnes » caissières de super- ou hyper-marché. Comme  La caissière de Catherine Moret-Courtel (2008), La caissière de Michel Waldberg (2001) et Les tribulations d’une caissière d’Anna Sam (2008).

L’étude conjointe de l’Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq (1994) et de Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb (1999) par Corina da Rocha Soares mettait en parallèle deux « dégringolades » dans le monde de l’entreprise tertiaire, l’une masculine, l’autre féminine.

La communication de Maria Herminia Amado Laurel sur « Le creux du rêve : travail et identité de la femme dans quelques récits d’Alice Rivaz et de François Bon » m’a donné grande envie de connaître mieux et de lire Alice Rivaz (1901-1998), fonctionnaire au Bureau international du travail à Genève et romancière aux écrits peuplés d’employées de bureau. De François Bon, c’est évidemment Daewoo et ses ouvrières défaites qui étaient évoquées.

J’ai regretté que l’intervention consacrée aux figures de la profession médicale et de la prostitution chez Antonio Lobo Antunes par Agrippina Carriço Vieira ait été faite en portugais, parce que cet auteur (traduit en français) m’est cher. Il me faudrait encore mentionner les visions panoramiques sur la littérature du travail au tournant des XXe-XXIe siècles présentés par Thierry Beinstingel pour la France et Claudio Panella pour l’Italie, ou le cas particulier des récits de filiation ouvrière retenant l’attention de Corinne Grenouillet, à côté de plusieurs autres interventions monographiques. Je renvoie au programme du colloque dont les actes seront publiés.

Et puis je cite ici pour finir ces quelques mots que j’avais empruntés à Pierre Bergounioux pour conclure mon intervention sur l’intérêt et la nécessité de « l’infusion » de la littérature par les sciences sociales pour écrire le monde du travail :

Un écrivain ne peut plus se contenter de lire les autres écrivains. Il lui faut enjamber le mur qui sépare, à l’université mais dans la société aussi, les disciplines et les métiers, lutter contre les conséquences mutilantes de la division du savoir.

Lignes extraites de Pierre Bergounioux, l’héritage  livre d’entretiens avec son frère Gabriel (Flohic, 2002, rééd Argol, 2008)

Ajout du 7 décembre : pour une vision plus panoramique sur ce colloque, passer lire le compte rendu de Thierry Beinstingel et  l’écho de Maryse Vuillermet qui y a assisté.

Enfin, cette image rapportée de Porto, non sans rapport avec les femmes au travail : en ville, sur un mur tout proche de la gare de Sao Bento, vestige d’une publicité pour une marque de machine à coudre.

Conférence d’Elisabeth Elgan à l’ENS Ulm le 29 mars

Ce mois de mars, notre collègue suédoise Elisabeth Elgan, historienne s’interrogeant sur la dimension du genre dans l’histoire politique contemporaine, professeure à l’université de Stockholm, est invitée par le département d’histoire de l’ENS. Mardi 29 mars elle y donne, à 18 h en salle des Actes (45 rue d’Ulm, Paris 5e) une conférence

ENJEUX DE GENRE ET FEMINISME DANS LA SUEDE CONTEMPORAINE

Parmi ses publications récentes en français, signalons sa collaboration à la Nouvelle encyclopédie politique et historique des femmes, parue aux Belles Lettres sous la direction de Christine Fauré  et son article « Pouvoir économique en Suède et inégalités des sexes » dans le numéro de la revue Informations sociales de la CNAF consacré à Genre et pouvoir en Europe. Rappelons aussi qu’elle avait coordonné avec Boel Berner et Jacqueline Heinen en 2003 le numéro des Cahiers du genre Suède : l’égalité des sexes en question.


Cheminots (et cheminotes ?) autobiographes

Parler de soi, écrire sa vie au travail : la pratique autobiographique des cheminots : c’est le thème d’une journée d’étude qui se tiendra très logiquement à Ambérieu-en-Bugey – ville qui abrite à la fois le siège de l’Association pour l’autobiographie (APA) dans la belle bibliothèque de la Grenette et le Musée du cheminot -, le 17 juin 2011 dans le cadre des journées de l’autobiographie qui ont pour thème cette année « Trajectoires sociales ».

Pour tout savoir,  l’appel à communication est en ligne sur Calenda.

C’est l’occasion de rappeler qu’au cours de notre séminaire, centré l’an dernier sur les Ecritures du travail, j’avais présenté un petit survol des concours d’autobiographies professionnelles lancés dans les années 1990. Bibliographie en ligne dans les archives de ce carnet (mais exceptionnellement pas d’enregistrement pour cause de lecture d’extraits de textes qui pouvaient être soumis à réserves de communication).

C’est aussi l’occasion de donner à lire ces extraits des leçons faites en 1867 à l’Ecole impériale des Ponts et Chaussées, par Frédéric Jacqmin (1820-1889), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur de l’exploitation des Chemins de fer de l’Est, publiées sous le titre De l’exploitation des chemins de fer (Paris, Garnier Frères, 1868, 2 vol.). Il y est notamment question de l’emploi des femmes dans les chemins de fer. Merci à François Bon, découvreur de ce texte dont il a publié plusieurs extraits sur son Tiers Livre, c’est à lui que je les emprunte.

Emploi des femmes

La question de l’emploi des femmes a été très-fréquemment discutée. Leur aptitude à tenir des livres, à distribuer des billets, n’était pas mise en doute ; mais on redoutait des désordres que leur présence dans une gare au milieu d’hommes, la plupart célibataires, pouvait entraîner.

L’expérience a prononcé, et la compagnie de l’Est, qui a donné à l’emploi des femmes dans les gares le plus grand développement possible, n’a pas un seul instant regretté un système qui lui a permis, soit d’améliorer la situation d’un certain nombre de ses chefs de gare, soit surtout de venir en aide aux veuves et aux filles de ses anciens agents, et de remplacer une aumône toujours insuffisante et pénible à recevoir, par un travail honorable.

Receveuses

Les femmes sont employées comme receveuses de deux manières : 
1° Comme aide de leurs maris ;
2° Comme receveuses titulaires.

Dans les gares d’importance secondaire, les chefs de gare sont en même temps receveurs. Comme leur présence continue au guichet de distribution des billets pourrait les empêcher de remplir leurs autres fonctions, on les a autorisés à se faire suppléer par leurs femmes qui, avec le titre d’aides-receveuses reçoivent un traitement de 500 à 700 fr. par an. Ce supplément de solde constitue pour le ménage une amélioration très-importante, la femme apporte ainsi une part aux recettes de la communauté, et cela sans quitter sa maison et la surveillance de ses enfants.

Dans les grandes gares, les fonctions de receveur ne peuvent être remplies par les chefs de ces établissements, et ces fonctions sont confiées à des agents spéciaux. Presque partout nous avons pu les donner à des femmes, et nous n’avons eu qu’à nous applaudir des choix que nous avons faits ; nous pensons même que pour la délivrance rapide des billets, le calcul de leur valeur, l’échange de la monnaie, les femmes acquièrent une dextérité sans égale.

Dans nos grands gares de Paris (ligne de Strasbourg), Nancy, Metz, Strasbourg, le service des billets est fait par des femmes. Sur la ligne de Paris à Vincennes presque tous les guichets sont tenus par des femmes qui seules sont capables d’assurer une distribution qui, dans certaines journées, a atteint 60 000 billets.

Le produit de la vente des billets de la gare de Paris (ligne de Strasbourg), s’élève à 4 000 000 environ chaque année. Toute la comptabilité qu’exige un tel mouvement de fonds est accomplie par une femme, autorisée bien entendu à choisir les aides qui lui sont nécessaires.

Les receveuse titulaires sont payées de 900 à 5 000 fr.

La receveuse de la gare de Paris a 6 500 fr., à la charge d’assurer tout le service sous sa responsabilité ; elle occupe habituellement trois aides, dont un homme et deux femmes.

Sur la ligne de Vincennes, qui donne un mouvement exceptionnel, les dimanches et les jours de fête, il est nécessaire d’ouvrir des guichets supplémentaires ; tous ces guichets sont tenus par des femmes ou des filles d’agents qui reçoivent chacune 4 fr. pour prix de leur travail.

Bibliothèques et bazars. – Vente des livres, des journaux.

Toutes les compagnies de chemin de fer ont autorisé une grande maison de librairie à vendre des livres dans les gares. Elles ont également autorisé une entreprise spéciale connue sous le nom de bazar des chemins de fer, à placer des vitrines dans un certain nombre de gares. Enfin elles laissent vendre des journaux, des gâteaux, des fruits , et quelques rafraîchissements.

Toutes ces diverses autorisations ne rapportent que des sommes assez faibles aux compagnies, les dernières même sont à titre gratuit ; mais toutes ont permis d’assurer du travail à un nombre important de femmes, filles ou veuves d’agents de la compagnie.

La compagnie de l’Est a dans ses gares 91 femmes chargées de ces diverses ventes.

Le salaire est très-variable et dépend de l’importance des gares : il varie de 15 fr. à 150 fr. par mois.

Quand le salaire atteint ce dernier chiffre, les places sont réservées à des veuves ou à des femmes chargées d’une nombreuse famille.

Femmes chargées de la manœuvre des barrières de passage à niveau.

Le service du gardiennage des barrières de passage à niveau permet aussi d’utiliser un grand nombre de femmes d’agents de la voie ; une indemnité annuelle de 120 à 180 fr. est accordée à chaque femme garde-barrière.

Elles sont au nombre de 1080 sur les lignes actuellement en exploitation du réseau de l’Est.

Femmes préposées à la salubrité.

Enfin il a été possible d’assurer un secours à des femmes veuves et sans ressources en leur confiant la garde et l’entretien des cabinets d’aisance dans les gares.

La compagnie leur donne un salaire fixe de 500 à 600 fr. par an ; dans un petit nombre de gares, les gratifications données par les voyageurs augmentent beaucoup cette rétribution.

Illustration : la gare d’Ambérieu-en-Bugey, le 24 mars 2010.

Le carnet « Femmes au travail » présenté dans le cadre du Master histoire à l’EHESS

Dans le cadre de la semaine consacrée à la formation aux outils informatiques organisée par Franzisca Heimburger et Emilien Ruiz à l’intention des étudiantes et étudiants en histoire de l’EHESS, une session était consacrée, mercredi 27 octobre, au blogging scientifique et aux carnets de recherche en ligne. A l’invitation de Raphaëlle Daudé du CLEO j’y suis intervenue au coté de François Briatte, doctorant à l’IEP de Grenoble, blogueur et membre du conseil scientifique d’Hypothèses, pour y évoquer mon expérience de la tenue du carnet d’accompagnement de notre séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles.

Cette présentation a été pour nous tous intervenants l’occasion d’inciter à la pratique régulière de l’écriture dès le master I et de souligner que la création d’un blog collectif de notes de lecture, notes de terrains, réflexions autour des recherches engagées constituait un excellent support (notamment avec les facilités d’hébergement et techniques offertes par la plateforme Hypothèses et l’entraide au sein du « collectif des carnetiers ») d’exercice préalable à l’écriture de plus longue haleine et à la publication. Avec la satisfaction d’être lu – publiquement ou en mode privé si l’on préfère – très rapidement et de socialiser, par les discussions ouvertes en commentaire, sa recherche.

François Briatte évoquant le blogging scientifique en science politique, économie ou sociologie, a souligné les échanges fructueux a-hiérarchiques possibles avec des autorités scientifiques de ces disciplines, citant notamment les blogs tenus par des prix Nobel d’économie. Parlant après lui plus précisément du cas de l’histoire, j’ai dû mettre un léger bémol pour ce qui nous concerne, l’acculturation de la discipline à l’usage du lire/écrire des blogs restant en grande partie à faire – d’où l’intérêt de cette formation assurée à l’EHESS auprès de nos futurs collègues.

Un rapide pointage du catalogue des 120 carnets Hypothèses en ligne permet de repérer une composante histoire, plus ou moins prononcée, dans une quarantaine d’entre eux, interdisciplinaires pour la plupart et souvent ouverts à l’international, carnets d’ANR dans plusieurs cas. Parmi les carnets disciplinairement plus centrés, l’histoire du livre est sans doute la plus présente, avec celle des sciences, étendue aux sciences auxiliaires de l’histoire. Beaucoup de ressources à puiser aussi du côté des carnets consacrés à l’archivage des média (photographie, cinéma, phonothèque de la MMSH). Je ne mets pas de liens exprès : allez-donc fouiller dans le catalogue vous y trouverez forcément des matières vous intéressant auxquelles je ne pense pas.  Balayer régulièrement la page d’accueil d’Hypothèses, ou s’abonner à son fil RSS ou l’intégrer dans son agrégateur, constitue évidemment le meilleur moyen de veiller sur l’ensemble des mises en lignes.

Retraçant rapidement comment nous en sommes arrivés à ouvrir un carnet de recherche en ligne, nous avons l’un comme l’autre, François Briatte et moi, fait état de notre pratique web antérieure et parallèle, lui se définissant comme geek, moi arrivée là par l’écriture personnelle, mais pas geek pour deux sous (et même preuve vivante que la mise en ligne des textes, images, vidéos, enregistrements audio sur la plateforme ne requiert aucune compétence informatique autre que basique, l’usage du clic pourvoyant à toutes les nécessités). Nous étions d’accord aussi sur l’impossibilité de décompter le temps « blog » de nos activités professionnelles globales, celui-ci étant totalement intégré dans notre temps d’activité/lecture/écriture.

En ligne, le support de la présentation de François Briatte, et comptes rendus dans la Boîte à outils de Franziska Heimburger et Emilien Ruiz (que j’en profite pour rajouter dans notre liste de liens).

Lumières sur le travail : première édition, du 11 au 15 octobre

A l’Université de Paris Ouest, du 11 au 15 octobre 2010 se tient le premier festival cinématographique

Lumières sur le travail

Cinq jours, 17 films et autant de débats confrontant le monde de l’entreprise et celui de la recherche à l’univers cinématographique.

Toutes les informations et le programme sur le site internet dédié à l’événement


Prochain atelier Efigies, 3 juin, 15 ans du MAGE, 21 juin

Nora Natchkova communique :

La prochaine séance de l’atelier Genre et Histoire d’Efigies aura lieu le jeudi 3 juin 2010, de 18h30 à 21h, à la MIE (Maison des Initiatives étudiantes, 50 rue des Tournelles, 3e arr. Métro Bastille), salle du Cabinet du Conseil.
Dans le cadre de la thématique annuelle de l’atelier, Panorama des historiographies du genre dans le monde, nous aurons le plaisir d’écouter:

Fiorella Imprenti (Archivio del lavoro, Milano): Genre et histoire ouvrière. Un sujet pour l’historiographie italienne

et

Emilia Plosceanu (IRIS – EHESS) : Histoire et historiographie féministe en Europe de l’Est (XXe – XXIe siècles)

Vous êtes toutes et tous les bienvenu.e.s! – Les organisatrices de l’atelier Genre et Histoire

Par ailleurs, autre date à retenir : le 21 juin le MAGE, groupement de recherche européen « Marché du travail et genre en Europe », fêtera ses 15 ans lors d’une après-midi avec tables rondes et conférence de Florence Aubenas, organisée au CNRS, campus Gérard Mégie, 3 rue Michel-Ange, Paris 16e, auditorium Marie Curie. Programme détaillé et modalités d’inscription à consulter sur le site du MAGE.

C’est d’actualité : rencontres, appels et publications

Diffusées récemment et à noter parce qu’utiles dans la proximité de nos questions de genre posées au travail des femmes, XVe-XXe siècles, diverses annonces que je reprends accompagnées des liens qui permettent d’en savoir plus.

Au séminaire du Cerlis Transmissions et apprentissages du genre, mercredi 17 mars, de 15 à 17h (Université Paris Descartes, salle 322, Bâtiment Jacob, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6e), Françoise Laot intervient sur Femmes, épouses et politiques de formation d’adultes dans les années 1960.

Les doctorantes en histoire contemporaine, axe Genre, du laboratoire ICT, université Paris Diderot, annoncent leur atelier du mercredi 24 mars après-midi, au cours duquel Deborah Gutermann, Amandine Malivin, Véronique Blanchard, Elodie Jauneau et Claire Lemasquerier présenteront leurs travaux, discutés par Gabrielle Houbre et Yannick Ripa. L’atelier se tient à partir de 15 heures, immeuble Montréal, salle 4, dalle des Olympiades, 105 rue de Tolbiac, Paris 13e.

L’appel à contributions en vue du colloque Femmes et genre en contexte colonial qui se tiendra à l’initiative de l’université Paris I, de l’ENS Lyon et de la New York University Paris, du 19 au 21 janvier 2012 au Centre Mahler de Paris I est lancé. Les propositions couvrant l’ensemble des champs en histoire économique, sociale, politique et culturelle sont attendues jusqu’au 15 juin 2010.

Les Cahiers du CEDREF ont désormais leur site. La revue pluridisciplinaire annuelle publiée par le Centre d’enseignement, de documentation et de recherche pour les études féministes (CEDREF) de l’Université Paris Diderot y propose à ce jour, cinq numéros consultables en texte intégral (numéros 4-5, 8-9, 10, 14 et 15) ; les autres numéros seront mis en ligne progressivement. Le dernier paru, le n°16, 2008 porte sur Femmes, genre, migrations et mondialisation.

L’Institut Emilie du Châtelet signale que son colloque des 11-13 février derniers,  L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes, est diffusé en écoute à la carte sur la webradio de France Culture, depuis le lundi 8 mars et téléchargeable.

Madame de Maintenon en colloque international les 11 et 12 mars 2010

Christine Mongenot (université de Cergy-Pontoise) et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval (université de Paris 12- Val-de-Marne) sont les organisatrices du colloque

Lectures de Madame de Maintenon (XVIIe-XXe siècles)

qui se tiendra à Paris (Collège de France) et à Versailles (Bibliothèque municipale de Versailles) les 11 et 12 mars prochains. Il y sera bien sûr question notamment de pédagogie et d’écrits pédagogiques.

Programme complet sur le site du CELLF 17e-18e

8 mars : le CNRS en quête de recherches sur le genre

Le 8 mars 2010, la Mission pour la place des femmes au CNRS lancera un recensement national des recherches sur le genre et/ou les femmes en organisant une journée de réflexion sur cette problématique. J’en cite sa présentation :

La matinée montrera particulièrement comment une institution de recherche s’inspire de ces travaux, notamment produits par la sociologie, pour mettre en place des actions visant à réduire les inégalités constatées entre ses personnels femmes et hommes.
L’après-midi sera employée au dialogue entre des spécialistes du Genre venu-e-s de pays voisins ; également à décloisonner les disciplines, jusqu’à mettre en évidence que l’approche Genre dépasse le cadre des sciences sociales et que d’autres domaines prennent désormais en compte leurs éclairages et apports.

Plus d’informations sur le site de la Mission, avec en particulier le programme prévisionnel de la journée et le bulletin d’inscription.